AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : La bonne odeur des luttes finales est revenue !

Football FCVB/National : La bonne odeur des luttes finales est revenue !

Vainqueur du Mans (1-0) avec plus de crispation que de sérénité, les Caladois, troisièmes et désormais barragistes, suivront attentivement le fil du duel Concarneau-Laval ce lundi. Le sprint final est bien lancé…
Football FCVB/National : La bonne odeur des luttes finales est revenue !
FRANCK CHAPOLARD - Simon Elisor a signé son 12ème but de la saison. Il est le premier attaquant du FCVB à atteindre ce total en National depuis la montée en 2018.

SPORTSFCVB Publié le , RALPH NEPLAZ

Vendredi 15 avril, 30ème journée de National. A Villefranche, au stade Armand Chouffet, FC Villefranche-Beaujolais bat Le Mans FC 1-0 (1-0). But : Elisor (26e) pour Villefranche. Arbitre M. Samir Zolota. Avertissements : Sergio (39e) à Villefranche; Lauray (36e), Tomy (67e) au Mans. Environ 1200 spectateurs. Composition du FCVB : : Bouet – Bokele, Nirlo, Romany (Dabasse, 46e) – Flegeau, Sergio (c), Da Silva, Taufflieb, Bonenfant – Khous, Elisor. Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Le coach caladois, Hervé Della Maggiore, a avoué, après le 15ème succès du FCVB, sans doute le plus précieux, au regard des trajectoires de la soirée des autres concurrents pour le podium, qu'il ne pourrait jamais s'habituer à ces montagnes russes assénées par ses joueurs, dans ces duels où ils ont maintes et maintes fois eu les gâchettes pour affermir une victoire qui ne pouvait pas leur échapper… Mais à ce stade de la saison, les regrets ne sont plus de la partie, il faut faire tourner la machine à points et voir ailleurs comment se porte la concurrence. Et à quatre journées de la fin, Villefranche a clairement réalisé un joli coup à la maison, une semaine avant d'aller à Créteil (16e), et posé son CV sur la table de la montée, encore ouverte, à la Ligue 2.

Le bon équilibre retrouvé...

Bourg ayant chuté au finish à Chambly (2-1), la Calade et tout le Beaujolais dormiront tout le week-end sur le podium avant de lire le résultat de Concarneau-Laval en sirotant un bon "Morgon", par exemple. Une fois détaillées ces vues à court terme mais joyeuses, il ne serait pas dispensable de retenir la manière dont ce FCVB-là, séduisant en première période dans sa maîtrise collective – Sergio à la reprise sur un centre de Bonenfant avait trouvé Patron sur sa trajectoire (15e), ce dernier, gêné par le soleil cafouillant ensuite sur le corner suivant un ballon brûlant – plus prononcée comme l'a admirablement démontré l'ouverture du score d'Elisor – cette tête subtile sur une inspiration de Da Silva et sa touche toujours aussi juste (1-0, 26e) – puis crispant, tout le reste du match par l'entremise d'un déchet technique sans conséquences fâcheuses, est quand même parvenu à maintenir sa barque sur l'eau, sans se faire rattraper par des Manceaux qui ont eu une belle collection de balles pour le 1-1, surtout après l'heure de jeu quand l'ancienne mitraillette de Chasselay, Macalou, est entrée en jeu : Gnanduillet (56e,77e, 83e Bouet réussissant une de ses détentes salvatrices signe que l'hiver est derrière lui), Ndiaye (90e +2, Bouet au réflexe sur la ligne retrouvé)… Quatre situations sarthoises évidentes, un gardien caladois à la sûreté revenue, cela aura été bien utile, quand on a fait le relevé des chances beaujolaises envolées, en une période, la seconde, après que Sergio sur coup-franc bien placé a donné le frisson à Patron (36e).

L'art de bien défendre

Il y avait la place, et de la détermination surtout dans les vingt derniers mètres, pour qu'Elisor termine autrement cette sortie rageuse de Bokele (50e) et accroche ainsi sa treizième réalisation de la saison. On en a dira autant pour Dabasse, ensuite, butant sur Patron après avoir su trouver l'espace (60e). Il a été tout aussi dommage de voir ce même Elisor trouver le poteau sortant quand Khous, passé piston gauche après avoir été attaquant avec la même grinta, a réussi l'un de ses numéros de funambule dans les seize mètres (73e).

La litanie des occasions manquées

Dans ce catalogue du stress continu, il y aura encore cette conclusion de Bokele qui, en appuis sur Da Silva, pour illustrer un bon trois-contre-un, non décisif (88e), tandis que Dabasse ceinturé à la lisière de la surface n'avait rien obtenu de l'arbitre (89e). Et puisque tout devait se finir sur cette note des opportunités égarées, Dabasse, s'offrira un ultime un-contre-un face à Patron. Perdu. Une fois de plus. Il est des soirs où la litanie des occasions manquées, n'offre aucune peine. L'histoire aussi d'un groupe caladois qui sait rester debout. Quand s'annonce la bonne odeur des luttes finales.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?