Fermer la publicité

Football FCVB/National : Au Red Star pour créer le bon élan

le - - FCVB

Football FCVB/National : Au Red Star pour créer le bon élan
FRANCK CHAPOLARD - L'apport des pistons, ici Pagerie, sera une des composantes des espoirs du FCVB pour l'emporter en Seine-Saint-Denis.

Une semaine après la première défaite de la saison à domicile face à Quevilly Rouen (0-1), le FC Villefranche-Beaujolais aura ce soir, à Saint-Ouen, la mission de rétablir sa confiance collective contre une équipe du Red Star, exactement dans la même quête.

Où en est le FCVB, à l'aube de cette quatrième journée d'un championnat de National illisible ? Sans succès depuis le départ et restant sur une défaite à Armand-Chouffet (0-1 face à QRM), Villefranche n'a pas entamé sa saison sur des partitions qui invitent à l'optimisme. Mais dans un championnat comme souvent fait de cycles, la constance n'est pas partagée par tous. "On est qu'à la troisième journée, dans un championnat serré. Toutes les équipes sont en recherche de régularité au niveau des résultats. Par rapport à ça, on doit redresser la barre", convient l'entraineur Alain Pochat. Avec du recul, si la pauvreté technique de la dernière rencontre a été un des nombreux constats d'un soir manqué, il y a quand même eu des temps forts caladois, surtout en seconde période et dans une première demi-heure modifiée par la sortie du défenseur Flegeau (victime d'une semelle de Jung à la cheville, l'attaquant de QRM) qui obligea Injai à descendre d'un cran. De quoi voir la vie un peu moins en noir. Pochat souligne : "Il y a quand même eu de bonnes choses. La blessure de Flegeau a changé beaucoup de choses. On a manqué de patience et fait le jeu de l'adversaire qui nous attendait pour nous contrer."

Alain Pochat : "J'assume mes choix"

Son équipe continue de souffrir pour trouver l'ouverture face à ces blocs bas qui sont le pain quotidien du National. Si la détermination n'est pas le seul vecteur à activer – aucun joueur n'aime la défaite, cela va sans dire – il reste au FCVB à s'appuyer sur ce qui a toujours fait sa force, ce milieu à trois créateurs (Taufflieb-Sergio-Blanc) qui avait bien débuté au SC Lyon (2-2) et cette attaque à deux têtes qui nécessite toutefois une meilleure alimentation. Contre Quevilly-Rouen, en plaçant Blanc, en neuf et demi, Alain Pochat a nourri le débat d'après-match, tournant sur l'isolement de son attaquant Guilavogui. Il s'en explique ainsi : "C'est une histoire d'animation. Max Blanc a joué en neuf et demi ou dix pendant deux ans. En N2 il a mis douze buts et onze passes décisives à ce poste. Après, si on jette les ballons sur Guilavogui alors que Max est loin, ce n'est pas forcément son jeu. C'est ce qui s'est passé par séquences. Il faut prendre le temps de construire. Dans mon esprit je voulais que l'on soit capable de créer du surnombre dans le cœur du jeu pour sortir des duels. Mais c'est toujours facile de dire ce qu'il fallait faire, après le match…J'assume mes choix, même si je me trompe."

Et on en revient toujours aux mêmes impressions sur l'utilisation de ce 3-5-2 devenu bien plus qu'une mode. Et quand ça ne gagne pas, les insuffisances des pistons (Rémi Bonenfant à droite, Pagerie à gauche face à QRM), ces porteurs de vie offensive dans les couloirs, sont mises en relief. Ce que Pochat ne nie pas : "Dans ce système, il faut être capable d'emmener des centres, de percuter. On l'avait bien fait lors des deux premiers matches, moins contre QRM qui ne laissait pas beaucoup de places derrière. Il faut être plus juste." Et faire avec la qualité de terrain qui, à la maison, est loin d'être "une galette". "L'état de notre pelouse, en début de saison, ne nous avantage pas et fait même le jeu de l'adversaire", déplore Pochat qui, à Saint-Ouen, au Red Star enchaînera sur un synthétique usé jusqu'à la corde.

Des attentes un peu partout

La promesse d'un duel encore marqué par du déchet technique ? Le coach basque du FCVB s'y attend un peu : "Ce n'est pas du foot. On court après le ballon, tout le temps. C'est vraiment dur et ça reste un paramètre à prendre en compte. C'est souvent du ping-pong, ça demande beaucoup d'efforts pour garder le ballon. On risque de vivre ce genre de scénario." Quid des changements au stade Bauer ? Le retour d'Escarpit était dans les tuyaux cette semaine, devant. Les attentes porteront également sur la configuration du milieu caladois ainsi que sur le positionnement d'Injai, la variable d'ajustement de ce début de saison dans le puzzle tactique du coach caladois. Dans le 93, l'adversité risque d'être relevée, une fois de plus, pour un Red Star qui ne navigue pas sur un océan de sérénité (deux nuls, une défaite). On ne reviendra pas sur le déluge subi en ouverture (3-5) face au SC Bastia. Une compilation de boulettes défensives, illustrée par des absences de marquages, de ballons flottants dans la surface…Bref tout ce qui fait la joie des entraîneurs…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer