AccueilSPORTSFootballFootball GOAL FC/Jamal Alioui : "Il reste encore onze finales !"

Football GOAL FC/Jamal Alioui : "Il reste encore onze finales !"

Touché par la façon dont son équipe a pris le dessus, au mental, sur une valeureuse formation de Marignane-Gignac samedi à domicile (1-0), l'entraîneur du GOAL FC, veut garder tout son groupe concerné, jusqu'au bout d'un championnat qui ne lui a jamais aussi bien réussi.
Football GOAL FC/Jamal Alioui : "Il reste encore onze finales !"
FRANCK CHAPOLARD - Jamal Alioui, serein hier avant le match GOAL FC-Marignane-Gignac au stade Ludovic Giuly.

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

Rarement on l'a vu dans un tel état, à la recherche de son souffle, entre soulagement et circonspection sur ce groupe de joueurs dont il a si souvent souligné les capacités d'échange à l'instant de prendre en main son destin propre. Jamal Alioui a dû faire court, hier soir, dans le vestiaire du stade Giuly, laissant son équipe savourer une douzième victoire arrachée aux forceps face à une équipe de Marignane-Gignac complète et très joueuse, en fin de match par le talent de son avant-centre Arnold Lemb (1-0) sur une action qui résumait si justement la mentalité de sa formation, à dix contre onze : le dépassement de fonction du milieu et capitaine Bendaoud, casseur de lignes, le travail d'usure de l'ailier Mambu pour centrer avec à-propos là où il fallait.... Un succès qui porte aussi grandement l'empreinte de l'entraîneur, passant, à la mi-temps, de la fluidité de son 4-3-3 au 4-4-1 avec des lignes extrêmement resserrées et une discipline collective réhaussée d'un cran. Voilà, le GOAL FC avec une marge de dix points d'avance sur la meute des seconds, à onze journées de l'arrivée. Pas de quoi fanfaronner, cependant, la route sera hautement accidentelle d'ici la 30ème et dernière journée du championnat. Comme le rappelle, ici, le coach Jamal Alioui, on voudra toujours la peau du leader, surtout quand il possède un tel mental…

Vous êtes passé par toutes les émotions sur ce match, à dix contre onze pendant toute une mi-temps et ce but final de Lemb qui vous offre la victoire ?

"Il reste encore onze finales ! (Il cherche ses mots). Le chemin est encore très long. Je le répète à chaque match. C'est constamment une bataille qui se présente à nous. Je tiens à féliciter mes troupes, sur ce match. Dans la difficulté, ils ont tous répondu présent. Je suis fier de pouvoir entraîner de tels garçons. Ils n'ont jamais rien lâché. Ils ont tout donné même à dix contre onze pendant quarante-cinq minutes. C'est magnifique d'avoir livré une telle partie, dans ces circonstances. Je salue vraiment leur débauche d'énergie sur ce match. Comme vous le dites, il ne faut pas être cardiaque pour entraîner cette équipe ! (rires). C'est le deuxième week-end où ils me font ce coup-là ! (NDRL : samedi dernier, à la dernière minute c'est le défenseur Quentin Vieira qui avait offert la victoire au GOAL FC à l'OM, à 3-2). On travaille aussi pour vivre ces émotions-là."

Vous avez regagné le vestiaire à la mi-temps sur l'exclusion de votre milieu et sentinelle Thibaut Le Maitre, avec le sentiment d'avoir tout à construire encore. Quel a été votre discours à cet instant du match ?

"Je leur ai dit de garder de la sérénité et de la tranquillité. Il fallait prendre le temps de poser notre jeu, sans déroger à nos valeurs. Bizarrement, mercredi, on avait mis en place une opposition à dix contre onze, peut-être que c'était une préparation à ce qui pouvait nous arriver samedi ! (rires). Mais plus sérieusement, c'est de cette manière que l'on construit des victoires, en faisant appel à tout le monde. La preuve en est qu'aujourd'hui, tout le groupe participe à nos succès."

Votre groupe était-il abattu, à la mi-temps à la suite de cette exclusion de Le Maître quelque peu litigieuse ?

"Ce genre de péripéties font malheureusement partie du foot. Ils n'étaient pas du tout abattus. J'ai un groupe mâture. On l'entend dans le bruit du vestiaire, leur façon de vivre ensemble : ceux qui étaient en tribunes, sont entrés pour rejoindre l'équipe dans la victoire. C'est un crève-cœur, chaque week-end d'en laisser certains en tribunes. On essaie de donner de la continuité à tout ce qui est emmagasiné depuis le début de la saison."

"On a été très disciplinés tactiquement"

A la mi-temps, avec la blessure de votre défenseur central, Chapuis, et la perte d'un milieu, comment avez-vous réorganisé votre équipe ?

"On est passés à deux lignes de quatre avec un seul attaquant devant. On a été très disciplinés tactiquement et demandé beaucoup de travail, de courses aux joueurs, que ce soit avec ou sans ballon. Sur ces points, je le répète encore, c'est une fierté de voir la façon dont le groupe parvient à s'adapter à de telles situations. Ils ont tellement d'informations à ingurgiter dans un match en si peu de temps, que je reste vraiment agréablement surpris."

Vous avez mis fin à une série de huit matches sans défaites de votre adversaire, Marignane. Est-ce une belle performance ?

"C'est une très belle performance, surtout à domicile où il faut savoir faire le plein."

Justement, à domicile, sur un terrain aussi difficile, est-ce un handicap pour votre équipe de prendre le jeu à son compte ?

"Ce n'est pas évident, en effet. Parfois, on a l'opportunité de finir nos actions mais il faut tenir compte d'un possible faux rebond… Surtout que l'on prône du faire du jeu, constamment. J'espère que sur ce point, on pourra faire quelque chose."

"Je demande à mes joueurs de prendre des risques"

Si d'aventure vous montez en National, la qualité du terrain à domicile peut constituer une difficulté supplémentaire…

"(Il coupe) On va déjà se concentrer sur notre prochain déplacement à l'Olympique Lyonnais (NDRL : le 5 mars). Mais pour répondre à votre question, l'état du terrain peut être un handicap pour nous, c'est le cas depuis pas mal de temps quand même. Pourtant, je ne cherche surtout pas à me plaindre."

Est-ce que prenez en compte ce fait-là, dans ce que vous demandez à vos joueurs ?

"Je leur demande surtout de faire preuve de courage, de prendre des risques."

Avez-vous découvert une nouvelle facette de votre équipe, à dix contre onze pendant toute une mi-temps ?

"Franchement ? Non. C'est la première fois que l'on joue si tôt à dix, pendant une mi-temps. Mais les garçons savent ce qui a été accompli jusqu'ici, et surtout tout ce qui reste à accomplir..."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?