AccueilSPORTSFCVBFootball/National (FCVB-Bourg) Alain Pochat : " montrer notre mental et nos valeurs "

Football/National (FCVB-Bourg) Alain Pochat : " montrer notre mental et nos valeurs "

Une semaine après leur revers de Toulon (3-0), les Caladois de l'entraîneur Alain Pochat, toujours en course pour le podium du National, s'attaquent au voisin bressan avec la volonté de retrouver le parfum du succès dans un stade Armand-Chouffet des grands soirs.
Football/National (FCVB-Bourg) Alain Pochat :
FRANCK CHAPOLARD - Le FCVB d'Alain Pochat peut encore regarder vers le haut du classement du National avant le derby face à Bourg.

SPORTSFCVB Publié le ,

Cinq mois ont passé. Villefranche, qui avait connu à Bourg sa dernière défaite (2-0) en championnat, fin septembre 2019, a chuté pour la troisième fois seulement vendredi dernier à Toulon (3-0). Un coup d'arrêt surprenant chez le dernier du National, qui n'avait pas goûté à la victoire depuis le début de la saison. Les Caladois ont perdu dans le Var leur troisième place, synonyme de barrages pour la Ligue 2 au printemps prochain. Mais ils n'ont en rien abdiqué cette quête-là, à l'instant de recevoir Bourg-en-Bresse ce soir à Chouffet (20h00). Un voisin qui guigne le même sésame à onze journées de l'arrivée. De quoi faire de ce derby, un rendez-vous qui va compter pour les deux équipes. Et celle d'Alain Pochat en particulier…

Alain Pochat, comment avez-vous évacué la défaite ramenée de Toulon (3-0), est-ce qu'elle a été vite oubliée pour passer à autre-chose ?

"Oubliée ? Oui et non. En début de semaine, elle est revenue sur le tapis parce qu'on ne peut pas occulter le fait que c'est une défaite qui fait mal à la tête. C'est la première victoire de Toulon en National. Et on l'avait dit avant le match, on a l'impression d'être les dindons de la farce même si ce n'était plus vraiment la même équipe de Toulon par rapport à l'aller avec des garçons qui ont amené un peu plus de fraîcheur sur le plan mental, sans avoir connu la première phase de championnat. Pour la première fois aussi, ils ont changé de système (NDRL : 3-5-2). Et ça tombe toujours contre nous. Le scénario du match nous a fait également du mal. On a eu des situations d'entrée, mais on n'est pas arrivés à concrétiser. Eux, derrière, sur la seule attaque qu'ils ont, ils marquent, même si on s'est déchirés sur ce premier but encaissé. Après ça, ils ne pouvaient qu'être réconfortés dans leur intention de bien défendre. On a eu la maîtrise mais on a manqué de précision dans la dernière passe, dans la conclusion et la prise d'initiative dans le bon tempo. Le deuxième but provient d'un corner où il y avait eu une faute non sifflée sur Brandon (Agounon). Le troisième but est anecdotique. Le score est quand même lourd. De l'extérieur cela peut être surprenant. Ce sont des matches comme il en existe dans tous les championnats. L'an dernier Drancy avait mis 3-0 à Chambly, par exemple. Tant mieux pour Toulon. Je ne voudrais pas vivre leur saison. A nous maintenant de savoir comment on peut se relever. C'est comme à chaque chute, l'important est de savoir trouver les solutions pour ne pas rester à terre. On a un double challenge : effacer Toulon et jouer Bourg avec en mémoire le match aller (revers 2-0) qui ne nous avait pas réussi. C'est une bonne opposition pour montrer notre mental et nos valeurs."

Mentalement, où en sont vos joueurs avant ce derby ?

"Ils sont conscients de la situation même si tous n'interprètent pas les choses de la même façon. Un joueur zappe vite….Ils passent vite à autre-chose. On est obligés de faire avec. Il est difficile de changer tout un vestiaire dans la façon de gérer la compétition, l'approche du métier. Si tout le monde avait l'approche du métier d'un Ronaldo ce serait top ! Il reste à jouer sur la concurrence la semaine, garder la confiance. Je leur ai dit que nous avions fait une phase aller intéressante en ayant pris un nombre de points important qui nous permet d'être maintenus à 13 ou 14 journées de la fin. Maintenant, est-ce que l'on peut espérer autre-chose ? Il n'y a pas d'autre objectif que de rester là-haut. Est-ce que tout le monde a envie de se battre pour ça ? C'est toute la question."

"Bourg devrait avoir dix points de plus que nous…"

Les absences de vos attaquants (Robinet blessé, Guilavogui suspendu) sont-elles préjudiciables ?

"Forcément. C'est comme si Bourg n'avait plus Anani devant (NDRL : 15 buts en National). Robinet a du poids dans notre animation, il est important dans ce qu'il dégage, ses courses, sa combativité. Il est généreux. L'investissement des uns et des autres est variable. J'aime bien le mot "grinta". Est-ce que tous les attaquants ont ça ? Je ne sais pas…"

Dans ce derby, peut-on attendre davantage sur le plan mental justement ?

"Ce n'est pas la notion de derby qui compte. C'est juste le fait qu'à l'aller il y a eu des choses qui se sont produites en plus du scénario du match qui nous restent en travers de la gorge. Bourg se doit d'être en Ligue 2 la saison prochaine sous peine de perdre son statut pro et ils auront plus de pression que nous. Si on gagne, on sera presque en avance sur notre tableau de marche par rapport à eux. On a peut-être perdu à l'aller mais toute la saison, on a été devant eux, ça veut dire qu'il y a de la qualité dans le groupe de Villefranche."

Si ce n'est pas la notion de derby qui pèse sur ce match, sur quoi allez-vous insister auprès de vos joueurs alors ?

"Sur la fierté et la notion d'être de vrais compétiteurs. Si on gagne, encore une fois, on reste devant eux. Si on est troisième en fin de saison, je prends ! Même si les deux premiers (Dunkerque et Pau) s'envolent ! Bourg veut la même chose que nous : être là-haut."

Tactiquement, ils ne vont pas vous attendre en bloc bas comme souvent en National…

"Je ne pense pas. Ce n'est pas leur philosophie. On aime quand il y a des espaces mais ils ont une animation avec beaucoup de mouvement et de qualité technique. Leur point d'appuis devant (Anani) est solide. Il faut être réaliste, cette équipe devrait avoir dix points de plus que nous en regard de leur effectif, leurs conditions d'entraînements. Ce n'est pas vraiment comparable."

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?