AccueilSPORTSFootballFootball/National 2/Jocelyn Fontanel : "On arrive à la fin d'un cycle"

Football/National 2/Jocelyn Fontanel : "On arrive à la fin d'un cycle"

Lucide sur la fin de saison manquée par son équipe, battue hier à Saint-Priest (5-1), le président du GOAL FC confirme le prochain départ du coach Jamal Alioui et les réflexions en cours dans la structuration du club.
Football/National 2/Jocelyn Fontanel : "On arrive à la fin d'un cycle"
FRANCK CHAPOLARD

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

Hier, le stade Jacques Joly a été le théâtre inattendu de la plus large défaite du GOAL FC (5-1) en championnat cette saison, à Saint-Priest, dans un derby qui lui a échappé de bout en bout. La confirmation d'un groupe qui semble avoir dit adieu à la montée en National, laissant Martigues et sa folle dynamique filer vers cet objectif qui a été, longtemps cette saison, celui des Chasselois. La fin d'un cycle, comme le souligne ici, le président Jocelyn Fontanel qui confirme le départ de son coach Jamal Alioui, en fin de championnat, tout en reconnaissant son apport dans l'évolution du club.

Cette semaine a été marquée par l'annonce du départ de votre entraîneur Jamal Alioui qui peut surprendre à ce moment de la saison. Comment avez-vous vécu cela ?

"Il nous a posé la question pour savoir si la saison prochaine il serait reconduit à son poste. Je lui ai dit qu'il avait une proposition pour être en National et que nous devions nous mettre autour de la table si nous étions encore en N2. Des clubs l'ont contacté et comme il avait besoin d'une réponse on lui a dit qu'il pouvait discuter avec eux sachant que nous ne savions pas où nous en étions comme la saison n'est pas encore terminée."

Ce contexte a-t-il joué sur la lourde défaite ramenée de Saint-Priest samedi (5-1) ?

"Avec tous les absents que nous avions (suspensions de Kouadio, Diarra, Bendaoud, Lemb gêné au genou, Faure blessé au pied la veille du match), ce week-end c'était poisse sur poisse ! Ce sont des joueurs qui mettent de l'impact, ça joue. On a cumulé les erreurs, été trop friables. L'équipe n'avait aucun ressort mental. Que ce soit devant ou derrière, on a trop subi. Le contexte de la semaine n'a pas joué sur ce résultat. On a fait une saison exceptionnelle jusqu'au 0-0 contre Grasse (21ème journée). Après ce match, on a senti venir la fatigue dans l'équipe. Mentalement, le nul face à Hyères (3-3, 23ème journée) nous a fait très mal. On aurait pu rebondir à Martigues (défaite 3-2, 26ème journée) ou gagner dernièrement contre Rumilly (1-1) pour repasser devant. La défaite de samedi à Saint-Priest est la conséquence d'un enchainement d'événements défavorables. Depuis février, on a battu pratiquement que des centres de formation. C'est le foot… J'avais dit à mi-saison que la route serait encore très longue. La seconde partie de championnat a toujours été plus serrée quand toutes les équipes jouent leur vie. Cette poule du sud est trop exigeante, trop usante. Je ne vais pas me réfugier derrière l'arbitrage mais quand je vois les cartons que nous avons pris pour rien, cela ne nous a pas aidé. On a subi trop d'erreurs d'arbitrage."

"Il va falloir remobiliser le groupe, mentalement"

Avoir dix points d'avance, être leader aussi longtemps et ne pas monter, avez-vous la sensation d'avoir perdu une belle occasion d'accéder au National ?

"On avait entamé un cycle avec l'entraîneur Cris que Jamal (Alioui) a continué. On arrive à la fin de ce cycle. Malheureusement, on a eu le Covid au milieu. Nous sortons d'une année de reprise, complète. Cela explique aussi pourquoi les joueurs finissent aussi cramés physiquement. On a un budget (NDRL: cette saison il était de 1,7 M€) qui nous permettra encore d'avoir une équipe compétitive la saison prochaine. Il va falloir remobiliser le groupe, mentalement. On va réfléchir à tout cela, rapidement."

Aviez-vous anticipé le fait que votre entraîneur Jamal Alioui ne puisse pas enchaîner une seconde saison au GOAL FC ?

"On ne l'avait pas anticipé parce que, jusqu'à présent nous étions encore en course pour la montée. Dans notre tête on continuait avec lui. Dans le foot, on ne peut pas tout prévoir. On peut anticiper sur le stade, les structures du club, mais pour le reste, on ne peut pas grand-chose. Tout va très vite, dans les deux sens. A la trêve, notre attaquant Kamel Bennekrouf est parti à Hyères du jour au lendemain… Dimanche dernier, Jamal (Alioui) m'appelle pour savoir ce que l'on allait faire… Je le répète, c'est ça le foot : un monde en CDD et constamment en mouvement."

"Pour moi Jamal (Alioui) a fait du bon boulot, mais on doit mener une réflexion sur notre fin de saison…"

Vous avez toujours eu un rapport particulier avec les anciens joueurs devenus coach au club. N'avez-vous pas l'impression d'une histoire qui se finit mal avec Jamal Alioui malgré tout ?

"Les histoires d'amour finissent mal en général, comme dit la chanson… A partir du moment où l'on se dit les choses, et pour moi Jamal (Alioui) a fait du bon boulot, on se doit de réfléchir sur le pourquoi de cette fin de saison. C'est aussi au coach d'y réfléchir. Un championnat se joue sur 30 journées pas 20. Aujourd'hui, il faut comprendre pourquoi cela a dysfonctionné sportivement, tous ensemble, le staff, la direction. Tout le monde est concerné. Et il ne faut pas oublier une chose importante, c'était la première fois que nous devions gérer une possible montée. J'apprends aussi en tant que président. On a sans doute commis des erreurs qu'il faudra reconnaître. Cela fait partie de l'évolution du club."

Qu'attendes-vous des deux derniers matches de la saison contre Fréjus-Saint-Raphaël et Toulon ?

"J'espère que les joueurs auront un peu d'orgueil pour bien chercher un résultat contre Fréjus samedi prochain et de la détermination pour bien finir la saison."

"J'espère que les joueurs auront de l'orgueil pour bien finir la saison"

Quel bilan portez-vous sur cette saison ?

"L'objectif était de finir dans les trois premiers même si on est déçus après avoir eu dix points d'avance en tête. Forcément, on s'était mis à rêver. D'autant plus qu'avec mon histoire personnelle (NDRL : il a porté les couleurs de Nancy en tant que joueur), j'aurais bien aimé revenir au stade Marcel Picot à Nancy la saison prochaine en National, j'aurais voulu croiser David Venditelli à Bourg ou mon ami Cris au Mans… On a des projets pour le club. On a pu rencontrer la Métropole, la Région, des entrées que nous n'avions pas jusqu'à présent. Le club continuera sa progression."

Avec la saison que vous venez d'accomplir, avez-vous conscience d'avoir changé d'étage en N2, en terme d'attractivité ? …

"On le mesure assez bien. On va devoir chercher encore plus de partenaires économiques. C'est en bonne voie. Il y a un autre regard sur nous."

"On travaille à l'amélioration de notre stade, pour les 30 ans à venir"

L'encrage du club va-t-elle se tourner davantage sur Lyon ou resterez-vous vers le Val-de-Saône et une partie du Beaujolais ?

"On va rester sur le Val-de-Saône. L'idée c'est d'aider aussi les petits clubs comme nous aurions pu le faire avec les structures de Bords-de-Saône. On aurait voulu accompagner ce club pour s'en sortir dans un échange de bons procédés mais cela ne se fera pas."

Où en est la modernisation du stade Ludovic Giuly à Chasselay ?

"On travaille avec la mairie pour refaire le stade, aménager un terrain synthétique encore. Améliorer le complexe pour les 30 ans à venir. C'est en bonne voie."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?