Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football FCVB/National : en regardant là-haut si ça dure encore longtemps…

le - - FCVB

Football FCVB/National : en regardant là-haut si ça dure encore longtemps…
FRANCK CHAPOLARD - Les journées se suivent et se ressemblent pour le FCVB et Maxime Blanc invaincus depuis douze rencontres en National.

Après le succès du FCVB sur Quevilly-Rouen, hier soir à Armand-Chouffet (2-0), les Caladois, deuxièmes du National, n'ont pas caché leurs ambitions de montée en Ligue 2. Mais à 14 journées de la fin, tout ce murmure ne reste qu'un rêve à construire.

Un soir où plus personne ne veut se cacher. C'était ce vendredi dans un stade Armand-Chouffet tout à sa joie. Le FCVB est un dauphin sans complexe, de Dunkerque au bout de 20 journées, à deux points des nordistes. Jusqu'ici, la bataille pour la Ligue 2 n'avait jamais été un sujet de palabres en Calade, du moins du côté des acteurs principaux, joueurs et staff, la tête dans le guidon d'une invincibilité qui dure depuis douze journées. Mais en battant Quevilly-Rouen (2-0 buts de Dadoune et Blanc), qui était encore en Ligue 2 au printemps 2018, Villefranche ne peut plus réfuter l'étiquette de candidat à cet étage.

Alain Pochat : " j'ai envie d'y aller !"

L'entraîneur Alain Pochat, privé de banc, est arrivé en conférence de presse d'après-match en très grande forme pour lâcher ceci, à propos de la montée en Ligue 2 : "j'ai envie d'y aller. Je ne sais pas si j'irais mais j'ai envie de tout donner avec ce groupe-là. Et si on est le poil à gratter du National, ça ne me pose aucun problème. Si nous n'y arrivons pas, on aura au moins tout essayé. Aujourd'hui, le plus difficile est de gérer toute cette euphorie. On a une carte à jouer, il ne faut pas se le cacher !"

Un discours offensif qui est tout sauf le fruit du hasard. Son équipe vient de fermer un mois de janvier ultra positif (deux succès, un nul) avec une volonté de ne rien céder aux autres candidats à la L2. Et Pochat de synthétiser ce tableau actuel : "Au début de l'année 2020, la question était de savoir si nous étions capables de garder le même niveau de performance. Que ce soit face à Cholet (3-2) ou à La Duchère (2-2), le goupe a montré du caractère. Il faut s'appuyer là-dessus et confirmer chaque week-end, être régulier, c'est le plus dur." Avant d'ajouter : "ces mecs ont la dalle. Il y a de la maturité dans ce groupe. Il en faut, les points sont tellement précieux. Tout le monde est au diapason. Il faudra garder cette exigence, si on veut rester là-haut."

Maxime Blanc : "rester unis dans les mauvais moments"

Au lendemain de cette dixième victoire, les joueurs ont, eux aussi, mesuré une partie de cet horizon qui se dégage, du moins cet appétit qui autorise une partie de leur rêve. Maxime Blanc, auteur du second but caladois face à Quevilly-Rouen, ne se cachait pas non plus, avec une once de nuance cependant : "rester en haut, forcément ça donne envie de penser à quelque-chose de beau à la fin mais on n'y est pas encore. Il reste 14 matches, février puis mars seront des mois compliqués. Aujourd'hui, on se dit seulement que ce serait dommage de gâcher la belle période actuelle en perdant. Il va falloir rester unis dans les mauvais moments, savoir se faire violence quand ça tournera moins bien."

Philippe Terrier : "si en mars on est toujours placés…"

Un peu plus tôt, le président du FCVB Philippe Terrier appréciait surtout l'instant présent avant de songer à plus grand : " je retiens surtout la solidarité qui émane de ce groupe. Tout le monde travaille pour tout le monde. C'est propre et sérieux. Et ce qui me plait vraiment, c'est qu'il y a dans ce groupe une certaine humilité. On sent qu'ils sont en train de construire un rêve collectif. Je prends un vrai plaisir à les voir gagner un match comme celui de Quevilly."

Vendredi prochain, Béziers, en quête de maintien, est la prochaine étape. Encore un adversaire qui séjournait en Ligue 2 au printemps 2019. Encore une histoire de petits cailloux à semer sur le chemin ambitieux des Caladois. Philippe Terrier de conclure : "aujourd'hui, en étant deuxièmes, on ne peut plus se cacher et dire qu'on ne jouera pas la montée. Mais ça semble tellement loin…14 matches c'est très (très) long…On va juste se concentrer sur les quatre ou cinq prochains matches à venir. Et si en mars on est toujours placés, on commencera peut-être à parler de Ligue 2."

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer