AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : toujours dans la bonne cadence

Football FCVB/National : toujours dans la bonne cadence

Vainqueur d'une équipe d'Orléans (1-0) vite réduite à dix, le FCVB reste au contact de Bourg en tête du National et poursuit sa route avec une sérénité qui ne se dément plus.
Football FCVB/National : toujours dans la bonne cadence
FRANCK CHAPOLARD - Si Khous a été décisif la semaine dernière au Red Star, cette fois-ci c'est Dabasse, qu'il va servir ici, qui a été le buteur de l'unique but face à Orléans à la maison.

SPORTSFCVB Publié le ,

Vendredi 24 septembre. 8ème journée de National, au stade Armand Chouffet, FC Villefranche-Beaujolais bat US Orléans 1-0 (1-0). Spectateurs : environ 1500. Arbitre M. Anthony Ustaritz. Avertissements : Nirlo (4e), Taufflieb (37e) à Villefranche; Tidiane Keita (34e), Benkaid (90e + 3) à Orléans. Exclusion : Seba (7e) à Orléans, Renaut (81e) à Villefranche. But : Dabasse (21e) pour Villefranche. Composition du FCVB : Bouet – Renaut, Flegeau, Romany – Bonenfant, Nirlo, Khous, Taufflieb, Pagerie (Martin, 67e) – Dabasse (Guilavogui, 72e), Elisor (Injai, 87e). Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Tout en haut. C'est peut-être le signe des équipes qui savent où elles vont. Cette capacité à faire le dos rond quand la pente se durcit comme cela a été le cas en seconde période, ce vendredi à Chouffet, lorsque Orléans a jeté toutes ses forces dans une bataille tactique que l'on ne percevait pas de cet œil à la mi-temps. Parce que jusqu'ici, rien de bien fâcheux n'était arrivé au FCVB. Au contraire, c'était un soir où la maîtrise, à défaut d'être totale, avait été significative pour mener le bal des opportunités rares.

Ce n'est pas le Villefranche le plus flamboyant qui a signé son cinquième succès de la saison, mais il est suffisant pour dessiner, déjà, le début d'une histoire qui aiguise l'appétit. Pas le plus flamboyant ? On songe à cette entame favorisée par un premier tournant, l'exclusion de l'orléanais Seba, en position de dernier défenseur retenant Elisor. qui avait fait une grande différence à la course, dans cet axe adverse ouvert aux grands vents (7e). On s'était alors dit, à cet instant, qu'après avoir corrigé Chambly (3-0) il y a quinze jours au même endroit, une nouvelle farandole des attaquants caladois allaient s'enclencher. Cela n'est pas advenu.

Des frayeurs en bout de ligne

Sous les yeux de son ami David Bettoni, le fidèle adjoint de Zidane au Real, HDM aurait sans doute aimé que sa formation concrétise davantage ses temps forts. Mais on notera tout de même une première période maîtrisée, sans trop de frayeurs, avec des Caladois ayant mis la main sur le jeu, portés par la maîtrise technique de ce milieu à trois – Nirlo en sentinelle, Khous et Taufflieb instigateurs du déséquilibre – qui semble se trouver, aujourd'hui, presque les yeux fermés, aidé par le boulot d'usure des deux de devant, Elisor et Dabasse. Une aubaine travaillée par l'entraîneur Della Maggiore qui ne cesse de louer l'investissement de ces gars-là, de journées en journées. Ce sont eux qui ont charbonné à bon escient pour gêner, assez haut, les circuits de passes orléanais. Et ce sont eux, encore, qui ont été les architectes de l'unique but du soir : cette longue phase de possession terminée par une frappe en pivot de Dabasse peut-être trop masquée pour le gardien L'hostis, surpris par la spontanéité l'attaquant caladois (1-0, 21e). C'était encore une action dans la lignée du bijou collectif de Nirlo à Boulogne (0-1) lors de la 5ème journée : ces renversements partis du milieu avec les appuis des pistons et le tout mijoté à la bonne cuisson, aux abords de la surface, cette fois-ci par ce diable de Dabasse, auteur de son deuxième but en trois journées consécutives.

On passera ensuite sur cet appuis répété entre Elisor et Bonenfant dont la frappe frôlera le poteau droit de L'hostis (24e). On ne relèvera pas non plus l'instant où Taufflieb a sollicité L'hostis (40e), alerté par Dabasse., tout comme Khous, malicieux (54e) mais sans trouver la mire. Parce qu'en fait, ce sont bien dix orléanais qui se sont échinés à compliquer la vie du co-leader beaujolais en ayant l'intelligence de se caler sur le 3-5-2 de Della Maggiore, mais en infériorités. Les joueurs du coach Xavier Collin, ont fermé les couloirs caladois à bon escient, et opéré en transitions, avec de la vitesse mais pas assez de précision comme sur ce mouvement relayé par le centre d'Halby Toure (57e). L'importance d'Hicham Benkaid, entre les lignes, a fait tenir debout ce regain offensif, en seconde période que l'exclusion de Renaut (81e), auteur d'un contact musclé sur la cheville de Dembi qui sortira blessé, a rendu bien plus consistant, en bout de ligne.

Chouffet a, alors croisé les doigts au moment où Sangaré, s'est pris les pieds dans le tapis de Bouet, gâchant une belle balle de 1-1 au cœur d'une défense caladoise soudainement fragilisée par la sortie son capitaine et homme de tête, avant que Nirlo ne sécurise tout cela, derrière (86e). Dans une fin de match vécue sur le fil de la peur, Villefranche aura subi les assauts orléanais - cette reprise de près de Benkaid sauvée par Bouet dans les arrêts de jeu - sans tomber de ce fil ténu. Cela lui offre une quatrième victoire d'affilée pour rester dans la roue du leader bressan, large vainqueur à Sète (5-2). C'est peut-être le signe des équipes qui savent où elles veulent rester. Tout en haut.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?