AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : Un bon point de départ…

Football FCVB/National : Un bon point de départ…

Les Caladois, déjà bien au point collectivement, ont tenu tête au SC Lyon (2-2), et lancé leur saison sur une note encourageante. Retour sur un premier derby qui n'a pas manqué de saveur.
Football FCVB/National : Un bon point de départ…
FRANCK CHAPOLARD - Blanc, félicité par ses coéquipiers (Taufflieb, Flégeau, Escarpit) sur l'ouverture du score caladoise, a commencé la saison par un doublé. Un guide offensif.

SPORTSFCVB Publié le ,

Le retour au jeu. Un drôle de derby pour commencer. Le FC Villefranche-Beaujolais et son voisin du Sporting-Club de Lyon se sont retrouvés, hier soir à Saint-Priest, dans le huis-clos du Stade Jacques Joly. Une atmosphère parfois traversée par un étrange silence et le murmure d'une rivalité qui, sur le terrain a donné à vivre une vraie rencontre de National, la première de la saison. Avec ses temps forts, ces basculements et ce partage en conclusion (2-2) qui fait bien l'affaire des Caladois et de leur entraîneur Alain Pochat : " Le match nul n'est pas volé. Ce que j'ai apprécié c'est que l'on a continué à jouer, à se créer des occasions. On a pris le match à notre compte, Lyon est resté en bloc bas pendant quasiment toute la rencontre à part sur la fin où ils ont joué long. On a tenu bon."

Car ces hommes n'ont jamais abdiqué. Ils sont vraiment allés chercher ce nul, certes sur un pénalty de Blanc contestable (2-2, 75e), après avoir vu les Lyonnais revenir au score d'abord, peu avant la pause (41e, Tounkara) puis prendre l'avantage à l'approche de l'heure de jeu (2-1, 52e par Gbellé). Un déroulement qui dit à la fois ce que sera la puissance offensive lyonnaise quand les réglages seront là mais aussi l'étendue du chantier défensif qui attend les Caladois. Ce que ne nie pas le coach basque du FCVB : "Même si on a mené au score, on n'a pas eu un scénario favorable. On prend deux buts sur deux erreurs, le premier en ne gérant pas un contre un avec Tounkara qui est un bulldozer, le second avec une prise de risque dans une zone peu propice à cela. Il faut que l'on soit moins naïfs sur ces gestes défensifs."

Dans la continuité

Mais quel que soit le côté dont on analyse cette première sortie, c'est Villefranche qui a eu la maîtrise, symbolisée par ce premier but de Blanc (32e, 0-1) sur un mouvement nourri de décalage et de bons choix – Escarpit passeur intelligent en relais de Guilavogui – dans la continuité de ce qui faisait la force du jeu caladois, il y a quelques mois en arrière. Et cela, le coach du SC Lyon, Emmanuel Da Costa qui connaît bien son collègue de banc Alain Pochat, l'a bien senti et l'avait même prévu quand bien même le pénalty concédé sera difficile à digérer : "On a rencontré une belle équipe de Villefranche qui aurait pu nous punir davantage. Mais il y a de la frustration sur la façon dont ils sont allés chercher l'égalisation. C'était très sévère…"

Ce fut une bataille tactique où la possession caladoise, dans les vingt premières minutes a balayé quelques doutes issus d'une préparation sans automatismes pour les attaquants blessés (Guilavogui, Garita) et sans certitudes sur la dimension athlétique liée à une reprise après cinq mois sans compétition. "Finalement, on n'a pas trop mal tenus la distance physiquement. Il n'y a pas eu de bobos", s'est réjoui Alain Pochat, également rassuré sur le contenu délivré par sa formation : "Par rapport à tous nos changements, démarrer face au SC Lyon avec un nouveau coach (Manu Da Costa) qui a déjà fait monter une équipe en Ligue 2 (NDRL : Quevilly-Rouen), ce n'était pas un cadeau, surtout avec cette notion de derby même si c'était plus calme cette fois-ci. Prendre un point, c'est satisfaisant"

Escarpit-Injai : des nouveaux au diapason

Si avant cette première journée, l'air du temps sifflait le manque d'automatismes supposés de l'attaque beaujolaise, finalement il y aura eu matières à satisfactions, avec notamment la prestation du feu follet Escarpit, généreux devant, subtil passeur sur le but de Blanc, décrochant sans cesse (peut-être un peu trop, voire sa perte de balle sur le second but lyonnais) pour proposer des solutions. Un joueur qui ne se cache pas. Et cela plaît à son coach : "Il est récompensé de toute sa préparation. C'est celui qui a eu le plus de temps de jeu. Pour un jeune qui arrive de N3, c'est très encourageant". Un autre nouveau venu, cette fois-ci du N2 (Saint-Malo), a bluffé l'assistance : Frédéric Injai. Son aisance derrière, axe gauche, sa propension à prendre des risques dessinent un profil qui va bonifier la relance de sa formation. Avec cependant, son lots de frayeurs, pour les jours à venir. Pas de quoi donner des cheveux blancs à Alain Pochat, qui a glissé ceci, pour résumer le potentiel de sa recrue : "Qu'est-ce que vous voulez ? Vous voulez du spectacle ou pas ? Je vais pas au stade pour m'ennuyer. Je ne veux pas voir mon équipe balancer. Et Bien-sûr qu'il (Injai) a pris des risques. Je prends des joueurs pour ça. Et parfois, on se fera avoir, c'est le jeu !" C'est surtout l'identité de son équipe, qui n'a pas changé. Quelle que soit la saison…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?