AccueilSPORTSFCVBFootball/FCVB : ne pas se relâcher

Football/FCVB : ne pas se relâcher

Même si Créteil, que le FC Villefranche Beaujolais affronte ce soir (19 h) pour le compte de la 15e journée de National, est très mal classé, le coach, Hervé Della Maggiore, invite à la prudence.
Football/FCVB : ne pas se relâcher
Malgré la dynamique très favorable de son équipe, le coach Hervé Della Maggiore ne veut pas s'emballer © Franck Chapolard

SPORTSFCVB Publié le ,

Difficile de considérer aujourd'hui le FCVB comme un simple prétendant au maintien en National. Malgré son faible budget et ses infrastructures limitées, le club caladois démontre sur le terrain toute l'étoffe d'un prétendant à la montée, et ce pour la deuxième année de suite. Accrochée à sa 3e place, l'équipe de Hervé Della Maggiore aborde avec sérénité sa rencontre de ce soir (19 h) face à Créteil, 17e et avant-dernier du championnat, à la faveur d'une victoire pleine d'autorité quinze jours auparavant du côté du Mans, club pour lequel la Ligue 2 représente un objectif (2-0). Mais l'entraîneur caladois ne veut pas céder à la facilité.

Hervé, vous n'avez pas joué la semaine passée en raison de votre élimination en Coupe de France. Comment s'est passée cette semaine de repos pour le groupe ?

On leur a laissé trois jours pour couper un peu, se ressourcer et voir leur famille. Certains viennent d'assez loin donc ça leur a permis de rentrer chez eux. On a enchaîné beaucoup de matchs depuis la reprise, donc on a voulu couper un peu. Même si on a quand même bossé, sans pour autant chercher de matchs amicaux.

Vous restez sur une victoire surprenante, malgré un groupe remanié en raison des absences. Comment la voyez-vous avec le recul ?

C'est vrai que c'est une grosse satisfaction dans tous les domaines. Une réaction était attendue par rapport à l'élimination en coupe. Mais je n'avais pas de doutes sur la capacité du groupe. Au vu du nombre d'absences on y était allés avec l'ambition de ramener un nul, ça aurait été un bon résultat face à un prétendance à la montée. Mais revenir avec une victoire, sans encaisser de but, je ne pouvais pas espérer mieux. Il reste maintenant deux matchs, il ne faudra pas galvauder ce bon résultats.

Justement, vous allez affronter Créteil, ce soir, une équipe en grande difficulté et mal classée. Comment abordez-vous cette rencontre sans céder à l'excès de confiance ?

On a l'expérience de ce qui s'est passé contre Bastia Borgo (1-1), le dernier du classement et face à qui on n'a pas réussi à prendre trois points. Ce sera un peu le ême profil d'équipe, mais aec un peu plus de qualité à Créteil. C'est une équipe avec de grosses individualités qui n'arrivent pas à se trouver collectivement. Je suis assez surpris de leur classement. C'est une équipe qui peut obtenir des résultats quand elle se trouve. A nous d'être très vigilants. Déjà, il faudra faire le même match défensivement qu'au Mans et ne pas se dire que parce que c'est à domicile, ce sera plus simple. Devant on a des atouts intéressants, après c'est à nous d'être efficaces offensivement. Je suis assez méfiant sur ce match.

Allez-vous adapter votre jeu à l'adversaire ?

On a une équipe qui aime la possession. Je ne vais pas renier nos principes. Je dirais qu'on n'a pas pour habitude de s'adapter à l'adversaire, sauf défensivement, pour contrecarrer quelques petits aspects du jeu adversaire. On fait ce qu'on sait faire. Je pars du principe que si on le fait bien, on peut poser des problèmes à n'importe qui. On ne va pas commencer à s'inventer des choses sur l'avant-dernier match de l'année.

Quel est l'état du groupe pour ce match ?

On a encore pas mal de pépins. Nous avons déjà deux suspendus avec Rémi Bonenfant et Timothée Taufflieb. Ce sont deux joueurs importants. Après on a toujours Kévin Renaut qui est en reprise mais qui ne devrait pas tarder à revenir. Kamil Manseri également. Je compte bien récupérer tout le monde pour le match à Châteauroux. Et puis on a Eli Wissa qui est arrivé en attaque cette semaine même s'il n'est pas encore qualifié pour jouer.

Justement Eli Wissa, pouvez-vous nous parler de son recrutement ?

C'est un joueur qu'on a vu évoluer dans l'équipe réserve de Lyon. Il a encore des étapes à franchir pour atteindre le haut niveau. Le but est qu'on l'aide tout autant qu'il nous aide à atteindre les objectifs. Il va sortir de sa zone de confort en se confrontant à un vestiaire d'adultes, ce qui n'a pas encore connu. J'ai déjà eu l'expérience de prêts en provenance de l'OL à Bourg et qui avaient fait de très belles saisons. A lui de franchir le cap. Il ne faut pas qu'il se repose sur ses lauriers, il va devoir se donner les moyens de réussir et d'apporter de la concurrence au poste. On se disait qu'on était un peu court en effectif. Il n'arrive ni en tant que titulaire, ni en tant que remplaçant. Il sera dans la rotation, à lui d'être performant pour se faire une place.

Quel est son profil et pourquoi vous a-t-il intéressé ?

C'est un profil de vitesse, capable de beaucoup de choses, avec une palette assez élargie. Il faut qu'il progresse de partout. Il n'avait plus trop de temps de jeu à Lyon (NDLR : seulement six matchs de National 2) et ça lui permet de franchir un pallier en termes de niveau.

Comptez-vous effectuer d'autres recrutements ?

On a la possibilité de le faire à n'importe quel moment. Je veux attendre la fin de ces deux matchs pour voir comment évolue l'effectif. J'avais demandé aussi un défenseur mais je ne sais pas encore ce qu'il en sera. Je me laisse un peu de temps.

Difficile encore pour vous de vous afficher comme un simple prétendant au maintien vu votre début de saison dans la continuié de l'an dernier. Allez-vous revoir à la hausse vos ambitions ?

Pour l'instant, on veut prendre un maximum de points pour la fin de l'année et rester dans le haut du tableau. On veut déjà passer la barrière des 40 points. Sur une saison, tout peut arriver, il faut rester vigilant. Disons qu'on veut au moins rester dans les 4-5 premières places, voire mieux. On verra à la reprise comment on redémarre l'année.

N'est-ce pas un peu de la langue de bois ?

C'est légitime qu'un coach réagisse comme ça. On n'a pas de budget pour jouer autre chose que le maintien. On s'en rapproche de plus en plus, on n'est plus très loin. Il faudrait une catastrophe aujourd'hui pour ne pas être en National l'an prochain. Mais il faut prendre étape par étape. L'objectif du maintien n'est pas encore acquis. Nous devons garder ce discours qui nous réussit. Une fois que ce sera atteint, on reverra les objectifs à la hausse. Mais déjà, rester dans le haut de tableau pour obtenir le maintien rapidement, c'est ce qu'on veut.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 30 décembre 2021

Journal du30 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?