Fermer la publicité

Football GOAL FC/National 2 : Jamal Alioui, l'histoire recommencée…

le - - Football

Football GOAL FC/National 2 : Jamal Alioui, l'histoire recommencée…
Archives FRANCK CHAPOLARD - Comme joueur, avec Chasselay, Jamal Alioui avait atteint les 16es de finale en chutant face au second de Ligue 1 de l'époque, l'AS Monaco (0-3), le 22 janvier 2014 à Gerland.

La nomination, aujourd'hui, de l'ancien international marocain au poste d'entraîneur du GOAL FC s'inscrit dans la tradition du club du président Jocelyn Fontanel de se tourner souvent vers ceux qui ont marqué le passé du club.

Un long feuilleton va prendre fin aujourd'hui à Chasselay, en fin d'après-midi. Le club présidé par Jocelyn Fontanel va, enfin, connaître le successeur de Cris au poste d'entraîneur du GOAL FC. Car si le départ de l'ancien défenseur lyonnais au Mans pour relever le challenge de la montée en Ligue 2, a surpris beaucoup de monde, à défaut d'être programmé, il était une possibilité pour un coach, appelé à rejoindre le monde professionnel dès l'obtention de son DEPF (diplôme d'entraîneur professionnel de football) acté. Il a emmené avec lui l'entraîneur des gardiens Jean-Pierre Grandclément, alors que son adjoint Landry Ndzana a filé au District du Rhône. C'est donc tout un nouveau staff qui va être présenté ce lundi, avec comme homme fort, Jamal Alioui, nommé entraîneur alors que deux autres candidats, Stéphane Rossi (ex-Cholet) et Maxime D'Ornano (ex-Saint-Brieuc) avaient été évoqués ces derniers jours. L'arrivée de Jamal Alioui s'inscrit dans la tradition du club, à savoir garder un œil sur ceux qui ont marqué son passé quand bien même l'entité a évolué, passant de MDA au GOAL FC, depuis deux ans maintenant.

Istres, son plus beau souvenir avec Chasselay

Ancien joueur du club (2013-2016), il avait été une des grandes figures de l'épopée chasseloise en coupe de France lorsque le groupe porté par le talent de Ludovic Giuly avait atteint les 16es de finale en chutant face au second de Ligue 1 de l'époque, l'AS Monaco (0-3), le 22 janvier 2014. L'international marocain avait surtout gardé dans son cœur, l'exploit au tour précédent, face à Istres (1-1, 3 tirs au but à 2) dans un stade Giuly plein comme un œuf d'hiver, au bout duquel il avait été un des héros de son équipe, solide dans les prolongations, debout bien après pour fêter ces heures uniques. Puis les saisons suivantes avaient fait de lui un des cadres du vestiaire au sein d'un effectif qui possédait alors, en CFA (N2), un finaliste de la coupe du monde 2006 (Govou) et un vainqueur de la Ligue des Champions (Giuly). Il y avait aussi, à ses côtés, des joueurs expérimentés, parmi lesquels le défenseur Soner Ertek qui avait été ensuite sous ses ordres à Vaulx-en-Velin avant de s'envoler, en janvier 2020 pour le Maroc au poste d'adjoint de la sélection U20 alors que les Vaudais étaient encore sur le podium en N3.

Soner Ertek : "Il va transcender ses joueurs"

Ce dimanche, Ertek était l'un des plus ravis du retour prochain d'Alioui à Chasselay. "J'espère qu'il va faire une grosse saison pour son retour Chasselay. C'est un guerrier. Il va transcender ses joueurs. A Vaulx il a accompli un travail remarquable", a souligné son ancien compère de l'axe défensif à MDA Chasselay. Voir Jamal Alioui à ce poste rappelle ce que peut réserver un destin. Lors de sa dernière saison au club, il avait pris en main les U17 locaux, avec déjà l'envie d'apprendre le métier, pour l'avenir. "Je dois parfaire mon apprentissage encore comme entraîneur des jeunes. Transmettre c'est autre-chose que d'être joueur, c'est la meilleure des récompenses, un travail de très longue haleine. Je suis ravi de constater que le président du club partage cette vision des choses ", analysait-il alors à cet instant, conscient que le décollage se ferait ensuite ailleurs.

Il était allé à Misérieux-Trévoux pour débuter cette seconde vie-là. Son passé de joueur (Metz, Nantes, Pérouse, Catane, Crotone, Sion, Wydad Casablanca…) dit aussi beaucoup, à une période où un vestiaire sait combien cela pèse lourd dans la confiance réciproque. Lui s'est toujours gardé de brandir ce CV, parce que chacun sait d'où il vient. Mais à la question sur cette carrière à mille virages, notamment en Italie où il avait beaucoup appris au contact du tacticien Stefano Colantuono (Atalanta Bergame, US Parme, Torino, Udinese…), et après avoir ferraillé face aux Henry, Adriano, Riquelme ou Rui Costa, il avait un jour résumé ces années ainsi : "J'aurais peut-être pu faire mieux. On me l'a dit. Mais j'ai joué la coupe d'Europe, les JO, une finale de coupe d'Afrique. En Italie j'ai eu l'opportunité de signer dans un grand club mais je n'avais pas le recul que j'ai eu plus tard, sur le monde du football. Une carrière passe très vite." Et une seconde vie, peut aussi s'enclencher très vite, à 39 ans. Comme une histoire recommencée.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer