AccueilSPORTSFootballFootball : Jérémie Pignard à l'heure de la parenthèse irakienne

Football : Jérémie Pignard à l'heure de la parenthèse irakienne

L'arbitre international caladois, actuellement en Irak pour la Coupe du Golfe des Nations, découvre un engouement sans pareil au cœur d'une compétition très suivie au Moyen-Orient.
En Irak depuis début janvier, l'arbitre caladois (au centre) officie à la VAR avec entraînement quotidien sur le terrain.
DR - En Irak depuis début janvier, l'arbitre caladois (au centre) officie à la VAR avec entraînement quotidien sur le terrain.

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

Bien loin des stades de la Ligue 1, on a retrouvé, ce matin, Jérémie Pignard, le Caladois promu au statut d'arbitre international depuis janvier 2021, à Basra, au sud de l'Irak où aura lieu ce jeudi en fin d'après la finale de la Coupe du Golfe des Nations (19h, heure locale et 17h en France), entre Oman et l'Irak. Un événement comme il en arrive si peu souvent pour les arbitres français.

Dans l'équipe arbitrale du Roumain Istvan Kovacs

Préposé à la VAR depuis le début de la compétition, Jérémie Pignard, à bord de l'équipe arbitrale portée par le Roumain Istvan Kovacs au centre, le Caladois savoure l'instant, à la découverte d'un engouement qui ne se tarit pas depuis le 1er janvier dans tout le pays. "C'est une expérience incroyable, je n'ai jamais connu un tel engouement au tour d'une compétition de cette ampleur", disait-il ce midi, avant de basculer vers ces heures qui mèneront à la finale, après avoir œuvré à la VAR lors de la phase des matches de poule (Irak-Bahreïn, Bahreïn-Oman, Oman-Arabie Saoudite, Bahreïn-Koweït, demi-finale Irak-Qatar). Une étape importante de son évolution de carrière d'arbitre international, avec sur les épaules des enjeux considérables.

Une foule immense, en dehors du stade…

A quoi a ressemblé ces semaines passées en Irak ? Entraînement quotidien, débrief d'analyse vidéo, match de simulation VAR avec des joueurs en condition réelle au stade… En somme, la panoplie quasi complète de ce par quoi les arbitres internationaux doivent passer. Si peu à peu Jérémie Pignard s'est accoutumé aux ambiances de Ligue 1 (neuf comme central cette saison et six au VAR) et à la coupe d'Europe, sa présence en Irak dans une compétition internationale entre dans la lignée de ce qu'il a pu vivre, en 2022 en Algérie, aux Jeux Méditerranéens, aux côtés d'Aurélien Drouet.

"Je n'ai jamais vu ça !"

Au Basra international Stadium de Bassorah, sur les coups de 17h, il y aura bien un enfant de la Calade aux manettes d'une finale d'un grand tournoi. Une première. Ils seront près de 75 000 chanceux à suivre l'événement en tribunes alors 30 000 supporters patienteront à l'extérieur du stade... Pour l'anecdote, Jérémie Pignard aura remarqué ceci qui dit ce qu'est le football en Irak, aujourd'hui : "Ce matin, le stade était déjà plein dès 10h… Je n'ai jamais vu ça !" Une parenthèse irakienne qui, inévitablement, lui restera en mémoire…

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?