Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : la méfiance était bien légitime…

le - - FCVB

Football/National : la méfiance était bien légitime…
FRANCK CHAPOLARD - A l'heure de jeu, l'entrée en jeu de Brandon Agounon, ici à l'aller, a dynamisé le couloir droit caladois.

Accroché par Béziers (0-0) dont la débâcle à Pau (0-7) était une plaie encore vive, le FC Villefranche-Beaujolais a préservé sa longue invincibilité (treize journées consécutives sans chuter), une semaine avant son duel de haut de tableau face au Red-Star à Chouffet.

Vendredi 7 février, 20ème journée de National. A Béziers, au stade Raoul-Barrière, FC Villefranche-Beaujolais et AS Béziers font match nul 0-0. Arbitre M. Clément Fabry. Buts : pour le FCVB; Composition du FCVB : Sauvage – Martin, Jasse, Belkorchia – Bonenfant (Benedick, 74e), Sergio, Blanc, Taufflieb (Agounon, 62e), Ndiaye (François, 69e) – Robinet, Dadoune. Entraîneur : Alain Pochat.

En d'autres temps, peut-être que ce nul aurait eu la couleur des regrets. Il en aura certainement si d'aventure il vient à manquer deux petits points au bout, mais il est n'est jamais chose aisée de défier un groupe restant sur une chute monumentale comme celle vécue par Béziers à Pau (0-7) samedi dernier. Il ne faut pas le cacher, Villefranche, dans l'Hérault a semblé, longtemps, être assis entre deux chaises : attaquer franchement au risque de se faire contrer ou gérer la situation et le point pris. Un nul n'est donc pas si mal, dans cette affaire-là. Surtout qu'il permet aux Caladois de demeurer sur le podium du National quand bien même Dunkerque (0-1 à Toulon) et Pau (1-2 au Red Star) ont fait le plein, à l'extérieur.

LE MATCH

Cela a ressemblé à une sorte de coup pour coup, par intermitence. Sans que personne ne tombe, finalement. A Béziers, le FCVB, qui voyageait avec la première titularisation de Bonenfant à droite et le retour de Belkorchia dans la défense à trois de Pochat, a soufflé le chaud et (parfois) l'effroi. Le coach caladois dont c'était la centième sortie à la tête du FCVB n'aura pas matière à ouvrir le champagne. Cela viendra, un autre jour, certainement. Car, ses hommes forts du secteur offensif n'étaient pas à la fête ce soir. Ils ont pourtant eu les premières munitions, cette tête de Robinet (6e), ou cette reprise de Ndiaye (12e) obligeant Marillat le portier biterrois à intervenir sur une erreur de relance de Senhadji assez tôt dans la partie avec un mode opératoire habituel : occupation haute, pressing et vivacité dans les petits espaces. Seulement, il a manqué aux caladois un supplément de peps ou de justesse technique dans le geste ultime. Cela a laissé à Béziers de l'espoir, souvent sur du jeu direct qui aurait pu dessiner une désillusion sans un grand Sauvage, durant une bonne demi-heure.

Ainsi, Osei sur une bévue de la défense caladoise a été repris à l'instant de la frappe devant le gardien caladois (33e). Celui-ci sera à la parade face à Testud qui avait mis la pression sur Sergio à proximité de sa surface (47e). Il eut encore cette vive attaque de Béziers terminée par Bouhmidi dont la frappe trouvait Sauvage et sa détente sur sa droite (51e). Puis sur le corner suivant le gardien caladois devait encore faire preuve de sureté (52e). Puis Jasse mettait le pied sur Osei empêchant ce dernier d'armer (55e) sa frappe. Les frayeurs étaient éteintes. Place enfin aux possibilités, veines, de l'emporter. Et tout viendrait du même côté : à droite, par l'activité d'Agounon. A deux reprises (64e et 77e) il servira Dadoune. A deux reprises, le compère d'attaque de Robinet ne cadrera pas ses têtes. Enfin, Benedick, l'autre entrant à gauche, allumait des 20 mètres un dernier pétard, sorti en corner Marillat le portier biterrois (80e). Il faut remonter au 22 novembre 2019 pour trouver la trace du dernier 0-0 du FCVB. C'était face à Concarneau à la maison. Une petite éternité, presque.

LE JOUEUR

De la vie dans les couloirs. C'était un peu le cas ce soir à Béziers, notamment à droite où la première titularisation de Rémi Bonenfant n'a pas été couplée au grand soir offensif des Caladois. Alors, lorsqu'il a fallu apporter un peu plus de vie et de poids dans ce secteur, à l'heure de jeu, Brandon Agounon dont les effets de la concurrence sont bien visibles, a effectué une entrée assez remarquée. Il a centré à deux reprises pour la tête non ajustée de Dadoune (64e et 77e). Il a ensuite couvert ses arrières comme à l'accoutumée, sans non plus connaître de pics de frayeurs. Il lui a suffi de peu pour offrir des solutions à droite. Le sens du (bon) devoir.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer