AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/National : Avec l'espoir d'ouvrir le compteur à succès…

Football FCVB/National : Avec l'espoir d'ouvrir le compteur à succès…

Restant sur deux nuls en deux journées, le FC Villefranche-Beaujolais reçoit ce vendredi soir (20h00 au Stade Armand-Chouffet) une équipe de Quevilly-Rouen elle aussi en quête d'une première victoire en championnat.
Football FCVB/National : Avec l'espoir d'ouvrir le compteur à succès…
FRANCK CHAPOLARD - Après le 0-0 de la semaine dernière face à Cholet, Injai et les Caladois espèrent retrouver le chemin des buts à la maison.

SPORTSFCVB Publié le ,

Surtout ne pas lire le classement. Dans un championnat tronqué par plusieurs reports dont celui des Caladois à Annecy mardi et le rendez-vous de Quveilly-Rouen face à Bourg le même soir, la semaine qui va se finir n'a pas vraiment délivré d'enseignements significatifs. Le National est pareil au foot français en ce moment : il est saucissonné à foison, ce qui augure d'une saison à mille inconnues. La gestion des effectifs par temps de COVID, presque tout le monde y est. Le FCVB comme les autres. Et puisque le match d'Annecy a été finalement reporté, l'adaptation n'a vraiment donné des maux de tête à Alain Pochat, parce que c'est l'avenir qui viendra créer des bouchons dans le calendrier, cet automne. On n'y est pas encore. En attendant le coach du FCVB résume l'air du temps ainsi : "Cela nous a permis de programmer une semaine d'entraînement normale, en ayant doublé la journée du mardi". Il s'attend, face à Quevilly-Rouen, à une adversité différente de Cholet (0-0) et ce profil athlétique si difficile à bouger.

"On peut s'attendre à tout"

Les Normands n'ont pas déclenché leur saison sur des cîmes élevées et courent eux-aussi derrière leur première victoire (un nul, un revers). Cela passe par une meilleure assise défensive (déjà trois buts encaissés). Des carences à exploiter ? "Ils ont pris ces buts sur coup-pied arrêtés, des phases de jeu où tout peut basculer", relativise le coach du FCVB qui s'attend à ce que son homologue de QRM, Bruno Irlès, innove encore sur le plan tactique face au 3-5-2 caladois : "Quelle animation va-t-il choisir ? On peut s'attendre à tout. Il faudra être plus caméléon pour trouver des solutions. A Pau, il utilisait souvent le 3-5-2 avec deux attaquants assez athlétiques. Cette fois-ci avec Dadoune et Jung (deux buts au compteur), il a aussi deux bons attaquants..." Ses joueurs auront l'envie de vite gommer la déception née après Cholet (0-0), il y a une semaine, parce que les Caladois n'ont pas concrétisé leurs temps forts. Que reste-t-il de cette amertume ? Pochat n'a pas senti ses joueurs abattus : "Ils étaient frustrés après ce match. Il y a eu un but refusé, un pénalty non sifflé, ça fait beaucoup alors que quand on joue à domicile, on a envie de s'imposer. Mais il faut aussi regarder le positif. Là, sur le plan athlétique on a eu du répondant."

De la concurrence à tous les étages

Voilà donc une équipe caladoise pas si mal en points au bout de deux journées à deux matches nuls et qui vient d'enregistrer le prêt du défenseur central des Girondins de Bordeaux, Alexandre Lauray. Une équipe qui doit peut-être se tracasser un peu plus la tête offensivement, dans les vingt derniers mètres, là où tout bascule. Et de la concurrence, Pochat en joue certainement dans ses choix, suivant la situation du moment avec un effectif épargné par les blessures quand bien même la pointe Garita n'est pas encore dans une forme optimale. En vue face au SC Lyon (2-2) devant, Escarpit, avec sa vivacité, n'avait ainsi pas débuté face à Cholet, parce qu'il fallait densifier le milieu. Si pour l'heure Guilavogui est un titulaire peu discuté, son compère d'attaque sera encore choisi au dernier instant. Et à nouveau, la force du milieu caladois (Sergio, Blanc, Taufflieb et maintenant Injai) sera encore mise à l'épreuve de la créativité. Pas vraiment une épine dans le pied du coach basque : "Les gars bossent bien. On fait des associations différentes. L'idée c'est d'avoir tout le monde concerné et c'est le cas. On a des garçons intelligents, on peut mettre tous les systèmes en place, ce qui fera la différence c'est l'animation et la façon dont les joueurs respirent le football." Quevilly-Rouen ce vendredi soir à Armand-Chouffet devrait être une nouvelle illustration de ces principes. Avec au bout, peut-être, l'espoir d'ouvrir le compteur à succès…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?