AccueilSPORTSFootballFootball GOAL FC/Jamal Alioui : "Ce match nul, je le prends pour moi…"

Football GOAL FC/Jamal Alioui : "Ce match nul, je le prends pour moi…"

Assumant un final frustrant (3-3) face à Hyères, le coach du GOAL FC a endossé sa part de responsabilité dans les choix opérés au cours d'un match où son équipe a mené 3-0 à la pause.
Jamal Alioui, a rappelé, ce dimanche, le chemin parcouru jusqu'ici par son équipe pour rester en tête du championnat.
FRANCK CHAPOLARD - Jamal Alioui, a rappelé, ce dimanche, le chemin parcouru jusqu'ici par son équipe pour rester en tête du championnat.

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

Au lendemain d'une telle rencontre, ce 3-3 pris comme une claque alors que cela n'est pas une défaite, la nuit ayant sans doute été bien courte, ce n'est certainement pas les mots des joueurs qui diront le mieux le bon ressenti quand on a cru, à la pause, que Hyères ne renverserait jamais la situation à 3-0. Mais cela est arrivé. Et ce dimanche après-midi, l'entraîneur du GOAL FC, Jamal Alioui, est revenu sur ce drôle de match, dominée par l'amertume d'un dénouement imprévisible, et rappelé surtout qu'il reste encore "sept finales" à disputer pour le leader du championnat, toujours en quête de second souffle.

Quel a été le sentiment général, hier soir, après ce match nul (3-3) au goût si amer pour votre équipe ?

"J'ai une grosse part de responsabilité, je n'ai pas été bon tactiquement. Il y a eu des faits de jeu, des changements de joueurs à un moment du match (NDRL: Almike blessé au dos et remplacé par Sy, en début de seconde période…). On n'a pas le droit de faire une erreur à la 90e minute du match, de prendre le but du 3-3, même si, avant, on en avait pris deux. Je parlerai tranquillement, de tout cela, à tête reposée aux joueurs, cette semaine."

L'absence de Lemb, votre avant-centre, qui est resté sur le banc, a-t-elle été préjudiciable à votre formation ?

"A Louhans (0-0), il était diminué (béquille), déjà. Je ne voulais pas prendre de risques avec lui pour le perdre ensuite plus longtemps dans la saison. Mais, avec du recul peut-être que dans la dernière demi-heure au lieu de faire rentrer un défenseur j'aurais dû choisir Lemb… Mais avec des si on mettrait Paris en bouteille… On sait tous comment ça marche, après coup. Depuis le début de la saison, il y a eu des changements utiles à l'équipe. Cela peut arriver de se tromper et je l'assume complètement. Ce match nul, je le prends pour moi."

Quels mots pouvez-vous mettre sur un tel scénario après avoir mené 3-0 à la pause pour se refaire rejoindre ensuite à 3-3 ?

"Le grand Milan AC, que j'ai eu la chance de jouer, a vécu cela en finale de Ligue des Champions en 2005 contre Liverpool. On n'est pas les premiers et on ne sera pas les derniers ! C'est frustrant parce qu'on reste sur une série de trois matches sans gagner et en faisant des nuls. Aujourd'hui, il n'y a rien d'alarmant. Nous n'avons pas perdu depuis septembre. Il ne faut pas l'oublier. Chaque équipe connaît un passage à vide. On est dedans. Il ne peut pas nous arriver pire scénario après Hyères. A nous de remettre nos tête à l'endroit en gardant le maximum de confiance en soi pour avancer ensemble."

"On doit faire preuve de cohésion et de solidarité pour sortir de ce passage délicat"

Vous balayez la notion de doute après trois matches sans victoires ?

"Il n'y a pas de doutes à avoir. On a démontré notre valeur. Il y a des matches où ça marche moins bien. Cela arrive dans une saison. Je retiens quand même qu'en première période on les a plus que dominés. Il y a des concours de circonstances, des choix du coach qui ne sont pas bons à un moment donné du match. Je suis fautif sur ce coup-là."

C'est pas courant d'entendre un entraîneur assumer sa part quand ça tourne moins bien…

"Quand le navire tangue, il y a toujours un capitaine qui doit remettre ses troupes dans le bon sens. Je n'ai pas su le faire contre Hyères. Je vais en prendre note pour le prochain match."

Cela ramène à l'idée de finale répétée jusqu'à la fin de saison, même avec six points d'avance sur Martigues, le second du championnat…

"A chaque match, on est l'équipe à battre. C'est le jeu qui veut ça. C'est fatiguant. Un joueur qui a cumulé 23 matches n'aura pas la même fraîcheur qu'un autre qui a moins joué. Il faut en prendre conscience. Cela fait partie d'un championnat. On peut vivre des moments où l'on est moins frais. On doit, dans ces instants, faire preuve de cohésion et de solidarité pour sortir de ce passage plus délicat."

"Sory Doumbouya ? C'était son premier match depuis longtemps et il a été bon"

En avril, avec les duels face La Duchère, Monaco, Martigues et Rumilly, vous avez un mois qui sera décisif. Vous percevez ces rendez-vous sous quel angle ?

"Mais tous les mois, depuis le début du championnat, ont été difficiles ! Je le répète encore, quand tu gagnes 3-0, c'est frustrant de finir à 3-3. C'est fait, maintenant il faut passer à la suite et se remettre à travailler. C'est le seul refuge. Sans travail, dans la vie, on n'arrive à rien."

Cette mi-temps où vous meniez 3-0 à la pause, ça restera quand même l'un des moments les plus parlants du potentiel offensif de votre équipe, vu cette saison. Est-ce aussi votre avis ?

"Je le pense aussi et c'est ce qui est surprenant. A la pause, j'ai rappelé l'exigence nécessaire à ce niveau en se disant qu'il y avait 0-0 et qu'il fallait repartir dans cette idée-là. Mais les vingt dernières minutes ont été cauchemardesques. Il y a des faits de jeu qui ont changé le match. Quand Thibaut (Le Maître) rentre et qu'il sort ensuite avec une entaille de dix cm sans que celui qui l'a blessé ne prenne un second jaune, je dis que c'est quand même dur. Je ne vais pas me revenir sur l'arbitrage mais quand tu vois sa blessure, c'est juste une réalité : Hyères aurait dû finir à 10."

Votre attaquant, Sory Doumbouya qui revenait de blessure, avec un but et une passe décisive, a fait une rentrée remarquable. Est-ce un atout de plus en vue de la fin de saison ?

"C'est un bon retour. Il revient d'une blessure des croisés (genou). C'est son premier match depuis longtemps. Il a tenu 60 minutes. Sur la possibilité d'avoir un atout supplémentaire avec lui devant, je répète que cela concernera tout le monde dans le groupe. L'implication de tous sera primordiale."

Le prochain rendez-vous, le 9 avril à La Duchère va valoir le détour…

"Comme tous les autres !"

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?