Fermer la publicité

Football/National 2 : MDA et le soleil de janvier

le - - Football

Football/National 2 : MDA et le soleil de janvier
FRANCK CHAPOLARD - Des sourires et de la joie. Le collectif de Monts-d'Or-Anse peut exulter à la maison après sa belle victoire face à Martigues, l'une des plus abouties de la saison.

En venant à bout d'une fringante équipe de Martigues (4-1), Monts-d'Or-Anse a idéalement lancé son année 2020 avec en prime la troisième place (provisoire) du championnat.

Samedi 11 janvier, à Chasselay, au stade Ludovic Giuly, 16ème journée du championnat de France de National 2 Groupe D, Monts-d'Or-Anse bat FC Martigues 4-1 (1-0). Buts : Belvito (4e et 48e), Guirassy (70e sp et 81e) pour MDA, Kadir (59e sp) pour Martigues. Arbitre : M. Lyes Boukeroui. Composition de MDA : Philippon – Nyemeck, Faure, Camelo, Vargas Rios – Farras, Amegnaglo, Le Maître – Colin (Gana, 78e), Belvito (Roussey, 80e), Guirassy. Entraîneur : Cris.

A ce train-là, ils vont peut-être nourrir d'autres ambitions. Troisième de sa poule de N2 au soir de la seizième journée, Monts-d'Or-Anse, en attendant la mise à jour du calendrier et le duel Annecy-Louhans-Cuiseaux du 18 janvier, est un invité qui n'est plus une surprise du haut de tableau. C'est ce que dit sa large victoire du jour face à Martigues (4-1) dans un face-à-face qui a montré le caractère des hommes du coach Cris et un certain réalisme offensif. Le genre de constats qui ne fleurissent jamais par hasard, à ce stade de la saison.

LE MATCH

Parvenir à éteindre une équipe qui ne perdait plus depuis sept journées est un signe qui ne trompe. MDA a réalisé un sacré coup en faisant chuter une escouade de Martigues qui a terminé le match dans la frustration et la tension, résultats d'une rencontre où l'équipe qui a eu la possession n'a pas eu gain de cause, finalement.

Écrire que les coéquipiers du portier Philippon ont eu la main sur le match durant 90 minutes est faux. Relever ce qui a fait pencher la balance dans le bon sens serait plus juste, en s'appuyant sur cette capacité à bonifier les phases de transition pour ensuite maîtriser la suite des débats sans peur excessive.

Tout a commencé assez tôt avec cette récupération haute d'Amegnaglo, trouvant dans le bon tempo un Belvito tranchant à l'entrée des 16 mètres pour ne pas manquer la cible et ouvrir le score (1-0, 4e). On a observé alors sa course vers le banc pour réunir un groupe dans la célébration. Ce Belvito vient d'une époque où l'on communiait ensemble un but plutôt que de soigner son image à coup de célébration travaillée la semaine devant le miroir des suffisances personnelles. Car, même en N2, dans le foot, ce que l'on renvoie aux autres a son importance... Puis il aura fallu attendre le début de la seconde période et voir à l'œuvre, de nouveau, le rayon offensif, avec ce contre supersonique de Guirassy, côté gauche, attendant la course idoine d'un Belvito chirurgical aux abords de la surface adverse (2-0, 48e).

Sans peur ? Oui certainement. Parce que le pénalty de Kadir consécutif à un accrochage d'Amegnaglo sur Madi dans la surface, n'entraîna aucune panique (2-1, 58e) dans une portion de match où Martigues avait ajouté un brin de tension à une situation qui n'en demandait pas tant. Bref, MDA a su faire le dos rond et nicher la probabilité d'une colère dans la réaction qui viendrait ensuite. Dans des soirs pareils, il faut savoir attendre le bon moment pour fermer la porte des ennuis probables.

Ainsi, lorsque Guirassy s'arrachait jusque dans les seize mètres adverses, l'heure était à l'extinction définitive des débats, à vingt minutes de la fin (3-1, 70e). Et comme dans toutes les belles entreprises, il fallait que les finisseurs ajoutent une petite touche de réalisme, histoire d'une cerise de plus sur un gâteau déjà bien garni. Ce fut la tâche de Guirassy alerté par l'entrant Gana, parti de son camp pour un 4-1 final bien emballé. MDA pouvait alors savourer son (précieux) huitième succès de la saison.

LE JOUEUR

Quand deux attaquants se partagent la lumière, il serait inique de les départager. Belvito et Guirassy auteurs d'un doublé ont donné des sourires au stade Ludovic Giuly, ce soir. Leur compteur respectif ne tourne pas si mal. L'ancien grenoblois en est à sept réalisations tandis que Guirassy grimpe désormais à six buts en N2. Mais puisqu'il faut choisir, on relèvera surtout le rôle de Belvito dans ce succès. Il a marqué dans les temps forts de la rencontre, à chaque début de mi-temps. On ne soulignera jamais assez le poids d'un avant-centre décisif à l'instant de traverser l'hiver. Au printemps, quand viendront les jours des distributions des prix, tout cela comptera.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer