AccueilSPORTSFootballFootball FCVB/National : l'expérience caladoise a payé…

Football FCVB/National : l'expérience caladoise a payé…

De retour devant son public après dix mois de rencontres à huis clos, le FCVB a signé la première victoire de sa saison en tirant le maximum de ses forces du moment pour l'emporter devant de fringants promus du CS Sedan (1-0).
Football FCVB/National : l'expérience caladoise a payé…
FRANCK CHAPOLARD - Décisif pour sa première sortie à Chouffet, Elisor, le nouvel attaquant caladois, a donné la victoire au FCVB.

SPORTSFootball Publié le ,

Lundi 16 août. 2ème journée de National, au stade Armand Chouffet, FC Villefranche-Beaujolais bat CS Sedan Ardennes 1-0 (0-0). Spectateurs : environ 2000. Arbitre M. Cédric Dos Santos. Avertissements : Elisor (23e), Flegeau (45e, Khous (74e) à Villefranche; Fofana (82e), Ayari (30e), Belhadj (87e) à Sedan. But : Elisor (67e) pour Villefranche. Composition du FCVB : Bouet – Nirlo, Renaut, Flegeau (Romany, 74e) – Martin, Sergio, Khous, Taufflieb (Injai, 88e), Pagerie – Dabasse (Guilavogui, 89e), Elisor (Manseri, 89e). Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Il est des victoires qui disent la différence entre ceux qui ont une certaine habitude de ces situations, et les autres qui doivent payer le prix de l'inexpérience, en National. Cela s'est grandement vu ce soir à Armand-Chouffet où Villefranche a tiré profit de ses meilleurs opportunités, en seconde période, lorsque la bascule dans un duel assez serré, tardait à se dessiner. Avec un nul inaugural en Bresse (1-1) et cette courte victoire (1-0) à la maison devant près de 2000 spectateurs, preuve réjouissante que le retour vers une vie plus normale dans nos stades est bien en marche, le FCVB a eu la bonne idée de sa caler dans la bonne moitié d'un tableau du National où les bons démarrages, parfois, offrent un petit confort pour les journées à venir, et les épines qui ne manqueront pas sur leur chemin, dès vendredi à Laval.

Rémi Sergio, la tête pensante de l'entrejeu caladois a vu juste, encore

Une victoire sur Sedan, ébauchée avec une certaine maîtrise des rares temps forts, c'est le sens de certains repères construits sur la durée, ce luxe des équipes qui ont un degré supérieur de continuité et quelques certitudes collectives en magasin. Tout cela a transpiré, à l'instant où Nadir Belhadj, pas le plus inexpérimenté des Sedanais, a perdu un ballon au départ anodin, au milieu, devant le rusé Rémi Sergio, la tête pensante de l'entrejeu caladois. Le Marseillais du FCVB a tout de suite mangé la profondeur de sa vista coutumière pour l'appel d'Elisor dont l'enchainement pleine course, contrôle pied gauche puis conclusion pied droit, a éteint à la fois le défenseur Pires et le gardien Lembet, à l'instant où Sedan perdait un peu le fil de ses élans offensifs (1-0, 67e).

On venait de dépasser le cap de l'heure de jeu, les promus sedanais, logiquement, avaient un peu moins d'essence dans le moteur d'un 4-3-3 qui s'étirait davantage. Cela ne disait pas que le Villefranche de Della Maggiore était en balade mais que sa maîtrise technique lui assurait sans doute un peu plus de possibilités, quand sonnerait son heure. Car Sedan, en première période, avait rappelé combien le gardien Bouet pouvait maintenir toute son équipe à flots. D'abord devant Bekhechi, le contraignant à un premier réflexe, sur une fulgurance de Geran aux dépens de Nirlo, au passage Ramalingom avait dévié le ballon, juste ce qu'il faut pour prendre à revers la défense caladoise (18e). Puis face à Ramalingom (25e), l'un des héros de la dernière épopée ardennaise cet hiver (défaite en 8e contre Angers, 0-1). Si, Dabasse (20e) ou Khous de la tête (41e) et Sergio en deux temps sur coup-franc (38e) avaient posé quelques banderilles devant la cage de Lembet, cela manquait de mordant dans la finition, le chantier estival du FCVB cette saison encore.

Aujourd'hui, le FCVB sait marcher sur un fil, sans chuter

En misant sur l'usure physique des promus sedanais, Villefranche savait que le patience changerait le décor de ces retrouvailles avec son public, avec bien plus d'intensité aussi et de justesse dans ses mouvements offensifs à l'instar du duo Dabasse-Elisor qui aura beaucoup couru, perdant ainsi un peu de cette lucidité nécessaire dans le dernier geste. Plus mâtures, dans l'ultime quart-d'heure, les Caladois ont récupéré le ballon un peu plus haut, plus près de ces seize mètres où tout se décide, souvent : Dabasse est passé tout près du break (76e), tout en puissance, Elisor a caressé l'idée d'un doublé sur un centre du piston Martin, déjà bien dans le ton (74e).

Mais c'est bien la propension caladoise à marcher sur un fil, sans chuter ou du moins en sachant à quoi ce genre de gamelle correspond, se souvenir du printemps dernier, qui a prévalu, à la fin. Bouet est allé chercher une frappe cachée de Benoit à proximité de son poteau droit (81e) puis il a sûrement savouré une certaine délivrance lorsque l'arbitre s'est refusé à siffler pénalty alors que Ramalingom venait d'être stoppé par Romany dans sa surface (90e +2). Il est des victoires qui disent la différence entre ceux qui ont une certaine habitude de ces situations, et les autres qui doivent payer le prix de l'inexpérience, en National.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?