Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : le FCVB est dans le dur

le - - FCVB

Football/National : le FCVB est dans le dur
Archives FRANCK CHAPOLARD - Menés à l'aller, les Caladois du piston droit Agounon avaient réussi à l'emporter. Le retour a été plus ardu dans le Var.

Battus à Toulon (3-0), chez le dernier du championnat, les Caladois, qui n'ont pas gagné depuis trois journées, ont vu leur série de quatorze rencontres sans défaites s'interrompre dans le Var.

Vendredi 21 février, 23ème journée de National. A Toulon, au stade de Bon Rencontre, SC Toulon bat FC Villefranche-Beaujolais 3-0 (1-0). Arbitre M. Benchabane. Buts : Philippe (15e), Bayo (76e, Guilavogui (90e + 4) pour Toulon; Composition du FCVB : Sauvage – Martin, Renaut, Belkorchia – Agounon, Jasse (N'Diaye, 84e), Sergio, Blanc, Fischer – Taufflieb (Mathis, 46e), Benedick (Dadoune, 46e). Entraîneur : Alain Pochat.

Si ce vendredi soir Villefranche dormira sur la troisième place du podium du National, cela ne tient qu'à un fil et au duel de ce samedi après-midi opposant le Red Star à Laval (14h00). C'est la conséquence de ce revers concédé à Toulon sur une marge (3-0) qui dit beaucoup du manque de réalisme qui semble avoir abandonné le FCVB depuis trois journées maintenant.

LE MATCH

Le jour des premières. Jamais Toulon ne l'avait emporté jusqu'ici en National, cette saison. Jamais Villefranche n'avait pris trois buts cette saison en championnat. Ainsi résumé, on aura dit l'essentiel de ce qu'a été la production caladoise dans le Var ce soir : sans mordant ni justesse technique dans les seize mètres adverses, ramener un petit quelque-chose chez le dernier du National était une mission presque impossible. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir dominé les Toulonnais d'un coach, Victor Zvunka, qui a su ériger un mur défensif suffisamment dense pour ne rien céder, durant toute la rencontre.

Celle-ci n'a pas été un sommet du jeu et c'est une litote, les Toulonnais, en regard de leur situation (7 points de retard sur Le Puy, 15ème) ont visiblement d'autres chats à fouetter que d'ouvrir les vannes offensives. Cela s'est vu à cette manière de toujours placer neuf à dix joueurs dans leur camp, derrière le ballon, en attendant qu'une fenêtre s'ouvre, souvent sur des erreurs caladoises, à la perte du ballon en phase offensive où Pochat a tout tenté en faisant rentrer dès la mi-temps le duo Mathis-Dadoune en lieu et place de la paire Benedick-Taufflieb.

Du 100% réussite. Pour Toulon. C'est ainsi que la glissade de Martin a provoqué la course de Phillippe au piqué habile devant Sauvage, sur le gong du premier quart-d 'heure (1-0, 15e). Puis Bayo, beaucoup plus tard, sur un corner qu'Agounon avait voulu porter en sortie de but, a converti un drôle de ballon traînant dans la surface (2-0, 76e). Les Caladois réclameront une main, en vain (2-0, 76e) à l'arbitre M. Benchabane qui cette saison ne leur porte guère bonheur…Enfin, lorsque Guilavogui s'est joué de Renaut dans les arrêts de jeu pour battre Sauvage (3-0, 90e + 4) de près, la messe était dite depuis longtemps, déjà.

Mais en amont, à nouveau, la possession avait été caladoise. Des opportunités, Villefranche en aura eu, avant l'ouverture du score (frappe intérieur d'Agounon dès la 3e, corner de Jasse pour une combinaison avec Renaut, hors cadre à la 5e, cette reprise pleine course de Blanc à la 6e). Et avant le 2-0 : tentative de Sergio aux abords de la surface, hors cadre (31e), pression de Blanc devant Andreani (55e). Et même après le 2-0 : Jasse sur coup-franc en force (79e) et cette double opportunité de Dadoune et N'diaye (90e) devant Andreani. Comme un Symbole d'un match où Villefranche ne marquerait pas.

LE JOUEUR

Un jour sans. Ce pour toute l'équipe alignée par Alain Pochat à Toulon. Difficile de ressortir un Caladois dans un soir pareil. Au rayon des souffrances, on relèvera la partie plus que délicate vécue par Kevin Martin, à droite de la défense à trois beaujolaise. Sa glissade sur le premier but a ouvert un boulevard à Philippe qui a mis Toulon en orbite, au bout d'un quart-d 'heure. Averti à la 50ème minute pour une faute sur Delgado, le défenseur central du FCVB a souvent été pris de vitesse sur les contre-attaques adverses. Un match à vite oublier, donc. Pour tous les Caladois.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer