Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : le FCVB maintient le cap

le - - FCVB

Football/National : le FCVB maintient le cap
FRANCK CHAPOLARD - Un but, une passe décisive, Mambu a été dans tous les bons coups du FCVB face à Pau.

Réduits à dix dès la 31ème minute de jeu, les Caladois ont réussi à renverser le cours du jeu face à Pau et signer un second succès consécutif (2-1), bienvenu dans la course au maintien.

Vendredi 22 février, 23ème journée de National. A Villefranche, au stade Armand Chouffet, FC Villefranche-Beaujolais bat Pau FC 2-1 (0-1). Arbitre M.Abdelatif Kherradji. Environ 700 spectateurs. Avertissements : Vallier (26e) à Pau; exclusion de Burel (31e) à Villefranche; Buts : Mambu (55e), Lemb (83e) pour le FCVB; Guilavogui (39e) pour Pau. Composition du FCVB : Sauvage, Gonzalez, Lacour, Belkorchia, Mambu, Pagerie, Burel, Sergio, M'Madi (Lemb, 58e), Labeau (Benedick, 77e), Paye (Ndiaye, 42e). Entraîneur : Alain Pochat.

Si toutes les victoires permettent de voir la vie immédiate en rose, celle du FCVB, ce vendredi soir face à Pau, est à classer au rayon des succès qui mettent en relief les ressources mentales d'un groupe peu épargné par les coups du sort, à domicile. Un succès pour murir encore un peu plus en National avant de prendre la route d'Avranches, mardi prochain.

LE MATCH

Rarement on aura vu le staff du FCVB se libérer autant à l'issue d'un duel dont l'intensité aura suffi à traduire le scénario un peu dingue face à des Palois opiniâtres de bout en bout. Car ce succès caladois, le cinquième de la saison, n'aura manqué ni de tension ni de péripéties fâcheuses pour s'écrire, au final, dans la joie d'un vestiaire récompensé pour sa ténacité. Mais rien n'aura été simple pour les Caladois, coupés en plein vol, dès la 30ème minute par l'exclusion de leur milieu Nicolas Burel pour un tacle un peu trop appuyé sur Thill, l'international luxembourgeois longtemps resté au sol pour ne pas contraindre l'arbitre central, M. Kherradji au "mea culpa". Ce dernier, en sus du carton rouge à Burel, décida dans la foulée d'envoyer l'entraîneur caladois, Alain Pochat, hors du banc.

C'était une manière de double-peine dont le FCVB se serait bien passé, surtout après cette belle entame illustrée par une application constante à la construction, une volonté de venir poser son empreinte dans la surface paloise. La tête de Lacour sur corner (5e) puis ce centre de Sergio pour Paye en déséquilibre mais sans danger pour Guendouz (6e) étaient les signes d'une fluidité aperçue au Mans, une semaine plus tôt (0-1). Mais il fallait, pour les partenaires de Sauvage, rester vigilant car les contres palois étaient souvent tranchants. Il en fallait de peu pour que ce débordement de Name trouve un destinataire dans la surface beaujolaise (25e), soudain devenue fébrile à l'instar de ce sauvetage de Pagerie sur sa ligne à la suite d'une tête de Bury à bout portant (26e).

Réduits à dix, peu après, les Caladois entrèrent dans un de ces moments de flottement qui, en d'autres circonstances, auraient pu leur coûter chers. Le but de Guilavogui exploitant une mauvaise relance de Belkorchia, pour ajuster Sauvage (36e, 0-1) venait confirmer le passage à vide caladois, avant la pause. Du caractère, le FCVB en usa ensuite pour renverser le cours des choses, avec plus de mordant en seconde période dans un scénario, à dix contre onze, où la grinta et la générosité, soudain, comblent tout. La délivrance interviendrait de ce centre de Pagerie pour Mambu à la réception (1-1, 55e).

Mais si l'infériorité numérique du FCVB, créait quelques frayeurs sur les contres palois, à l'exemple de Tressens qui après avoir éliminé Belkorchia enroulait sa frappe si près de la lucarne de Sauvage (56e) avant de récidiver encore en position idéale dans la surface, pour un même dénouement (59e), cela ne venait pas contrarier le temps fort caladois. La tête de Labeau dans le petit filet (62e) sur un coup-franc de Sergio, excentré, était un petit présage de ce qui se préparait, en conclusion. Lemb d'une frappe de mule terminée sur la barre puis derrière la ligne de Guendouz, sur une action que l'on croyait d'abord gâchée par Mambu à la suite d'une glissade de Sylla pour s'en aller défier Guendouz, donnait l'avantage au FCVB (2-1, 83e). Le FCVB ne perdrait alors plus le fil d'une rencontre qui ne pouvait pas lui échapper. Pas ce soir. Pas avec cet état d'esprit-là.

LE JOUEUR

Les attaquants caladois ont la générosité en partage. A chaque soir de victoire, en ce moment, c'est chacun sa part de lumière. Au Mans, M'Madi, entré en jeu à la place de Paye (62e) avait été l'homme du match. Et ce soir, Chouffet a pu revoir et pavoiser à l'envi sur tout le bien qu'il pense de Jonathan Mambu. Buteur et passeur, il aura joué un rôle décisif dans la construction du succès caladois. D'abord en étant, dans son couloir droit, un piston constant. Puis en tant que second attaquant dans le dernier quart d'heure pour œuvrer plus aisément vers la surface adverse, là où il a pu servir Lemb, pour le but victorieux, après avoir fait parler sa vitesse et une certaine forme de lucidité dans le geste ultime. Il est assurément entré dans le climax de sa saison.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

LES RÉACTIONS DES ENTRAÎNEURS

Bruno Irles (entraîneur de Pau) : "Contrairement à ce que tout le monde pouvait penser, le scénario du début de match ne me convenait pas si bien que ça. On savait que nous avions face à nous une équipe qui n'était pas à l'aise dans la construction. Le fait qu'elle se retrouve à dix allait favoriser leur point fort qui était le contre. Mes joueurs, tactiquement, étaient prêts à rivaliser sur ce point. C'est dur à encaisser mas on a déjoué. Ce n'est pas encore dans nos qualités d'avoir ballon. Il y a des joueurs qui tentent des choses qu'ils ne savent pas faire. Il faut vite se remettre à sa place si on veut atteindre nos objectifs de maintien, avec d'autres valeurs".

Alain Pochat (entraîneur de Villefranche) : "A la mi-temps j'ai demandé à mes joueurs d'y croire. On avait fait une entame vraiment intéressante. Jouer à dix, on a prouvé dans le passé, cette saison, à Drancy (0-1) que l'on pouvait tenir un résultat. Ce qui est regrettable, c'est d'avoir pris ce but à dix. Ensuite, on a eu de la personnalité et du courage. Un scénario n'est jamais écrit à l'avance. Les garçons ont réussi à inverser la tendance et n'ont rien lâchés, ce qui est magnifique pour eux car c'était mal embarqué. Quand on gagne à dix de cette façon-là, dans les têtes on récupère plus vite. On ira à Avranches mardi avec un effectif compétitif. Enquiller deux victoires, va nous aider à avancer."




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer