AccueilSPORTSFootballFootball GOAL FC/Antoine Philippon : "Surtout ne pas se focaliser sur le classement… "

Football GOAL FC/Antoine Philippon : "Surtout ne pas se focaliser sur le classement… "

Le gardien chasselois, particulièrement méfiant avant la réception de Marignane ce samedi au stade Ludovic-Giuly (17h), balaie l'hypothèse d'un championnat déjà plié alors que le GOAL compte huit point d'avance en tête de sa poule.
Football GOAL FC/Antoine Philippon : "Surtout ne pas se focaliser sur le classement… "
FRANCK CHAPOLARD - Le gardien du GOAL FC à la relance au pied, lors de la dernière venue de Jura Sud à Chasselay, un de ses points forts dans une équipe qui ne néglige jamais la construction, dès l'arrière.

SPORTSFootball Publié le , RALPH NEPLAZ

La semaine où tous les rivaux du GOAL FC, les plus proches, ont à nouveau constaté la marche sereine des hommes du coach Jamal Alioui, tout là-haut, en tête d'un championnat qui semble leur sourire, chaque journée suivant l'autre. Et samedi, la donne sera bien différente, c'est vraiment du lourd qui se présente à Chasselay, cette équipe de Marignane – 5ème à dix unités du GOAL FC – invaincue depuis début novembre et dont le gardien, Cyril Boukhit n'a encaissé aucun but en 2022, soit la bagatelle de 360 minutes de jeu sans aller chercher quoi que ce soit dans ses filets, en regardant droit dans les yeux les attaquants adverses. Pas de doute, le GOAL va avoir du boulot… Et ça, le portier Antoine Philippon en a parfaitement conscience.

Vous restez sur une semaine plutôt positive (1-1 à Aubagne et succès 3-2 à Marseille) avant de recevoir Marignane, samedi, avec encore la possibilité de creuser l'écart en tête du championnat…

"Cette semaine a vraiment été positive, on a bien profité de ces jours ensemble, pour bien se parler. Ce sont des moments qui soudent un groupe. Le club a tout fait pour nous mettre dans de bonnes conditions en nous permettant de passer ces jours dans le sud. On prend quatre points sur ces deux matchs. C'est plutôt satisfaisant même si à chaque fois nous avons mené au score avant de nous faire rattraper."

Ces fins de matchs animées, à Aubagne et à Marseille, qu'est-ce que cela dit de votre groupe ?

"Quand tu gagnes à la 93e comme à Marseille, forcément ça renforce les liens dans l'équipe. On s'est dit les choses dans le vestiaire sur ce qui a bien marché et ce qui ne l'a pas été. Il vaut mieux que ces choses-là nous arrivent maintenant. Il reste douze matchs pour faire le boulot."

Avoir huit points d'avance sur le second (Grasse), à cet instant de la saison, est-ce forcément un avantage ?

"Il ne faut pas y penser. Et surtout ne pas se focaliser sur le classement. Les matchs vont s'enchaîner, et chaque rencontre va compter. Après Marignane qui est un adversaire très costaud, on va avoir un mois de mars assez redoutable (NDRL : duels face la réserve de l'OL, Grasse, Louhans et Hyères). On a vu, dans le groupe, que tout le monde pouvait jouer. C'est très important de sentir toute l'équipe concernée. La mentalité est bonne."

De qui devez-vous vous méfier dans ce championnat, à part vous-même ?

"De nous-mêmes (rires) ! Bien-sûr que notre collectif a emmagasiné de la confiance mais on sait que plus on va se rapprocher de la fin du championnat, plus les équipes vont jouer quelque chose, que ce soir le maintien ou finir dans les premiers. On sera attendus, par rapport à notre avance. Ce sera à nous de faire abstraction de tout cela, de se concentrer sur chaque journée, au fur et à mesure. Il faudra toujours s'arracher, sur le terrain. C'est ça la vérité."

"On a tous besoin les uns des autres. Si cet état d'esprit perdure, peut-être qu'au bout on décrochera quelque chose."

Comment on s'arrache quand justement on mène le train de ce championnat ? La préparation d'un match est-elle différente ?

"La préparation ne varie pas. Rien n'a changé. Justement, il ne faut pas se prendre pour ce que nous ne sommes pas et croire que tout est déjà acté, tout est beau. La remise en question, en match, à l'entraînement, est nécessaire. L'avantage dans ce groupe c'est de pouvoir être franc les uns envers les autres. Quand il y en a un qui n'est pas bon, on essaie de le remettre dans le bon chemin. On a tous besoin les uns des autres. Si cet état d'esprit perdure, peut-être qu'au bout on décrochera quelque chose."

Le droit à l'erreur fait partie du coaching de votre entraineur (Jamal Alioui). A Marseille vous avez manqué une relance qui a entraîné l'égalisation adverse à 1-1 juste après la pause. Cela a joué dans les têtes après ?

"Je suis un gardien qui reste joueur. Je me suis fait pas mal chambrer sur cette erreur de relance mais si c'était à refaire, je le referais. C'est ce que demande le coach, prendre des risques. Parfois, ça passe pas. Parfois, on fait des erreurs mais il ne faut pas changer sa façon d'être. Bien-sûr que je suis le premier à être déçu d'avoir commis cette erreur mais ce n'est pas pour cela que je vais traîner ça longtemps. Il faut toujours travailler, là il faudra faire mieux dans les sorties de balle pour le prochain match."

Défaite ou victoire, chacun prend sa part de responsabilité dans cette équipe ?

"C'est ça. Ce qui compte c'est aussi pouvoir faire sa part d'autocritique pour avancer"

Vous recevez Marignane, samedi. Une équipe qui n'a pas perdu depuis début novembre. C'est le profil d'adversaire qui peut vous faire chuter à la maison…

"Ils ne sont pas si loin de nous, à dix points. Ils se sont bien renforcés à la trêve. On s'attend à un match très difficile."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?