AccueilSPORTSFootballFootball/CFA : le FCVB était imprenable

Football/CFA : le FCVB était imprenable

Huit rencontres sans revers en CFA : le FC Villefranche, a étiré sa série d'invincibilité en CFA au détriment du leader Grenoble (0-0) gagné par une pression immense.
Football/CFA : le FCVB était imprenable
FRANCK CHAPOLARD - Le défenseur Romain Sartre, comme la semaine dernière à Chasselay (0-2) a été d'une grande sobriété face à Grenoble.

SPORTSFootball Publié le ,

Samedi 12 mars. 21ème journée de CFA. Au stade Armand Chouffet. Le FCVB et Grenoble Foot 38 font match nul 0-0. Composition du FCVB : Philippon - Bugnet (Atlan, 65e), Ertel, Sartre, Barthomeuf - Antoinat, Jasse, Dumas - Gbaguidi, Bah (Hassan, 71e), Bettiol (Fostier, 80e). Entraîneurs : Landry Ndzana et Stéphane D'Urbano.

Des questions escortaient l'avant-match entre le leader isérois aux pieds si fragiles et des Calafois qui quoi qu'en dise leur entraîneur devraient se maintenir au bout de ce printemps en CFA. La pression sur les épaules grenobloises battue par La Duchère (0-2) une semaine auparavant étaient encore palpable. Comme si pour la quatrième année consécutive la montée en National allait s'échouer sur les ruines des espoirs isérois, renouvelés et déçus au bout du compte. Nous n'en sommes évidemment pas encore là, mais en quittant le Beaujolais, les Grenoblois qui restent sur deux nuls et un revers lors de leurs trois derniers déplacements en Calade ont dû se dire qu'ici, le contexte un brin champêtre – remarque relevée auprès de suiveurs grenoblois – contenait un peu plus de résistance que prévue. Une nervosité que l'entraîneur Garcia illustrait bien sur son banc d'ailleurs, une heure et demie durant, à croire que la série de deux revers consécutifs enregistrés avant de venir à Villefranche, avait disséminé un paquet de doutes dans les rangs grenoblois. Après une entame sans calculs, ce duel prit une tournure plus physique sans qu'aucune équipe ne prenne le dessus sur l'autre. Une manière de se jauger les yeux dans les yeux. Une manière aussi de se dire les choses en face-à-face. Et on dirait que le supposé plus petit, ici le FCVB, avait de l'orgueil à revendre. Cette équipe grenobloise nous a fait songer au passé récent. A savoir une incapacité à prendre le dessus dans sa projection vers l'avant. Une équipe hautement prévisible, cependant trempée dans le doute immense d'un possible échec vers l'échelon supérieur. Pourtant dès l'entame, tout fit croire l'inverse. Le buteur David, sur coup-franc à hauteur à la droite du poteau de Philippon (1ère) laissa supposer un soir de supplice pour le portier Caladois. Mais en ce moment, pour ce dernier, les supplices sont comme des vestiges d'un jadis qui remonte à la phase des matches aller, au moins. Car dans la façon de répondre, le FCVB a des arguments en ce moment. Alors la frappe de Gbaguidi aurait pu tromper Maubleu, dans les seize mètres, qui avait dû recourir à un une sorte d'arrêt en deux temps, les rebonds du coin aidants (9e). Puis ce même Gbaguidi, sur un centre de Bettiol (10e) continua de diffuser l'idée d'une belle riposte beaujolaise non dénuée de timidité offensive.

Bettiol, l'attaquant qui dézone

Depuis janvier, cette équipe caladoise ressemble de plus en plus à son staff : ses expressions collectives ne manquent jamais de consistance. Ces gars-là bossent. La concurrence est un droit renouvelé. Et ça se voit. Et si l'ensemble est d'une rigueur certaine, les arabesques de quelques-uns sont rarement des vétilles. Bettiol, l'attaquant qui dézone, aura rendu chèvre le flanc droit en début de match ou plus tard Akrour en l'obligeant à défendre (32e) loin de sa surface d'armement. C'est aussi cela le talent : obliger les attaquants à revenir. Mais Grenoble a tenu la menace constante d'un basculement possible. Surtout en première période. Ainsi, Akrour aura failli tromper Philippon sur un rebond des plus fugaces (35e). Et encore, c'est Betteiol qui eut la réponse pour un centre sur Gbaguidi, hors cadre (38e). Jasse, inspiré et d'une intelligence plus soutenue dans ses interventions au cœur du jeu, décocha une frappe soudaine avant la surface, hors cadre, elle aussi (43e). Faut-il ensuite souligner le contrôle du FCVB dans toutes les velléités iséroises ? Pas vraiment. Le leader usa de toutes les armes du moment : roublardises, peccadilles et jérémiades envers l'arbitrage. Telles furent les dernières minutes de cette rencontre. Grenoble reste devant. Mais La Duchère, avec un match en moins, peut repasser devant. Et le FCVB poursuit son chemin. A quelques encablures d'un maintien plus affermi. Désormais.

Ralph NEPLAZ
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?