AccueilSPORTSFCVBFootball/Coupe de France : Fin de parcours aux pieds des Alpes

Football/Coupe de France : Fin de parcours aux pieds des Alpes

Trop inoffensifs, chez une Ligue 2, les Caladois ont subi la loi de Grenoble qui, au métier et avec beaucoup de lucidité, poursuivra donc sa route en coupe de France (2-0).
Les Caladois, ici les défenseurs Dos Santos et Flegeau, retrouveront le stade Armand-Chouffet et le National, dès la semaine prochaine en réception du dauphin de Concarneau, Versailles.
Archives FRANCK CHAPOLARD - Les Caladois, ici les défenseurs Dos Santos et Flegeau, retrouveront le stade Armand-Chouffet et le National, dès la semaine prochaine en réception du dauphin de Concarneau, Versailles.

SPORTSFCVB Publié le , Patriote REDACTION

Samedi 19 novembre, à Grenoble, au stade des Alpes, 8e tour de la coupe de France, Grenoble Foot 38 bat FC Villefranche-Beaujolais 2-0 (1-0). Buts : pour le FCVB; Sbaï (25e), Pape Meïssa Ba (53e) pour Grenoble. Arbitrage de M. Alexandre Perreau Niel. Avertissements : Tchaptchet (77e), Diarra (48e) à Grenoble, Manseri (74e), Sergio (67e) à Villefranche. Composition du FCVB : Caruso – Da Silva (Taufflieb, 57e), Renaut, Flegeau – Dos Santos (Abanda, 79e) Nirlo, Sergio, Blanc (Manseri, 69e), Badji – M'Buyi (Bourouis Belle, 79e), Ba. Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

La montagne était donc trop haute. Entre des Caladois, en meilleure posture en National après un début de saison inconstant, et des Grenoblois 4ème de Ligue 2 et à l'orée d'une coupure coupe du Monde bienvenue, le suspense n'a pas duré une éternité. Si Della Maggiore, l'entraîneur du FCVB, craignait la dimension athlétique des pensionnaires de L2, rappelant le triste fossé constaté en barrages face à QRM au printemps dernier, on dira que cette fois-ci, c'est surtout dans la gestion du match que la différence s'est faite, cette capacité supérieure des Grenoblois a bonifier la moindre opportunité offerte.

Grenoble avait un plan

Au métier, les joueurs du coach Vincent Hognon ont passé l'obstacle beaujolais sur l'ordinaire de leurs habituelles productions : ce 3-4-1-2 sans failles défensives et une patience offensive qui aura fait mal aux Caladois. La sensation d'un 8e tour déroulé comme prévu, aux pieds des Alpes. Grenoble avait un plan qui a bien fonctionné, à savoir, laisser le ballon au FCVB, sans paniquer, piquer juste en contres - reprise de Sbaï, au premier poteau (18e) ou frappe de Jeno (19e) pour chauffer Caruso -, faire le dos rond face aux premières tentatives caladoises - Blanc aux 20 mètres, sans danger pour Salles (23e) puis Ba, à l'enroulé timoré dans les bras de Salles (24e) – puis prendre l'avantage sur un exploit individuel de son fin numéro 10 Amine Sbaï, l'ancien Sétois éliminant plusieurs Caladois pour placer une frappe croisée, à mi-hauteur dans la cage de Caruso (1-0, 25e), à quelques minutes d'une première demi-heure où le FCVB s'était montré assez inoffensif dans les vingt derniers mètres isérois. Le constat du jour. Comme une montagne restée infranchissable.

Revenir au National, sans temps morts

Les Caladois allaient, ensuite, payer le prix fort de cette impuissance en attaque, malgré quelques escarmouches – Blanc qui cherche la mire dans la surface, Salles à la parade (39e), Ba en bonne posture, qui manque le dernier contrôle aérien dans la surface pour conclure (50e) – en début de seconde période lorsque Pape Meïssa Ba, opportuniste devant Caruso, suite à la tête de Gersbach sur la transversale doublerait la mise (2-0, 53e). Rien ne viendrait changer le décor d'un match dès lors plié avant la dernière demi-heure de jeu. Villefranche, toujours en difficultés pour toucher ses attaquants, trouver les bons décalages, ou la passe juste, passerait à quatre derrière avec la rentrée de Taufflieb au milieu, sans que cela ne modifie le cours de ce 8e tour, malgré cette frappe de Manseri, frôlant le poteau droit de Salles (70e) ou ce coup-franc de Sergio pour Badji dans la surface (72e). C'est bien Grenoble qui verra les 32es-de-finale de la coupe de France. Il reste au FCVB une saison à poursuivre en National, avec dès la semaine prochaine à Armand-Chouffet la réception de Versailles désormais cornaqué par Cris, l'ancien coach des voisins du Goal FC, récemment évincé du Mans. Il n'y a jamais de temps morts pour personne.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 08 décembre 2022

Journal du08 décembre 2022

Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?