AccueilSPORTSFootballFootball GOAL FC/National 2 : Ils ont remis les pendules à l'heure !

Football GOAL FC/National 2 : Ils ont remis les pendules à l'heure !

Enfin redevenus efficaces offensivement, les Chasselois ont aisément dominé de faibles réservistes monégasques (5-0) et préparé de la plus belle des façons le rendez-vous phare de leur saison, la semaine prochaine à Martigues.
Football GOAL FC/National 2 : Ils ont remis les pendules à l'heure !
FRANCK CHAPOLARD - Le GOAL FC et ses attaquants ont passé une fin d'après-midi ensoleillée avec des buts à la clé et le plaisir du jeu retrouvé.

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

Samedi 16 avril 2022, à Chasselay, au stade Ludovic Giuly, 25ème journée du championnat de France de National 2 Groupe C, Grand Ouest Association Lyonnaise bat AS Monaco B 5-0 (4-0). Buts : Assef (4e), Doumbouya (11e), Lemb (22e), Tanard (24e), Ndiaye (86e) pour GOAL FC;. Environ 600 spectateurs. Arbitrage de M. Aldric Chancioux. Composition du GOAL FC : Philippon – Kouadio, Chapuis (c), Diarra (Faure, 60e), Tanard – Quarshie (Le Maitre, 75e), Bendaoud – Assef (Ndiaye, 81e), Doumbouya, Lemb, Mambu. Entraîneur : Jamal Alioui.

Une affaire rondement menée. Si le GOAL FC courait après la victoire depuis quatre journées, voyant son concurrent numéro 1, Martigues (vainqueur 1-3 à Fréjus), revenir à trois longueurs, les signaux de l'inquiétude ont été éteints en une salve de buts de printemps, face à une jeune et très vite résignée réserve de l'AS Monaco. Cinq buts encaissés, dont quatre dès le premier acte, il n'y a pas eu l'ombre d'un début de doute aujourd'hui au stade Giuly. La nuance nous fera pourtant écrire ceci : dans ce genre de rendez-vous, si au bout il y a eu tant de largesses, c'est que celui qui a su se les créer y a mis suffisamment d'envie pour que la hiérarchie de ce jour ne soit pas un mensonge. Une fois rappelé ce fait, on n'évitera pas de rappeler que le naufrage monégasque a été réel. Ce 5-0, que l'entrant Moussa Ndiaye Almike a su fermer (86e), au bout d'une seconde période où tout avait été déjà écrit en amont, a reflété le monde d'écart qu'il y avait entre des jeunes pousses dépassées et un leader à la sérénité collective retrouvée.

Devant, ça rigole à nouveau !

On a lu une petite curiosité tactique, dès le début. En disposant sa formation en un 4-4-2 vite devenu un 4-2-4, le coach Jamal Alioui a encore un peu bousculé les habitudes de ses gars, en leur demandant un vrai travail d'usure haute de la relance monégasque, histoire de s'installer dans leur camp, d'y poser les bonnes banderilles, aidé par sa paire de robustes attaquants (Doumbouya-Lemb) toujours avides de ballon dans les seize mètres. Cela a donné lieu à un incendie permanent des jeunes centraux de l'ASM (El Maach, Okou), quand ils étaient aussi pressés pour faire partir le jeu des leurs dans leur zone. Alors, si les excentrés chasselois se sont régalés, Mambu et Assef, c'est surtout parce que les bonnes courses, les bons appels dans l'axe ont été comme des mandarines venues d'Espagne l'hiver : avec du jus et de la saveur.

Naïveté monégasque, vitalité chasseloise

Par quoi commencer ? L'entrée de ce menu à mille délices a été servi par le travail en pivot de Lemb, assaisonné par la première conclusion d'Assef mordant l'intérieur comme dans du beurre (1-0, 4e). Ensuite, Tanard, le latéral plus ailier que défenseur, a insisté pour cibler Doumbouya, en deux temps, précis comme une arme nouvelle (2-0, 11e). De relance manquée, il a été question, derrière. On a rien compris à ce ballon galvaudé par Okou à 30 mètres de ses buts, qui a permis à Lemb de venir battre Alain Zadi, le malheureux portier azuréen, sorti à sa rencontre sans illusions (3-0, 22e). On a encore moins saisi, l'aisance avec laquelle Tanard a pu armer sa demi-volée dans la même minute pour ajouter du sel à un 4-0 déjà un peu trop épicé (24e). Heureusement que la tête décroisée de Doumbouya, sauvée sur la ligne par un défenseur monégasque ou ce plat du pied d'Assef hors cadre, n'ont pas fait couler davantage le navire des jeunes azuréens (30e). Cela aurait été indigeste pour eux. Enfin, de cela on n'est pas vraiment sûr, à voir la manière dont le portier Zadi a naïvement stoppé Mambu qui filait au but (39e), on s'est quand même dit que cette réserve de Monaco n'y était plus depuis longtemps. A dix contre onze, la suite devait être un chemin de croix. Ce n'est pas exactement ce qui est arrivé.

Pleins de buts, pleins de buteurs, plein de joie

On aura eu le temps de découvrir le talent du jeune gardien Lisandru Olmeta, entré en jeu avant la pause. Allant sur ses 17 ans, il est déjà en équipe de France de sa génération, et au-delà du souvenir de son père, et de nos jeunes années aussi, l'illustre Pascal Olmeta, on s'est demandé ce qu'il venait faire dans cette galère-là. Au final il se sera bien débrouillé, avec une présence véritable dans les buts et une vigilance qui lui aura permis de démontrer de l'assurance sur coup-franc (Assef, 57e), et un petit bouquet de chance aussi lorsque cette reprise de Lemb seul à deux mètres des buts, a été sauvée par Silva, un de ses défenseurs les plus volontaires (85e). Voilà donc comment le GOAL FC a réussi à retrouver le parfum de la victoire, à la maison. Avec pleins de buts, pleins de buteurs différents, et plein de joie. L'idéal avant d'aller jouer à Martigues, ce qui ressemble à une finale du championnat, dans une semaine. Il faudra être juste au rendez-vous. Le rendez-vous d'une saison où tout reste encore à écrire.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?