AccueilSPORTSFCVBFootball/National : la belle réponse du FCVB

Football/National : la belle réponse du FCVB

Sereins au Mans, les Caladois ont gommé leur sortie de route en coupe de France par un succès tout en maîtrise (0-2) dans la Sarthe pour demeurer sur le podium du National.
Football/National : la belle réponse du FCVB
FRANCK CHAPOLARD - Comme il l'avait fait face à Avranches (3-0) les Caladois Nirlo, Dabasse, Sergio, Flegeau, n'ont pas tremblé au Mans.

SPORTSFCVB Publié le , RALPH NEPLAZ

Vendredi 19 novembre, 14ème journée de National. Au Mans, au stade MMAréna  le FC Villefranche-Beaujolais bat Le Mans FC 2-0 (1-0). Arbitre M. Bartolomeu Varela. Avertissement : Camara (27e), Cissé (43e) au Mans; Taufflieb (46e), Bouet (65e) à Villefranche. Buts : Nirlo (19e), Sergio (68e sp) à Villefranche. Composition du FCVB :  :  Bouet – Romany, Nirlo, Flegeau – Bonenfant, Injai, Sergio, Taufflieb, Pagerie – Dabasse, Elisor. Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Quand l'entraîneur caladois, Hervé Della Maggiore, dit qu'il n'oublie pas la capacité de son équipe à rebondir après chaque coup d'arrêt, on a tendance à lire une manière de ne jamais basculer dans l'affolement, parce que finalement, ce groupe-là se connaît suffisamment bien pour ne jamais rester trop longuement dans la panade. En revenant défaits, samedi dernier de Chambéry en coupe de France (2-1, 7e tour), les coéquipiers du défenseur Nicolas Flegeau, avaient conscience qu'un couac dans la Sarthe, ce soir, aurait dessiné le début d'une remise en question de la confiance constamment délivrée par leur coach HDM. Et cela peut maintenir l'allure d'une saison, sur des bases que d'autres clubs quêtent avidement.

A dire vrai, Villefranche n'a laissé, à aucun moment, Le Mans, développer le début d'une idée collective qui aurait été une explication de cette série de six matches sans défaites des hommes du coach Cris, suspendu ce soir et secondé par son adjoint Prunier sur le banc. Hormis un début de second acte plus tranchant - Dia N'Diaye (54e) en retourné spontané -  et quelques contres par-ci, par-là, avec ce jeu direct qui n'est pas toujours un tableau à mille feux, on a peu senti que cette équipe sarthoise avait de quoi viser le podium, son but à venir, cette saison. Par sa maîtrise précoce, Villefranche a géré l'affaire à sa guise, sans frilosités. Un catalogue d'actions où la vitesse et les déplacements des uns, ont offert des conclusions précises, dans la surface adverse. Il y a d'abord eu ce déboulé de Dabasse, freiné tout près de la surface (18e). Le coup-franc qui suivit, calibré par Sergio, effleura la tête de Nirlo pour une déviation gagnante (1-0, 19e). C'était la logique d'un début de match bien pris en main par les Caladois, aux quatre coins du terrain.

Un scénario totalement caladois

Le Mans, sur corner, a, certes, frôlé l'égalisation à la suite d'une belle combinaison terminée par une reprise en équilibre renversée de Dia N'Diaye que Bouet sur ses appuis arrières, sauvera avec brio (21e) sur sa ligne, mais il n'y avait pas de quoi renverser la tendance d'un scénario écrit par Villefranche. On notera tout de même ceci à cet instant où s'ouvrait une parenthèse de doutes : ce petit moment de flottement pour savoir si le ballon était rentré dans la cage du gardien Caladois. Mais sans assistance vidéo, M. Varela, l'arbitre, n'indiquera pas le rond central. Voilà qui ajoutera de la certitude à cette première demi-heure au tempo beaujolais, les joueurs de Della Maggiore empêchant les Manceaux de développer leur jeu avec un pressing coordonné assez haut – signe que tout le monde est concerné –  où les incursions, en face, de Macalou (sorti à la mi-temps) au duel avec le piston Bonenfant, à gauche, constituaient pourtant de vraies menaces.

Villefranche a gardé les principales flèches pernicieuses, à tout instant : un coup-franc trop enlevé de Pagerie (30e) ou ces tentatives non cadrées d'Elisor (35e et 37e). Ce même Elisor était dans son match, ça aide toujours d'avoir un avant-centre alerte, souvent au bon endroit... Cissé viendra lui chiper le ballon dans la surface à l'instant d'armer sa frappe alors que Dabasse avait tricoté dans de la soie une chouette série de dribbles (40e). Elisor, encore, servi par Bonenfant, choisira la beauté du geste à l'efficacité devant le gardien Ewan Hatfout si prompt à capter l'aubaine (41e).

Dabasse charbonne, Sergio rayonne

Tiens, encore une autre petite histoire du soir. On s'est arrêté sur ce gardien sarthois, Hatfout, doublure inspiré de Pierre Patron, un nom du championnat, gâté pour son premier match en National. Il assurerait sur un coup-franc cadré de Sergio, (43e) puis sur une "Madjer" en extension d'Injai qui avait lu le centre tout en sucre de Pagerie, le piston gauche faisant des friandises des galettes façonnées par Sergio à la récupération et Taufflieb en relayeur, brillant (44e). Enfin, dans ce baptême sans répits, Hatfout fermant l'angle, utilement face à Dabasse (58e) a continué à garder le navire sarthois à flot avant la balle de break annoncée plus haut. C'était cette combinaison dans la surface entre Dabasse et Taufflieb, ce dernier étant touché, qui offrirait au FCVB un pénalty transformé par Sergio sereinement, à la gauche d'Hatfout (0-2, 68e).

Un autre zoom pour fermer ce match. Le capitaine caladois, l'exigeant Rémi Sergio, avec un but et sa cinquième passe décisive de la saison a été "grand" ce soir au Mans. Dans le sillage d'un FCVB qui reste sur le podium, à deux longueurs du leader bressan vainqueur de Chambly (3-1), la veille. Une belle réponse caladoise à cette domination aindinoise qui perdure. L'ultime rendez-vous de l'année, à domicile, aura lieu dans quinze jours face à Créteil. Pour une dernière danse à Armand-Chouffet ?  

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?