AccueilSPORTSFootballFootball GOAL FC/Jamal Alioui : "nous ferons notre petit bonhomme de chemin"

Football GOAL FC/Jamal Alioui : "nous ferons notre petit bonhomme de chemin"

C'est enfin l'heure des débuts pour le GOAL FC qui reçoit l'ambitieuse équipe du SC Toulon, candidate à la montée en National. Un premier duel qui sera aussi un baptême du feu pour l'entraîneur Jamal Alioui, en National 2.
Football GOAL FC/Jamal Alioui :
Archives FRANCK CHAPOLARD - Jamal Alioui semble indiquer le chemin de la rentrée au stade Giuly. Il devrait y avoir du monde pour cette première à la maison, depuis des mois.

SPORTSFootball Publié le ,

Cinq années se sont écoulées. Et Jamal Alioui, qui aura tout connu comme joueur (Serie A, coupe d'Afrique, Jeux Olympiques avec le Maroc…) est passé de l'autre côté, sur le banc. Et sa première expérience en National 2 se situe à Chasselay, là où justement il a fermé sa carrière de joueur, en 2016. Après le brésilien Cris, c'est donc un autre ancien international, cette fois-ci marocain, qui va diriger le club du président Jocelyn Fontanel. Et ça commence ce samedi face à au SC Toulon pour un retour au stade Ludovic Giuly (18h). Un rendez-vous que ne veut surtout pas surjouer Jamal Alioui et son groupe, fortement renouvelé cet été. Entretien d'ouverture de saison.

Au matin d'une ouverture de championnat, quel regard avez-vous sur la préparation estivale ?

"On a fait très bonne figure sur cette préparation. Plus de la moitié de l'effectif a changé, ça, il ne faut pas l'oublier. Ce que j'ai vu dans le jeu, c'est très intéressant. Ce qui nous manqué, c'est d'être plus tueur devant le but. Mais je crois que mes joueurs ont gardé ça pour le championnat... "

C'est ce que disent tous les entraîneurs, l'été, quand rien n'a encore commencé…

"Ce n'est pas faux !"

Le recrutement est quand même assez riche qualitativement et quantitativement. C'était une volonté commune de tous au club ?

"Sportivement j'ai validé toutes les arrivées. Sur le choix des joueurs, j'assume tout."

Vous avez en main un groupe qui a faim de compétition après deux saisons interrompues dans l'année. Quel est son état d'esprit ?

"Je le répète mais en préparation, le regard sur le groupe est différent de celui que l'on peut avoir en compétition. Sur les derniers matches, il y a tellement de choses qui entrent en ligne de compte, le temps de jeu, la forme des uns et des autres. Ce que je dis à mes joueurs, souvent, c'est que la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain. J'ai évolué sur ma réflexion à propos de certains joueurs au fur et à mesure de la préparation. Je ne mets une croix sur personne. J'ai besoin d'un groupe dans son intégralité."

"Aujourd'hui, personne n'est titulaire"

Pendant cette phase de préparation des joueurs comme le défenseur Quentin Vieira ou le milieu Maxence Chapuis se sont quand même mis en évidence, bousculant la hiérarchie habituelle. Ce sont des choix forts pour vous ?

"Je m'attache à une idée, ceux qui débutent le championnat ne seront peut-être pas ceux qui vont le terminer. Et c'est sincère. Ce ne sera que le premier match. On aura besoin de tout le monde."

Ne pas voir un milieu comme Le Maître titulaire pourrait surprendre…

"Mais pour moi, il n'est pas remplaçant, il fait partie de l'effectif. Il est aussi important qu'un Arnold Lemb, par exemple. C'est la forme du moment qui sera le critère principal. Aujourd'hui, personne n'est titulaire."

Elle a quand même de la gueule cette équipe avec au milieu Valbon-Bendaoud-Le Maître-Chapuis-Quarshie et Faure en défense. Vous ne manquerez pas de leaders…

"Ce sont des garçons qui, tous, ont besoin d'être responsabilisés pour pouvoir tirer le meilleur d'eux-mêmes. En tout cas, quand Seb (Faure) sera sur le terrain, il sera le capitaine. "

"On sent une excitation du côté des joueurs"

L'arrivée de votre attaquant Lemb peut étonner en N2. C'est un atout de votre équipe ?

"Je suis le premier content de sa venue. Il a de vraies valeurs. Sur le terrain il est au service du collectif. Il va beaucoup nous apporter. C'est un gars avec du tempérament. Je veux que mon équipe me ressemble, alors si je ne prends que des moutons, on sera loin du compte... (rires)"

Tactiquement, vous avez travaillé plusieurs systèmes (4-3-3, 4-2-3-1…). Quel est celui qui prédomine ?

"On a essayé des systèmes et des sous-systèmes. Mais je ne vais pas m'arrêter sur un seul."

Vous démarrez par Toulon à la maison. C'est une entame ardue ?

"Il faut bien commencer un jour. Toulon ou un autre, c'est pas ce qui compte. A nous d'être présent. On sent une excitation du côté des joueurs."

C'est une poule où tout le monde a beaucoup recruté. Qui seront les favoris ?

"Ce serait un mensonge de dire qui peut monter une descendre. Des clubs vont annoncer la montée, tant mieux pour eux. Nous ferons notre petit bonhomme de chemin."

Le GOAL FC ne peut-il pas entrer dans ce championnat et dire qu'il vise la montée ?

"Je ne rentre pas dans ces discussions. Mon boulot reste de faire gagner l'équipe. Dire je joue la montée, ça veut tout dire et rien dire à la fois. Comme on dit en Italie, le vent emporte les paroles."

"Jocelyn Fontanel ne me fera pas de cadeaux !"

Vous aurez trois réceptions (Toulon, Aubagne, la réserve de l'OM) en août. Est-ce un avantage ?

"Il y a deux gros matches surtout pour commencer. Aucune de ces rencontres ne sera facile. Aubagne a gardé une certaine stabilité. Il va falloir être très patient mais j'ai confiance en mon groupe."

Ces premiers mois de coach, ont été conformes à vos prévisions dans ce club où vous avez fini votre carrière de joueur ?

"Le terrain de foot reste mon élément. Il y a une remise en question quotidienne. C'est ce que je retiens."

Vous serez très attendu dans ce nouveau rôle…

"J'ai été attendu durant toute ma carrière de joueur. J'ai commencé dans mon quartier. J'ai joué à l'Olympique de Saint-Etienne, je suis allé à l'OL, je suis allé en Série A, puis en équipe nationale du Maroc. Alors être coach aujourd'hui, ça fait partie de mon parcours sinon j'aurais trouvé une autre reconversion."

Avoir Jocelyn Fontanel comme président qui l'était déjà quand vous étiez joueur, ça signifie quoi pour vous ?

"Humainement on a une relation particulière mais il ne me fera pas de cadeaux ! L'amitié et le professionnel sont deux choses très différentes. Avec Jocelyn on est dans de très bonnes conditions, parce que c'est quelqu'un d'honnête et droit. Dans le travail, tout ne sera pas parfait mais on va grandir au fil du temps."

Vous trépignez à l'idée de revoir du monde dans un stade ?

"Voir le championnat commencer, être sur un banc, devant du monde, c'est plus qu'excitant. On vit aussi pour ça."

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?