Fermer la publicité

Football FCVB/National : avant d'aller à Laval, l'appétit de Rémi Sergio…

le - - FCVB

Football FCVB/National : avant d'aller à Laval, l'appétit de Rémi Sergio…
Archives FRANCK CHAPOLARD - Rémi Sergio, lors du match aller face à Laval, veut contribuer à la fin de saison en boulet de canon du FCVB.

La sentinelle d'un FCVB apaisé par ses derniers bons résultats en championnat, estime que sa formation, en déplacement samedi à Laval, a toutes les cartes en main pour viser le podium.

Le ton est léger, comme le soleil qui vient de les accompagner, ce jeudi matin, dernière séance avant le départ, ce vendredi matin pour Laval où le lendemain, un rendez-vous forcément porteur en termes de perspectives plus éclairées, attend les Caladois. Rémi Sergio, dont on n'a pas vraiment compris pourquoi il n'était pas dans la liste des nommés en mars au titre de joueur du mois, récompense individuelle qui est tout sauf une médaille en breloque parce qu'elle récompense une partie de la marche collective d'une équipe par la distinction de ses éléments les plus constants, s'est présenté au point presse (visio) de la semaine avec un mental au beau fixe. Et il y a de quoi. Invaincu depuis un mois, le FCVB reste sur une pente vertueuse – deux nuls pour trois succès – qui, logiquement, l'a installée à proximité du podium, à une longueur d'Orléans. Une histoire de pic de forme ouvrant sur un printemps rempli d'espoirs : "Effectivement, on veut aborder le sprint final en étant en forme, se réjouit Sergio. J'espère que ça va continuer, que l'on conservera notre dynamique à Laval." Élément très influent lors des dernières rencontres – il a été passeur pour Guilavogui à Sète, notamment – le marseillais du FCVB épouse l'appétit d'un groupe qui a su renverser pas mal de situations défavorables, au mental, souvent, ces derniers temps.

"Si nous en sommes là, c'est aussi la preuve de notre régularité"

Et maintenant que le maintien est une affaire pratiquement classée, le compère du duo Taufflieb-Blanc, trident qui régale au milieu, de journée en journée, assume la suite des ambitions de sa formation, sans ambages. Finir troisième est dans les cordes caladoises, estime-t-il, parce qu'il y a un an, sur ce thème des barrages possibles tout était encore possible : "L'an passé, il y avait eu une forme de frustration, se remémore Sergio. Le championnat s'était arrêté alors qu'il restait encore neuf journées. Aujourd'hui, on se doit de ne pas lâcher cette quatrième place, surtout que nous allons affronter, lors des six dernières rencontres des concurrents directs (Orléans, Stade Briochin) à cette troisième place. Si nous en sommes là, c'est aussi la preuve qu'il y a une forme de continuité et d'une régularité, d'une saison à une autre. Il faut que ça tienne jusqu'au bout." De quoi pimenter le voyage en Mayenne…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer