Fermer la publicité

Football/National 2 : le GOAL FC avait tellement de ressources…

le - - Football

Football/National 2 : le GOAL FC avait tellement de ressources…
FRANCK CHAPOLARD - Avant de trouver la faille en seconde période, Le Maître et ses coéquipiers ont beaucoup tenté, comme ici de loin.

Bousculés comme rarement à domicile, les hommes du coach Cris ont renversé la vapeur dans des arrêts de jeu interminables sur une mine de Colin synonyme de succès presque inespéré face au leader Toulonnais (2-1).

Samedi 24 octobre, à Chasselay, au stade Ludovic Giuly, 9ème journée du championnat de France de National 2 Groupe C, Grand Ouest Association Lyonnaise FC bat SC Toulon 2-1 (0-1). Buts : Macalou (83esp), Colin (90e +8) pour GOAL FC; Gomis (44e) pour Toulon. Arbitrage de M. Julien Schmitt. Excluion de Constant (84e) à Toulon. Composition du GOAL FC : Philippon – Djacko, Zogba (Colin, 71e), Mbaé, Nyemeck Le Maître ©, Farras, Valbon (Bendaoud, 63e) – Macalou, Belvito, Barty. Entraîneur : Cris.

Le mano-à-mano continue. En venant à bout de Toulon, le GOAL FC est repassé devant les anciens leaders de la poule pour rejoindre Aubagne, en tête d'un championnat haletant. Pour y parvenir, le Grand-Ouest Lyonnais est passé par bien des écueils ce samedi, au point d'avoir été à deux doigts de connaître sa première défaite de la saison à la maison. Entre Chasselois et Toulonnais le combat a été intense, dans tous les sens du terme.

LE MATCH

Une mêlée finale comme on en voit parfois dans cette poule sud où les gros bras de la poule abhorrent, presque à l'excès, le mot défaite. C'est dans la confusion générale que s'est terminée le duel au sommet entre une équipe du GOAL FC au mental plus affirmé et un SC Toulon qui a longtemps cru tenir un court succès dont les fondations avaient été posées au bout de la première période, lorsque Gomis avait su couper un centre d'Etcheverria (0-1, 44e), trompant Philippon, le portier chasselois suppléé par Muzy la semaine dernière en coupe de France. Une prise d'avance construite sur un mélange de réalisme et cette manière de défendre assez bas en faisant des phases de transition des armes absolues pour gêner la défense du GOAL FC, peu habituée à être si gêné dans la gestion de la profondeur.

Cependant, un sentiment de petit hold-up avait parcouru les esprits chasselois à la pause. Car être mené après avoir eu tant de cartouches – Nyemeck façon Pavard (13e), Macalou frappant des 25 mètres (10e), Le Maître et Valbon obligeant l'excellent Andreani à poser des moellons sous sa transversale (14e et 21e) – a semblé inique quand bien même Phlippon avait eu, précocement (7e) le concours du poteau sur une demi-volée de Gomis pour garder les siens dans le match. Au mental donc, le GOAL s'est échiné à remonter ce petit but d'écart, en seconde période, avec souvent le sentiment d'un soir sans…Comme sur cette reprise dans les nuages de Bendaoud à la réception d'un centre en retrait de Macalou qui avait réussi à se débarrasser de Kane au bout d'un enchaînement où son sens du dribble avait encore fait des étincelles (77e).

Alors puisque tout semblait fermé, les solutions viendraient du banc. Colin, trouverait la profondeur de Barty, accroché dans sa course par Constant, un peu avant la surface où il terminerait l'action (82e). Le tournant du match. Double peine pour Toulon : pénalty transformé en force par Macalou (1-1, 83e) et exclusion de Contant (84e), l'une de ses pointes offensives. A ceux qui réclamaient la fin des débats pour cause de premier soir sous couvre-feu à respecter, l'arbitre ajoutera dix bonnes minutes d'arrêts de jeu au cours desquels Colin décochera une frappe des 25 mètres dans la lucarne d'Andreani, pour offrir un succès d'importance au GOAL FC (2-1, 90e + 8).

LE JOUEUR

De lui, on a longtemps observé, cette saison, les entrées en jeu, souvent en seconde période, quand ses compères offensifs avaient régalé l'assistance. Kevin Colin est loin de vivre une première partie de saison de haute volée comme il l'espérait cet été. La faute à une forte concurrence devant comme un candidat aux premières places doit avoir en magasin. Alors il lui a fallu courber l'échine, gratter les minutes de jeu offertes par Cris pour être dans le rythme et attendre son heure. Celle-ci est arrivée ce soir, aux dépens des défenseurs toulonnais. Et elle a été magnifique.

L'homme du match. En un peu plus de vingt minutes il a donné la passe décisive sur le pénalty de Barty. Puis il a pris ses responsabilités, quand plus personne n'y croyait et commençait à regarder sa montre par dépit, pour décocher, du gauche, une mine dans la lucarne du gardien toulonnais, assez loin de la surface et courir ensuite comme un fou pour oublier les déceptions d'avant et se dire que tout finit par arriver, quand on sait s'accrocher. Pour lui aussi, la saison est bien enclenchée. Et c'est mérité.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer