AccueilSPORTSFCVBFootball/National : ce FCVB-là a vraiment du tempérament !

Football/National : ce FCVB-là a vraiment du tempérament !

Après avoir connu de grandes frayeurs à Orléans, Villefranche, plus fringant en seconde période a signé un succès important pour revenir à hauteur de Bourg, troisième du National (1-2).
Football/National : ce FCVB-là a vraiment du tempérament !
Archives FRANCK CHAPOLARD - Simon Elisor est l'attaquant en forme du FCVB. Il a signé à Orléans son 7ème but de la saison.

SPORTSFCVB Publié le , RALPH NEPLAZ

Samedi5 mars, 24ème journée de National. A Orléans, au stade de la Source le FC Villefranche-Beaujolais bat l'US Orléans 2-1 (0-1). Buts : Lepaul (28e) pour Orléans; Pagerie, (51e), Elisor (61e) pour Villefranche. Arbitre M. Faouzi Benchabane. Avertissements : Sergio (27e) à Villefranche; Saint-Ruf (39e), Dembi (72e) à Orléans. Composition du FCVB : Bouet – Nirlo, Flegeau, Romany – Martin (Da Silva, 66e), Sergio (c), Taufflieb (Norde, 86e), Khous, Pagerie (Bokele, 79e) – Elisor (Wissa, 79e), Dabasse. Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Il serait vain de chercher les matches pleins, totalement maîtrisés, parce qu'à l'orée de la dernière ligne droite de ce drôle de championnat où rien n'est écrit d'avance, il va falloir se contenter de faire tourner la machine à points, avoir les nerfs solides, pour espérer gratter quelque-chose, au bout. Et de ce qu'a démontré cette équipe du FCVB, ce soir, à Orléans, chez une formation invaincue depuis huit journées, on retiendra surtout son mental pour éteindre un match à sa portée. En se serrant les coudes, à la fin. L'air du moment. Tout a été une frayeur écrite sur un fil, d'où chaque formation aurait pu tomber. Il est heureux que ce soit Villefranche, parce que le talent collectif du groupe de Della Maggiore, a fini par payer, quand même, et lire après coup ce qui se présente : le retour sur le podium, à hauteur de Bourg, ce voisin, troisième du National, qui s'est fait surprendre par la rigueur en béton armée de Sète (1-1).

Résultat de match à Villefranche

Ceci posé, on dira que Villefranche a quand même vécu un drôle de match, sur une belle pelouse du stade de la Source qui lui réussit toujours. Drôle de match ? On songe à cette première période soporifique où tout a manqué : du rythme, de l'intensité et ces efforts nécessaires pour accompagner les actions offensives. En jouant ainsi, on a cru revenir à janvier, lorsque la nuit était tombée sur cette équipe, perdant quatre fois de suite pour s'éloigner du train de devant, sans que ce soit définitif. Peut-être que la confrontation du jour, ce système contre système (3-5-2) a paralysé les intentions des deux équipes. Peut-être que le fait d'avoir joué lundi pour Orléans à Annecy (0-0) et mardi pour Villefranche à la maison contre Boulogne (2-1) a laissé plus de traces que prévu… Mais toujours est-il que lorsque Orléans a ouvert le score, sur un long coup-franc de son capitaine Saint-Ruf trouvant Lepaul habile dans son enchaînement, ce dernier profitant de la mésentente entre Bouet et Nirlo pour ouvrir le score, à l'approche d'une première demi-heure de jeu ennuyeuse, on ne voyait pas comment ce FCVB-là - qui avait seulement existé offensivement par cette frappe spontanée d'Elisor sur une inspiration de Sergio - pouvait s'en sortir (1-0, 28e).

Quand Elisor et Pagerie changent le décor

Renverser table, se dire les choses, cela a sans doute été utile, dans le vestiaire caladois sur la base d'un début de sursaut avant la pause, parce qu'ensuite, en seconde période, le match a vraiment démarré pour les coéquipiers du capitaine Rémi Sergio, ultra convaincant ce soir. Soudainement, Villefranche est parvenu à mieux combiner dans les vingt derniers mètres, avec des récupérations plus hautes, tout en gérant autrement la profondeur à la perte du ballon. Cela a donné lieu à moins d'approximations dans les zones où il faut décider vite et juste, à plus de mordant surtout, en atteste Elisor et cette frappe croisée qui frôlait le poteau droit de L'Hostis (46e). Elisor justement, est vraiment l'attaquant dont le FCVB a grandement besoin en ce moment, quand il est dans des dispositions, plus collectif, plus concerné. Cela s'est vu quand, dans la surface, quand il a su trouver Martin, ce piston au lob astucieux que L'Hostis a claqué en corner (47e).

Classement du club d'Orléans

Ne pas croire cependant qu'Orléans a baissé les bras à cet instant du match. La sûreté de Bouet décisif devant Cissé pour éteindre le feu dans sa surface à trois reprises, était bienvenue (49e). On pressentait alors que ces intentions caladoises ne tarderaient pas être récompensées. Logiquement, Pagerie, en piston qui monte au bon moment, alerté par Sergio dans la profondeur, battait L'Hostis pour une égalisation méritée (1-1, 51e). Un vrai temps fort caladois nourri d'abord par Taufflieb combinant avec Khous pour venir buter sur L'Hostis (59e), puis par Elisor en contre éclair sur un ballon perdu par Orléans au milieu du terrain, Dabasse sentant l'appel de son partenaire pour que ce dernier, relâché, puisse finir le boulot pied gauche, là-haut, à l'entrée de la surface (1-2, 61e). Mais la soirée parfaite n'existant pas, la blessure de Martin, sorti sur civière (65e) a vraiment noirci le tableau de ce sursaut collectif.

Pas de doute, tout le monde, en National, est entré dans le "money-time"

Plus large, la victoire du FCVB, aurait pu l'être, à l'instar des tentatives de Dabasse, excentré, et manquant une belle balle de 3-1 sur un raté de L'Hostis en dehors de sa surface (69e), ou encore ce même Dabasse, multipliant les contrôles, bizarrement sans être inquiété dans une défense orléanaise statique pour toucher le poteau gauche de L'Hostis, d'une frappe enroulée bien sentie (74e). Il y aurait en sus ce centre fort de l'entrant Wissa pour Flegeau monté aux avant-postes (85e) et cette frappe de Sergio au bout d'interminables arrêts de jeu, pour sceller le destin d'une rencontre gagnée au mental (90e+5).

Jeu à Armand-Chouffet

A nouveau, les entrants – les jeunes Da Silva et Bokele – se sont vite mis dans le bain. Comme tout le groupe depuis quelques journées. Vendredi, la venue à Armand-Chouffet d'Annecy, 5ème à deux longueurs du FCVB, dessine la perspective d'un soir à ne pas manquer. Pas de doute, tout le monde, en National, est entré dans le "money-time". On se répète mais maintenant tout va compter. Jusqu'au bout. Comme au printemps dernier...

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?