AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : une entrée bressane pour s'ouvrir l'appétit

Football FCVB/National : une entrée bressane pour s'ouvrir l'appétit

Le sort du calendrier a été assez taquin pour le FC Villefranche-Beaujolais qui débute sa saison aujourd'hui à Bourg par un derby de haute volée, chez un candidat à la Ligue 2.
Football FCVB/National : une entrée bressane pour s'ouvrir l'appétit
Archives FRANCK CHAPOLARD - Presque trois mois après avoir frôlé la montée en Ligue 2, en barrages face à Niort (3-1, 0-2), les Caladois Dabasse et Flégeau retrouvent déjà le National à Bourg, ce soir.

SPORTSFCVB Publié le ,

A dire vrai, on a l'impression qu'en un seul battement d'ailes, on a vite repris la route du National, comme si le mot "pause" n'avait été qu'une idée pour un autre été. Lorsque Villefranche ouvrira le bal de sa saison à Bourg-en-Bresse, aujourd'hui sur cette pelouse d'un stade Verchère où il n'a jamais gagné en National, un pont de 76 jours reliera deux chapitres de la vie du club caladois, entre la déception immense, mais aujourd'hui évacuée, d'une montée en Ligue 2 et un retour à l'ordinaire d'un championnat qui ne garantit absolument rien à personne, surtout à ceux qui ont vécu des rêves non exaucés au printemps précédent. Remettre le bleu de chauffe, dans un championnat qui s'annonce passionnant, cela vaut pour tous quelle que soit la façon dont tout ce joli monde s'est quitté, avec une seule descente, celle des amis duchérois, deux nouveaux venus (Châteauroux et Chambly) et un invité de dernière minute, Sedan, dont on ne reviendra pas sur le repêchage qui dit combien les lois fédérales en ces temps compliqués sont à géométrie variable...

Des Caladois aux qualités reconnues

Désormais, vu de la Calade aussi, tout est à refaire en oubliant ces barrages de mai qui ont réussi à passionner une région beaujolaise, qui n'imaginait pas cette équipe-là remonter la pente en National, avec autant de bravoure et de talent. Un autre récit commence. Dans les journées qui s'ouvrent, chaque adversaire du FCVB sait pratiquement à quoi s'en tenir : l'équipe du coach Hervé Della Maggiore sera attendue au tournant, escortée par les légitimes questions de la qualité du recrutement, parce que ceux qui sont partis (Blanc, Dauchy, Segbe, Fleurier, Garita…) auront laissé plus qu'une petite trace considérable, et que leurs remplaçants (Nirlo, Khous, Martin, Elisor, Guezoui, Romany) devront combler ces manques-là ou du moins maintenir ce qui était un élan collectif, ces derniers mois.

Il en faudrait plus pour inquiéter l'entraîneur caladois, Della Maggiore, toujours aussi placide au bout d'une préparation sans pépins majeurs : "On a des recrues qui amènent une plus-value. On voulait des nouveaux s'intégrant rapidement au club, c'est une vraie réussite, avec des garçons expérimentés, polyvalents étant donné qu'on souhaitait un groupe plus restreint, dans l'objectif de faire davantage de place à nos jeunes les plus prometteurs. Un club comme Villefranche se doit de le faire, à mon sens. Le groupe est donc plus restreint mais d'expérience, intelligent, avec plusieurs éléments qui ont la culture pour évoluer à plusieurs postes."

Rémi Sergio : "l'envie de revivre un jour ces instants magiques"

Pour tenir la route, dans une idée de continuité, les cadres sont restés dans le Beaujolais (le défenseur Renaut, les milieux Sergio et Taufflieb notamment), avec à l'esprit le sentiment d'avoir effacé la tristesse de Niort, pour qu'une autre histoire de groupe puisse être écrite : "Niort, tout le monde en a gardé quelque-chose, c'est sûr, confirme la tête pensante du milieu caladois, Rémi Sergio. Les nouveaux qui ont signé ont suivi ces barrages aussi. On travaille pour un jour revivre ces instants magiques où l'on est passé si près du monde professionnel. Personne ne nous voyait là. Mais aujourd'hui, c'est un autre championnat qui débute". Un exercice où Villefranche, sur le papier, ne boxera pas dans la catégorie que Bourg-en-Bresse, son premier hôte du National, cité parmi les candidats à la Ligue 2.

Et l'on pourrait dire que le calendrier a été assez taquin pour démarrer la saison en regard de biens des choses : les retrouvailles entre joueurs - Nirlo, Romany et Khous étaient à Bourg il n'y a pas si longtemps, Blanc, Fleurier étaient en Calade en mai dernier encore, sans parler du trajet effectué par le coach Alain Pochat, l'hiver dernier… - et l'attachement des uns et des autres pour les deux clubs. On songe ainsi à Hervé Della Maggiore qui a été l'architecte de la croissance de Bourg durant de nombreuses saisons. Il s'agira aussi pour lui d'un retour à la maison, sans la nécessité ni le besoin d'activer le mode "revanche". Il le disait ainsi, cette semaine, en prélude à ces moments où l'on retrouve ces décors familiers qui fondent une carrière voire une vie d'entraîneur : "Ce sera mon premier retour à Bourg. Beaucoup de choses ont changé au club, mais j'aurai forcément un petit pincement. Malgré tout, c'est le FCVB qui m'anime, aujourd'hui".

Della Maggiore, la sérénité maintenue

Sur la hiérarchie supposée, Della Maggiore n'invente rien, c'est bien Bourg qui semble avoir plus de cartes en main au matin de ce premier rendez-vous : "Ils sont armés pour jouer la montée, c'est clair. Ils font les choses pour l'assumer, en mettant les moyens pour jouer le haut de tableau, mais c'est pas tout le temps suffisant pour faire une grosse saison. Le recrutement est judicieux. La mayonnaise doit prendre. Ça a l'air de s'être bien passé sur la prépa' mais la compét' est une autre dimension." A la question de savoir s'il est allé à la pêche aux infos sur son premier adversaire, Della Maggiore a été franc, ce n'est pas en regardant dans l'assiette du voisin que l'on se rassure : "Je ne suis pas allé les superviser car je connais très bien cette équipe et la philosophie d'Alain (Pochat), donc je reste d'abord très concentré sur mes joueurs." Jusqu'ici, ces derniers l'ont rarement déçu. La saison peut donc commencer. Et c'est déjà une excitation.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?