AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : Soigner le retour à la maison

Football FCVB/National : Soigner le retour à la maison

Porté par son très bon partage inaugural (2-2) au SC Lyon, le FC Villefranche-Beaujolais reçoit Cholet ce soir (20h) avec en tête la nécessité de signer son premier succès de la saison.
Football FCVB/National : Soigner le retour à la maison
FRANCK CHAPOLARD - Solides contre les Lyonnais, Injai, Renaut, Guilavogui et Dauchy voudront ouvrir le compteur de victoires à Chouffet ce soir face à Cholet.

SPORTSFCVB Publié le ,

Il est des rendez-vous qui convoquent un kyrielle de souvenirs quand sonne l'heure de la rentrée. Parce que même si le nouveau monde est advenu, il est toujours délicat sinon tortueux de gommer le temps d'avant. Il y a six mois, dans un derby de feu, Villefranche avait quitté sa pelouse d'Armand-Chouffet sur une défaite (1-2) qui disait que la suite, la possibilité de revenir dans le trio de tête du National en gardant la fenêtre ouverte sur la Ligue 2, serait douloureuse pour ne pas dire relevée. L'équipe en confiance, les voisins bressans, l'avait emporté, dans un soir terminé à neuf (exclusions de Jasse et Belkorchia) côté caladois. Il y avait eu ensuite, ces mots du coach Alain Pochat qui, comme toujours, ne renonçait à rien :"On n'avance pas, mais si tout le monde nous voit décroché, tant mieux, on verra à la fin…"

Un virus est venu tout faire valdinguer. Tout s'est arrêté début mars. Et on n'a jamais su ce que ces Caladois auraient pu accomplir si le Covid avait choisi une autre planète. Le retour sur terre, six mois après, a mis tout le monde en mode "anxiogène". Le foot a repris et il faut se gratter la tête pour dessiner l'idée d'une joie. Villefranche ne s'en porte pas trop mal. Aucun cas positif au Covid n'a été recensé jusqu'ici tandis qu'ailleurs, à Annecy par exemple où les Caladois n'iront pas mardi prochain puisque la rencontre a été reportée, la vie entre parenthèse et en quinzaine est de rigueur. Le FCVB, s'est nourri de son très bon partage au SC Lyon (2-2) pour croire en son étoile, une saison de plus, avec un effectif où les nouveaux ont vite saisi l'ADN du système Pochat : du jeu et encore du jeu. Une mise en perspective permanente : "Il faudra garder cette emprise sur les matches parce que, courir après le ballon est toujours pénible mentalement. On a réussi à imposer notre jeu au SC Lyon", a rappelé le coach basque, deux jours avant la venue de Cholet, ce soir à Chouffet.

Une bataille d'idées

Et c'est toujours un peu la même histoire. Si le désir de possession restera caladois, l'adversité cherchera souvent à se calquer sur ce modèle, pour mieux le contrer, en bloc bas avec cette propension à créer le danger subitement, en transition. Le SC Lyon a usé de cela. Et sans le pénalty de Blanc pour le 2-2, l'entame aurait peut-être eu la couleur des regrets. Mais cela ne fera pas dévier Alain Pochat de ses idées : "Bien-sûr que l'on peut se faire punir. Mais ça démontre une maturité dans le jeu. On a gardé le même système (3-5-2), ça prouve que les joueurs se sont bien intégrés. C'est toujours une histoire d'équilibre. On peut se faire avoir sur très peu d'occasions adverses. Notre axe de progression se situe là."

La radioscopie d'un National où tout le monde joue dans le même schéma. On s'en rapproche. Cholet est passé en 3-5-2 aussi. Comme les Caladois. Une bataille d'idées. Une parmi tant d'autres, avec cependant un peu plus de repères pour le FCVB quand bien même la moitié de l'équipe a changé. Pochat de nuancer : "Je ne sais pas si c'est un effet de mode. Tout dépend comment le système a été travaillé. C'est l'animation qui compte. Mais ça reste un rapport de force toujours emmerdant. L'équipe qui veut défendre en face, ça donne du bugne à bugne. C'est à nous de trouver des choses différentes, dès vendredi." Et signer, assez vite la première victoire de la saison. Le défi est de taille. Vendredi dernier, Cholet n'a rien cédé à Bourg (0-0) dans ce qui ressemblait à une ouverture du National assez fermée. Rebelote ce soir dans le Beaujolais ? "On sait qu'à domicile, l'adversaire va nous attendre pour nous contrer", reconnaît Pochat qui développe ensuite sur le Cholet à venir, ce plat de résistance du jour : "Cette équipe possède une dimension athlétique très forte. Le coach Stéphane Rossi a pris des joueurs qui ne sont pas des stars, qui charbonnent durement. On s'attend à un match engagé. On est prévenus. On devra leur poser des problèmes par la vitesse de notre jeu."

L'atout Pagerie

Pour ce faire, le groupe caladois devrait présenter peu de modifications. Le piston gauche Pagerie devrait revenir face à son ancienne maison. Pas le plus mince des apports. Là encore, il y aura des souvenirs à gommer. La dernière fois que Cholet est venu à Chouffet, c'était l'hiver (10 janvier), il s'était fait renverser 3-2 dans une fin de match de "déglingos", en terminant à neuf et en encaissant trois buts dans l'ultime quart-d'heure. Pagerie était en face. Une douleur revenue cet été à la surface à son retour en Calade, avec (presque) un début de soulagement : "Si j'avais été dans l'autre camp, au FCVB, cela aurait été le genre de match incroyable à vivre dans un stade. Il y avait tout : l'ambiance, le spectacle et un public chaud !" Il y aura pourtant moins de monde ce soir à Chouffet – la jauge est fixée à 750 personnes – mais pour le spectacle, tout est toujours possible…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?