AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : ils étaient à deux doigts d'un si joli coup !

Football FCVB/National : ils étaient à deux doigts d'un si joli coup !

A nouveau maîtres de leur sujet à Châteauroux, les Caladois n'ont pas concrétisé une réelle domination qu'un pénalty manqué, en seconde période, aurait pu rendre plus fructueux encore (0-0).
Football FCVB/National : ils étaient à deux doigts d'un si joli coup !
FRANCK CHAPOLARD - Auteur d'une grande prestation, Quentin Martin, le piston droit du FCVB a fini fort l'année 2021. Une confirmation.

SPORTSFCVB Publié le , RALPH NEPLAZ

Vendredi 10 décembre, 16ème journée de National. A Châteauroux, au stade Gaston Petit, LB Châteauroux et le FC Villefranche-Beaujolais font match nul 0-0. Arbitre M. Anthony Ustaritz. Buts : . Composition du FCVB : : Bouet – Bonenfant, Nirlo, Flégeau – Martin, Taufflieb (Injai, 84e), Sergio, Khous, Pagerie – Dabasse (Wissa, 84e), Elisor (Guezoui, 69e). Entraîneur : Hervé Della Maggiore.

Il serait tellement inique de lui en vouloir. Lui qui a si souvent porté le destin technique de sa formation, cette saison encore. Lorsque le capitaine du FCVB, Rémi Sergio, en l'absence du défenseur Kevin Renaut blessé, a pris la responsabilité de tirer le pénalty de la gagne, consécutif à une énième incursion de Pagerie dans la surface berrichonne (58e), il flottait dans l'air du stade Gaston Petit l'idée d'un tournant attendu. On allait voir les Caladois maîtres de leur sujet, prendre l'avantage sur des Castelroussins qui auront manqué de souffle et de cohésion collective, après la pause, mais la frappe de Sergio a filé au-dessus de la cage de Paul Delecroix, au grand regret du milieu marseillais. A cet instant, on ne sait pas comment ce Châteauroux-là aurait pu revenir à hauteur du FCVB. Mais ce n'est pas avec des "si" que l'on analyse une rencontre.

Villefranche a réussi à installer son procédé habituel

Celle que les Caladois ont livré dans le Berri ressemble comme deux gouttes d'eaux d'une pluie d'automne aux précédentes sorties, avec cependant moins de réussite. Parce qu'après avoir bien géré l'entame de feu des Castelroussins faite de transitions rapides, l'attaquant Nolan Roux - orphelin du buteur Thomas Robinet - étant une menace pour les Caladois, Villefranche a réussi à installer son procédé habituel, cette propension à porter le danger vite devant, avec toujours le bon décalage (Khous, Sergio souvent) pour toucher les ailes, et à piquer constamment avec les centres de Pagerie - brûlant pour Dabasse, aux 6 mètres (9e), en force pour le pied gauche d'Elisor, Delecroix restant serein (18e) – ou celui de Taufflieb, Martin lancé comme une bombe tombant sur un Paul Delecroix au réflexe impeccable (30e). La mobilité du duo d'attaque Dabasse-Elisor a été une des pierres angulaires du pressing caladois, ensuite.

Villefranche a fini fort cette première période, à l'instar de cette tentative de Dabasse sur corner de Sergio (44e). Tout cela a ouvert les vannes de ce qui est arrivé, dans le second acte. Basée sur une meilleure circulation de balle, la domination du FCVB a été totale, atteignant une sorte de climax sur ce pénalty de Sergio manqué (58e). Mais tout le reste a été généreux. Et certains se sont illustrés de manière frappante. Si les trois de derrière (Flégeau, Nirlo, Bonenfant) ont fait dans la sûreté comme d'ordinaire, il y en un qui a crevé les radars, le piston droit Quentin Martin. On notera, comme symbole de sa prestation, ce rush de 30 mètres avec double contact pour se débarrasser de ses adversaires et être contré au dernier instant (76e).

Martin était en feu !

Il y aurait eu matière à changer la donne de ce 0-0 encore si Guezoui avait su profiter d'une belle opportunité de contre, avec l'entrant Wissa sur sa gauche, démarqué. Mais il n'est pas allé au bout (90e). Et Châteauroux ? On aura relevé quelques piques en transitions, comme ce déboulé de Mexique s'appuyant sur Roux et trouver Bouet (70e) sur sa route. Et c'est bien tout.

Alors, avec quel sentiment Villefranche va-t-il retrouver sa Calade pour les fêtes avant de songer à la reprise le 7 janvier en réception de Sète ? Avec certainement plus d'enseignements positifs, comme souvent l'entraîneur Hervé Della Maggiore le souligne. Cela aurait sûrement représenté un joli coup de l'emporter puisque ni Annecy ni Bourg n'ont gagné face à Sète pour l'un (0-0 en Savoie) et une défaite 0-1 en réception d'Orléans pour les Bressans, mais la phrase "passe-partout" – la saison est encore longue – peut aisément réconforter Villefranche qui a vu Concarneau prendre la tête, après son pragmatique succès du Boulogne (1-0). La suite s'écrira en 2022. Toujours dans les hauteurs de ce National passionnant.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?