AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : Le derby du retour au jeu

Football FCVB/National : Le derby du retour au jeu

Le premier match de la saison qui opposera à Saint-Priest, le Sporting Club de Lyon au FC Villefranche-Beaujolais ce soir au stade Jacques Joly, s'ouvre sur une période chargée de beaucoup d'incertitudes, six mois après l'arrêt du dernier championnat inachevé.
Football FCVB/National : Le derby du retour au jeu
FRANCK CHAPOLARD - Si beaucoup de visages nouveaux décrivent le FCVB nouveau, les anciens, le milieu Sergio et le défenseur central Renaut, sont eux toujours là. Une continuité.

SPORTSFCVB Publié le ,

Cela va enfin arriver. 6 mars 2020, Dunkerque-FCVB, 1-1. 21 août 2020, SC Lyon-FCVB. Entre ces deux dates, on a compté 168 jours sans voir le National en vie, sur le terrain. Une éternité autant qu'une plongée dans ce qui ne ressemble à rien de ce que le foot et la société en général avaient pu connaître auparavant. Le foot d'après Covid-19 est tout sauf une ère de joie. Il a fallu apprendre à vivre autrement, à se préparer autrement, pour Villefranche comme tous ces rivaux du National. Les Caladois, ont été épargnés par les cas de Covid, dans leur été du retour au terrain. Mais là encore, tout a été une affaire de prudence dans une marche du temps peu ordinaire. Huit semaines de préparation, des tests face à des clubs de Ligue 2 (Troyes, Rodez, Grenoble) pour intégrer les nouveaux, et ce calendrier qui désigne un derby au SC Lyon pour commencer ailleurs que dans l'antre du stade Balmont en réfection.

Emmanuel Da Costa : " Les deux équipes sont lésées…"

Pour pimenter le tout, les désirs des anciens Duchérois d'inverser la rencontre à Armand-Chouffet n'ont trouvé aucun écho favorable, que ce soit en Calade – ce qui peut se comprendre en regard de l'enjeu d'un calendrier dont on ne sait rien de la conclusion – ou auprès des instances fédérales. Le derby se jouera finalement ce soir à 20h00 à Saint-Priest, à huis-clos. Et cela ne semble pas vraiment convenir au nouveau coach des sang et or, Emmanuel Da Costa : "C'est incompréhensible ! Je n'arrive pas à concevoir ce manque de recul de la part des instances. On a demandé à jouer à l'extérieur deux fois et à l'heure où on nous parle de crise économique et sanitaire, on nous prive de ce qui aurait été la ou l'une des plus belles recettes de notre saison. Les deux équipes sont lésées dans cette histoire".

Alain Pochat : "Une rencontre difficile"

Balmont ou pas, Alain Pochat, son homologue caladois s'est plutôt concentré sur ce qui attend les siens dans ce qui représente une première montagne à gravir pour commencer : "On s'attend à une rencontre difficile". Une manière, chez lui, de se focaliser sur le jeu, face à un candidat à la Ligue 2 qui comme le FCVB ne sera pas au point, à ce stade de la saison. Un derby qui donnera la mesure de tout le reste. L'adjoint d'Alain Pochat, Yoann Vivier n'a pas versé dans la phrase bateau du genre "un derby ça ne se joue pas mais ça se gagne". Il dit plutôt : "Il y a surtout une envie de rentrer dans le vif du sujet. On est conscient que la saison va être très longue. La route n'est pas forcément linéaire. On aura besoin de tout le monde. Le derby, ce n'est qu'une marche sur 34 mais on a hâte d'y être. C'est le début d'une aventure."

Yoann Vivier : ""Nous sortons d'une période inédite"

Pourtant, les Caladois n'ont pas connu un été sans pépins dans leur préparation, avec une attaque en refondation. Ceux qui n'ont pas d'expérience du National (Escarpit, Ahouré) ont montré des signes d'optimismes en l'absence de ceux qui sont censés portés la menace offensive du FCVB (Garita, Guilavogui blessés). Et cette semaine, moins de nuages à l'horizon : tout l'effectif était finalement sur le pont, ce qui suggère encore l'idée inattendue d'un vrai choix, le jour J. Yoann Vivier : "Nous sortons d'une période inédite. Les ajustements au niveau athlétique étaient nécessaires. Comme tout le monde, on a eu quelques pépins. On aurait aimé avoir tout l'effectif pour peaufiner nos associations. Aujourd'hui, on a un groupe opérationnel, avant de lancer la saison. C'est une très bonne chose." En conséquence, les incertitudes liées au manque d'automatismes de la ligne d'attaque Garita-Guilavogui ne donnent pas de maux de tête au staff comme le souligne Vivier : "C'est le secteur de jeu où on a dû le plus composé. On a des joueurs intelligents. Toutes les associations n'ont pas pu être testées mais chacun a eu du temps de jeu."

Une question d'adaptation, pour tous

Alors quelle couleur aura ce derby d'ouverture ? On n'en sait pas grand-chose. C'est un peu l'air du temps, de ce foot d'après-Covid, où le déséquilibre, entre pros et amateurs, est réel. Si les entraîneurs du National ne savaient toujours pas si l'opportunité de faire cinq remplacements avec une feuille de match à dix-huit joueurs, leur serait accordée, ces derniers jours, ils auront surtout en tête l'obligation de gérer le déroulé d'une saison au calendrier imprévisible : "On peut s'attendre à une saison particulière avec des matches reportés, ça fait partie des aléas de cette saison. En dehors du Covid, on aura aussi un calendrier resserré avec des matches le mardi. Ce sera encore à nous de nous adapter", reconnaît Yoann Vivier. On l'aura compris, le retour au jeu est loin d'être de tout repos. Mais il est enfin là. Après 168 jours d'attente, c'est déjà ça…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?