Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/National : Alexis Sauvage – Maxime Blanc : "Il ne faut pas oublier d'où l'on vient"

le - - FCVB

Football/National : Alexis Sauvage – Maxime Blanc : "Il ne faut pas oublier d'où l'on vient"
FRANCK CHAPOLARD - Maxime Blanc et Alexis Sauvage dans le couloir d'Armand-Chouffet. Où toute la détermination du FCVB en National.

Hommes forts du FCVB en National, le gardien et le milieu caladois sont revenus sur le début de saison détonant de leur équipe, après le nul concédé (0-0) face au leader Dunkerque, vendredi soir à Armand-Chouffet.

Il a encore réalisé le match quasi parfait face à Dunkerque, la meilleure attaque du National, vendredi soir devant les caméras de Canal+. Alexis Sauvage reste ce gardien qui fait gagner des points aux siens, tout en prenant des risques. A l'image du FCVB. Son capitaine du moment est Maxime Blanc, l'autre élément clé du coach Alain Pochat au milieu. A la sortie de ce premier duel au sommet serré mais emballant, tous deux se sont longuement confiés sur le début de saison réussi de Villefranche en National, troisième à la neuvième journée.

On attendait beaucoup de match au sommet entre Villefranche et Dunkerque. Finir sur un nul (0-0) face au leader, est-ce que ça laisse des regrets ?

Maxime Blanc : "On peut dire oui et non. Dunkerque était venu pour nous attendre et nous contrer. En première mi-temps, ils ont été assez dangereux en contre-attaques. On a modifié cela à la pause en étant plus juste. En seconde période, on a mis plus de présence dans leur camp mais nous avons manqué de tranchant offensif. C'est un point pris et sur la saison, il comptera".

Alexis Sauvage : "J'ai le même ressenti que Max sur ce match. A la mi-temps, je pense même que l'on s'en tire bien avec un nul. Ensuite, on a eu un peu plus de maîtrise. On a eu des situations que l'on a mal jouées. Mais on ne veut pas trop se plaindre de ce 0-0 face au premier. On s'en fiche de qui est en face, ça aussi il faut le réaliser surtout à la maison. On ne prend pas de but, après la déconvenue de Bourg (défaite 2-0) la semaine dernière. Et puis je remarque aussi que nous sommes fin septembre avec 17 points. L'année dernière, à la trêve, au bout de 17 matches on avait 18 points…Il ne faut pas le négliger. Encore une fois, on ne va pas se plaindre d'être en haut du classement mais il ne faut oublier d'où l'on vient."

Vous êtres dans le trio de tête depuis quelques journées, ce qui modifie votre statut en National. Comment portez-vous tout cela ?

Maxime Blanc : "C'est peut-être une phrase un peu "bateau" mais on prend la situation match après match. Plus on est en haut plus on a envie de gagner des matches. On voit que tout le monde ici est enchanté, ça s'enflamme un peu vite mais nous gardons les pieds sur terre. Si nous pouvons rester en haut, tant mieux. Je pense que nous avons les capacités pour maintenir ce rythme en restant efficaces dans les deux surfaces. On fera un point à la trêve."

Alexis Sauvage : "On sait ce que l'on vit. Mais cela ne nous met pas dans un statut de cador. On sait ce que l'on vaut. Tout n'est pas parfait. Quand arrive le vendredi on récite ce qui a été travaillé la semaine. Parfois ça passe, parfois non. Dans ces conditions, il faut savoir ne pas perdre comme ce soir (hier) face à Dunkerque."

Maxime Blanc : "On n'est pas si mal…"

En termes d'exigence, le curseur va être réhaussé par votre coach (Alain Pochat), ça fait deux matches que vous ne gagnez pas. Il est où le kif là-dedans ?

Maxime Blanc : "Ses exigences nous font progresser. On a envie d'avancer avec lui tout en restant cohérent dans ce que l'on produit sur le terrain. Et pour un début de saison, on n'est pas si mal. On a quand même joué de grosses écuries jusqu'ici."

Alexis Sauvage : "Sincèrement, le kif il a été dans ce match nul. Le mot du coach après, a été "félicitation". Il faut juste s'arrêter à ça. Dès lundi on verra ce qui n'a pas marché. Le coach sait que l'on ne triche pas."

A quoi peuvent ressembler les attentes sur le match de Pau la semaine prochaine, un adversaire qui vient de repasser devant vous au classement ?

Maxime Blanc : "On aura face à nous une équipe très joueuse qui mérite sa place actuelle. Il faudra y aller avec l'intention de leur poser des problèmes comme on l'a fait depuis le début. Mais on devra surtout garder à l'esprit la nécessité d'être plus équilibré, ce qui nous a manqué face à Dunkerque."

Alexis Sauvage : "L'an dernier, ils nous avaient mis en difficulté sur les deux matches. Leur début de saison est parlant, surtout leur défaite contre Dunkerque (4-1) où ils ont eu des balles de 2-0. Il faut y aller avec en tête que c'est une grosse équipe du championnat qui a des automatismes."

Alexis Sauvage : "Après la défaite de Bourg, je n'ai pas dormi du week-end !"

Maxime Blanc, vous restez sur une dernière saison en demi-teinte. Et là, c'est tout le contraire : vous alignez les matches au milieu avec le brassard de capitaine…

"Alors sur le brassard, on va se calmer ! On se chambre souvent là-dessus avec Max (Jasse) qui reste LE leader du vestiaire. Il est aussi important. Disons que je suis revenu en ayant bossé, ce qui n'avait pas été le cas la saison dernière… J'ai bossé, perdu du poids. Je me sens mieux sur les appuis, les démarrages, ça fait du bien. A moi de continuer, de ne pas croire que la place est acquise car d'autres mecs méritent de jouer aussi. En tout cas, je préfère ce début de saison à celui de l'année dernière !"

Alexis Sauvage, comment avez-vous vécu l'après Bourg ? (ndrl : il avait commis une bourde à la relance devant l'attaquant Anani qui avait inscrit le but du 2-0)

"Je n'ai pas dormi du week-end ! Je dis ça sans rigoler. J'étais très énervé d'avoir perdu. Mais je pense aussi que parfois, et c'est mon gros défaut, il faut savoir relativiser. Pour moi, ce n'est pas encore le cas. Je réagis toujours à chaud. Quand j'ai fait cette erreur, j'ai essayé de rester dans le match. Depuis j'ai revu l'action au moins quinze fois alors qu'elle est passée. Et à chaque fois, j'aurais voulu changer les choses. La suite a été compliquée. J'ai beaucoup parlé avec le staff. J'ai reçu beaucoup de messages. Et les lire, ça m'a fait du bien. Dès mardi à l'entraînement, je n'avais qu'une chose en tête : être à 18h00 ce vendredi pour jouer Dunkerque. Ce match m'a permis de remettre les pendules à l'heure. J'ai déjà hâte d'être à la semaine prochaine."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer