Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : Ce FCVB-là, ne déraille plus !

le - - FCVB

Football/National : Ce FCVB-là, ne déraille plus !
FRANCK CHAPOLARD - Une semaine après avoir dominé Béziers à la maison (5-2), le FCVB de Taufflieb, N'Diaye, Sergio, Dadoune, Agounon et Belkorchia, a pris la mesure du Red Star.

Portés par une entame de feu, les Caladois se sont imposés au Red Star (0-2). Un succès qui leur permet d'occuper la place de dauphin de Dunkerque, le leader battu à Bourg. Le train du FCVB est en marche.

Vendredi 6 septembre. 6ème journée de National, à Saint-Ouen au stade Bauer, FC Villefranche-Beaujolais bat Red Star FC 2-0 (2-0). Buts : Dadoune (2e, 9e) pour Villefranche. Arbitre M. Lakhdar El Bedoui. Composition du FCVB : Sauvage, N'Diaye (Ertel, 73e), Cabaton, Flegeau, Belkorchia, Agounon, Sergio, Taufflieb (Jasse, 84e), Blanc (c), Robinet (Guilavogui, 78e), Dadoune. Entraîneur : Alain Pochat.

Il va falloir s'y faire. Ce FCVB-là a tout d'un groupe qui ne connait pas ses limites. Tout d'une équipe renouvelée dont on ne sait plus où se situe ses possibilités. Pour l'instant, en six journées et avec quatre succès dans sa valise, sa place est en haut, dans la roue du leader Dunkerque. C'est ce billet qu'il faut composter ce soir, après la maîtrise collective développée au Red Star, sur deux coups d'éclairs du buteur Dadoune, dans la nuit audonienne.

LE MATCH

Si le stade Bauer a été un enfer, Villefranche a su diablement l'éteindre, avec tout ce qui fait sa force en cette fin d'été : une sûreté collective qui ne doit rien au hasard. Tout se prépare. Il y a une semaine, à la sortie du probant succès à Chouffet face à Béziers, on avait été étonné par l'attention d'Alain Pochat porté sur le synthétique de Bauer, où le Red Star sait bien recevoir. Il faut croire que cela n'a pas gêné ses hommes, qui ont potassé l'affaire pour être à la hauteur de cette escale. Et on n'a pas vraiment perçu des Caladois particulièrement perdus en Seine-Saint-Denis, bien au contraire.

Une histoire de célérité, qui se joue en moins de dix minutes montre en main. Un train qui part vite. Ce ballon récupéré par Taufflieb dans sa moitié de terrain pour Robinet dont le centre limpide pour Dadoune au lob tellement exécuté à l'instinct que le malheureux gardien parisien Oberhauser (0-1, 2e) pouvait légitimement se dire que la suite serait un enfer, peut-être. Tchou Tchou ! Le train du FCVB était bien lancé. Encore une histoire de déplacements bien bossés, sans aucun retard, le tout s'étant joué en une touche de balle. Puis, on a lu la souffrance du Red Star à la perte de balle, les caladois profitant de toutes les profondeurs possibles, aidés par la sortie approximative d'Oberhauser pour le bonheur de Dadoune qui marquait dans le but vide (2-0, 2e) après un délice de Robinet dans sa course, comme un chef de gare indique aux voyageurs (beaujolais) la bonne marche.

Puis cette question, ensuite : comment se relever d'un départ aussi calamiteux pour le Red Star mené 0-2 en moins de dix minutes ? En répondant tout à côté. En étant moins poreux dans l'axe comme sur cette frappe de N'Diaye (19e) non cadrée. En étant moins frileux sur les coups-pieds-arrêtés : ce corner de Belkorchia pour Dadoune, agile pied gauche, manquant d'un cheveu la cage audonienne (29e). A la question posée plus haut, il n'y aura pas vraiment de bonnes réponses. Juste le constat d'une équipe caladoise supérieure dans tous les domaines, dans la gestion comme dans la projection quand une fenêtre s'ouvrirait, au passage, avec la précision technique de son milieu Sergio-Blanc-Taufflieb au four et au moulin.

En seconde période, le Red Star usera de ballons (trop) longs pour tenter de revenir dans le match, en vain, avec notamment N'Zuzi (63e,73e) comme seule menace. Tchou tchou ! Le train du FCVB avait fait assez de jolis dégâts pour ce soir… Il existait encore par des contres (Blanc et Dadoune, 62e et 64e) pour chercher la balle du 3-0. En fin de match, Sauvage qui, cet été, avait choisi de mettre fin à son contrat au Red Star pour poser ses bagages en Calade, avait un peu de boulot. Ce n'était pas non plus l'embouteillage dans sa surface.

Le FCVB maintient sa belle cadence, en seconde classe, derrière Dunkerque. Dans le train du National, cette équipe commence à trouver sa place. Laquelle ? Cela donne envie de suivre la suite, face à Toulon et sa furia, à Choufet dans une semaine. C'est bon signe. En ce moment, le FCVB aime les clubs mythiques du foot français.

LE JOUEUR

On ne va pas faire long. Celui qui aurait pris le match de Villefranche au Red Star en cours de route – vendredi, c'est apéro, souvent – n'aurait pas manqué le nom d'Ottman Dadoune. Le week-end dernier, il avait confié son "kif de jouer dans une équipe pareille", le FCVB. Ce gars-là sait traduire tout cela en actes marquants. Dans le 93, il a fait grimper son compteur jusqu'à trois avec un doublé, une semaine après avoir trouvé le sentier des filets contre Béziers (5-2). Et à chaque fois, dans son sillage, Robinet était au service. A ce train-là, ces deux-là iront loin. Avec le FCVB.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer