AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/Kevin Renaut : "C'est la détermination qui compte…"

Football FCVB/Kevin Renaut : "C'est la détermination qui compte…"

Titulaire lors du derby d'ouverture du National face au SC Lyon (2-2), le défenseur central du FCVB souligne l'état d'esprit inchangé du groupe caladois pourtant bien renouvelé cet été et s'attend à une rude réception de Cholet, vendredi pour le retour du National à Armand-Chouffet.
Football FCVB/Kevin Renaut :
FRANCK CHAPOLARD - Le défenseur central du FCVB, ici en amical contre Martigues en juillet, ne doute pas de la qualité des nouveaux venus au FCVB, cet été.

SPORTSFCVB Publié le ,

Un joueur qui sait prendre de la hauteur. Pour sa seconde saison dans le Beaujolais, Kevin Renaut a rapidement pris la mesure de ce qui attend sa formation dans les mois à venir : la nécessité de confirmer le précédent exercice stoppé au printemps quand le FCVB commençait à retrouver son élan des six premiers mois de championnat et sa place sur le podium. Un autre chapitre du National s'est ouvert face au SC Lyon, vendredi dernier, sur un partage (2-2) qui a mis encore en lumière la qualité de jeu du groupe d'Alain Pochat. Mais tout est toujours un recommencement. Surtout quand on est aussi attendus par les autres. Vendredi ce sera à Cholet de venir tester la solidité de ce FCVB-nouveau. Et Kevin Renaut, comme tous ses coéquipiers, a hâte de retrouver Chouffet, six mois après un autre derby perdu face à Bourg…

Kevin Renaut, le nul acquis face au SC Lyon (2-2) pour la première journée vous a mis dans quelles dispositions en ouverture du championnat ?

"On a un fait un très bon match, dans la lignée de nos productions depuis mon arrivée, la saison dernière. On leur a posé beaucoup de problèmes. On peut ressentir de la frustration parce qu'au niveau des occasions franches, on méritait mieux. Collectivement, on a montré notre force de caractère dans ce derby d'ouverture de saison. C'est encourageant pour la suite, notamment vendredi contre Cholet. Ce sera un match difficile mais on a les moyens de s'imposer."

On a relevé les bonnes prestations des nouveaux (Dauchy, Fleurier, Injai en défense et Escarpit devant) dès la première journée. Vous vous attendiez à une adaptation aussi rapide ?

"On est un très bon groupe. Les nouveaux ont été très bien accueillis, ce sont des mecs mâtures. Ils se sont vite adaptés au système (3-5-2) et à ce que demande le coach. On a vraiment bien travaillés pendant huit semaines. C'est ce qui explique que dès le début, les automatismes étaient déjà là."

Vous sortez d'une opposition où la maîtrise des éléments offensifs lyonnais comme Tounkara (buteur) n'a pas été simple…

"Aucun match ne se ressemble. Cholet, ce sera la même chose. On devra répondre présent dans le défi physique. Quand on est défenseur, on est là pour remporter nos duels, que ce soit face à un attaquant qui mesure 1m60 ou 1m90, c'est la détermination qui compte pour garder notre cage inviolée. Tous les week-ends ce sera le même challenge."

Vous avez été menés 2-1 sans être dominés dans le jeu au SC Lyon. Quels ont été les ressorts pour revenir à la hauteur ?

"Depuis le début de la préparation, notamment face aux clubs de L2, même quand nous étions menés, nous restions toujours dans l'idée de ressortir les ballons, de jouer. Au SC Lyon, on savait que nous avions eu des occasions avant d'être menés, nous allions donc en avoir après. On a continué à aller de l'avant, cela a payé à la fin sur le pénalty obtenu par Guila (Guilavogui)."

"On sait ce que Cholet va nous proposer "

Vous entamez une série de trois rencontres en une semaine (Cholet, Annecy, Quevilly-Rouen). Les joueurs aiment ça, en principe…

"Chaque joueur préfère jouer que de s'entraîner. Trois matches en une semaine, ça tombe bien, on s'est préparés pour ça. On est sérieux. A la maison, on fait tout pour bien récupérer en dehors du terrain. C'est pas dérangeant d'enchaîner trois matches en une semaine."

En tant que défenseur central, vous êtes passés de Sauvage dans les buts à Bouet. On ne voit pas trop de changements, de l'extérieur. Sur le terrain, ça donne quoi ?

"Le coach (Alain Pochat) connaissait JC avant (Jean-Christophe Bouet). Il s'est vite adapté à son système. Que ce soit lui ou Alexis Sauvage, rien n'a vraiment changé, c'est vrai. Il y a des automatismes à avoir au fil des matches. Mais, c'est pareil pour tous les autres joueurs à leur poste. C'est toujours plaisant de repartir de derrière avec le gardien, de faire tourner le ballon, de voir l'équipe courir en face parce que c'est quand mieux d'avoir le ballon que de chercher à le récupérer sans cesse."

Avez-vous hâte de retrouver le stade Armand-Chouffet, ce vendredi six mois après votre derby perdu (1-2, le 28 février) face à Bourg?

"On a hâte de retrouver notre terrain, d'être intraitables à domicile surtout devant des spectateurs. On sait ce que Cholet va nous proposer : des duels physiques. On a bien bossé pour ça…"

Est-ce si particulier de jouer sans spectateurs, comme vendredi dernier à Saint-Priest contre le SC Lyon ?

"C'est spécial mais on s'adapte. Pendant nos matches de préparation, il n' y avait déjà pas grand monde. C'est sûr que ça reste une situation bizarre mais on fait avec les conditions sanitaires actuelles."

L'avantage, c'est que vous entendez plus la voix de votre coach…

"Même quand il y a des spectateurs, on l'entend ! (rires). C'est un passionné. Il vit les matches à fond. C'est mieux d'avoir un coach qui harangue les troupes qu'un entraîneur qui reste assis. Il nous apporte la grinta !"

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?