Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : le FCVB peut le regretter…

le - - FCVB

Football/National : le FCVB peut le regretter…
FRANCK CHAPOLARD - Les Caladois, ici Gonzalez et Lemb lors de la dernière défaite à Chouffet face à Cholet à Cholet, sont passés tout près d'une belle victoire à Marignane.

Rejoint dans les arrêts de jeu à Marignane (1-1), le FC Villefranche-Beaujolais a manqué une belle opportunité de rejoindre son adversaire au classement et reste dans la ligne de mire du premier relégable.

Vendredi 11 janvier, 18ème journée de National. A Marignane, au stade Saint-Exupéry, Marignane-Gignac FC et FC Villefranche-Beaujolais font match nul 1-1 (0-1). Arbitre M. Gaël Angoula. Buts : Belkorchia (15e), pour le FCVB, Coulomb (92e) pour Marignane. Composition du FCVB : Sauvage, Martin, Gonzalez, Camélo, Belkorchia, Pagerie, Ertel (Sergio, 83e), N'Diaye, M'Madi (Joufreau, 68e), Lemb Toko (Mambu, 74e). Entraîneur : Alain Pochat.

Des regrets comme s'il en pleuvait. Villefranche est abonné à ce triste constat en National. A nouveau, une fin de match lui a été défavorable, comme tant de fois cette saison. Cette fois-ci, sur le dur terrain de Marignane, malgré une solidarité de tous les instants, il aura suffi d'une occasion mal négociée dans la surface, pour lire le mot désillusion dans les arrêts de jeu. Pas la meilleure des opérations avant de recevoir Chambly (2ème) la semaine prochaine.

LE MATCH

Un certain sens du réalisme, telle aurait été la définition parfaite du FCVB si par bonheur les Caladois avaient réussi à maintenir cette petite marge d'un but à Marignane, chez un adversaire qui n'avait plus perdu à domicile depuis fin août dernier. Mais il faudra attendre encore pour voir Villefranche ramener un second succès à l'extérieur en National. On souhaite au groupe de l'entraîneur Alain Pochat de ne pas rester longtemps sur cette désillusion supplémentaire, car sans ses leaders techniques, blessés, diminués ou suspendus (Jasse, Lacour, Burel, Sergio entré en cours de jeu) cette équipe beaujolaise a démontré sa capacité à s'adapter à un contexte peu aisé, ce qui servira certainement dans l'optique du maintien.

Avec cette façon de vite trouver la profondeur de ses attaquants, le FCVB a très vite pris les devants, en mettant en œuvre un pressing haut, assez efficace. L'ouverture du score, signée Belkorchia sur une combinaison bien travaillée avec Pagerie à la baguette sur corner, permettait ainsi aux Caladois de concrétiser cette très bonne entame (0-1, 15e). C'était une manière de logique tant ils avaient mis tout ce qu'il fallait pour ne pas se faire coincer en contres. Le capitaine d'un soir, M'Madi alerté par Ertel avait une première gâchette éteinte par la sortie de Kouakbi (12e). Pourtant Marignane n'était pas en reste. Par deux fois, Marignane avait eu l'opportunité de revenir à 1-1. Mais Djacko manquait la cible, en force (17e) alors que Barka ne profitant pas d'un cafouillage de Gonzalez dans la surface butait sur la promptitude de Sauvage (34e).

Le FCVB ne tremblait pas et accumulait les balles de break : M'Madi sur coup-franc (31e), Lemb sur une volée lointaine (32e) ou sur un contre mal négocié (36e), Toko axial et idéalement servi par Martin dont la spéciale "frappe-enroulée" trouvait Kouakbi bien sur ses appuis avec une main gauche ferme (43e). Une opportunité limpide de l'ancien chasselois qui aurait une autre occasion de se rattraper, après la pause. Et quelle occasion ! Un tournant : ce penalty de Toko sorti par Zaccarelli (52e) remplaçant de Kouaki à la pause dans les buts de Marignane. Le FCVB avait laissé passer sa chance de doubler la mise. Pourtant, par son jeu direct, Villefranche garderait le contrôle du match et misait sur son portier Sauvage pour éteindre les quelques velléités offensives des provençaux. Et alors que tout semblait écrit, à savoir un court mais précieux succès à l'extérieur, Marignane par Coulomb dans la surface et à la suite d'une longue touche parvenait à égaliser (1-1, 92e). Cruel. C'était l'unique erreur défensive du FCVB. Il suffit de peu, parfois, pour partir sur des regrets.

LE JOUEUR

Il aurait amplement mérité de crier le mot victoire à l'issue d'une partie où il avait à nouveau prouvé une présence comme un rempart dans les buts du FCVB. Le portier caladois, Alexis Sauvage qui restait sur un dernier duel perdu à Chouffet en 2018 face à Cholet avec trois buts encaissés, avait sans doute hâte de reprendre le fil de sa saison hautement réussie en National. A Marignane, si le dénouement a encore le goût acre des soirs maussades, Sauvage a sorti une prestation de haut : deux duels remportés, une relance parfaite et une assurance qui compte. Avec ce Sauvage-là, le FCVB aura d'autres soirs plus heureux. Les regrets ne sont pas éternels. Pour personne.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer