Fermer la publicité

Football/Jimmy Nirlo : "ouvrir une nouvelle page avec le FCVB "

le - - FCVB

Football/Jimmy Nirlo : "ouvrir une nouvelle page avec le FCVB "
FRANCK CHAPOLARD - Jimmy Nirlo, ici entre les milieux Sergio et Taufflieb à l'entraînement, est en Calade depuis quelques semaines, comme un poisson dans l'eau dans le collectif du FCVB.

A l'orée d'une nouvelle saison, cette fois-ci sous le maillot du FCVB, l'ex-capitaine bressan évoque les retrouvailles avec le coach Hervé Della Maggiore et la découverte d'un groupe caladois aux qualités reconnues, en National.

Le milieu Jimmy Nirlo est déjà bien dans le bain beaujolais, au bout de quelques semaines de sa nouvelle vie, en Calade. Un week-end bien rempli, balisé par deux rencontres amicales. La première s'est déroulée ce vendredi soir à Armand-Chouffet (succès 1-0, face au Puy, but de Taufflieb) et la seconde ce samedi au Groupama Stadium face à l'Olympique Lyonnais. Entre les deux, Nirlo a pris le temps d'ouvrir les parenthèses de son nouveau challenge, avec entre autres, à l'horizon, l'ouverture du National le 6 août ce derby Bourg-Villefranche. Déjà incontournable.

Jimmy Nirlo, comment se déroulent ces premiers pas à Villefranche ?

"La prépa' c'est toujours la même chose pour tout le monde : ce n'est jamais le moment le plus agréable de la saison surtout quand on prend un peu d'âge (rire), mais on doit passer par là pour pouvoir ensuite avoir de la continuité dans ce championnat qui est un véritable marathon. Dans la saison, ça peut vite devenir difficile si nous avons des gros trous."

Vous avez terminé votre aventure à Bourg avec l'entraîneur Alain Pochat. Retrouver ensuite votre ancien coach Hervé Della Maggiore à Villefranche était-il une évidence pour vous ?

"Honnêtement, travailler avec Hervé a été une évidence assez tôt. Bourg arrivait à la fin d'un cycle, moi aussi. Là-bas, j'ai vécu douze belles saisons. Tout le monde avait besoin de renouveau. J'ai toujours gardé de bons rapports avec Hervé tout en étant très attentif au parcours de Villefranche l'an dernier. C'est une équipe qui a produit du très beau football et ça reste un club qui a devrais valeurs humaines. Tous les critères étaient réunis pour moi. Quand Hervé m'a contacté, ma réflexion footballistique était déjà toute faite. La relation de travail que j'avais eu avec lui à Bourg, en six ans, a pesé. Je savais qu'avec lui, à nouveau, je pourrais m'épanouir."

Qu'avez-vous gardé des quelques mois passés à travailler avec Alain Pochat à Bourg ?

"Je ne veux pas trop m'attarder sur ce passé à Bourg. Ce n'est jamais évident de connaître un nouveau coach en cours de saison. J'avais beaucoup d'attachement pour Karim (Mokeddem), le coach précédent. Cela n'a pas été simple de le voir partir. J'étais persuadé que l'on pouvait se maintenir en National avec lui. Mais je n'ai pas la vérité. Il faut être très juste dans l'analyse. Alain Pochat a apporté de belles choses à Bourg et a rempli sa mission en fin de saison. Il a fait son job. Pour ça, il faut le féliciter. Mais maintenant, Bourg, ça fait partie de mon passé. Je suis partie la tête haute de ce club en le laissant au niveau où je l'ai trouvé avec vraie une progression."

"Je serai très heureux de retourner à Verchère pour le derby"

Le calendrier du National s'ouvrira à Bourg par un derby. Ce n'est pas vraiment l'idéal pour commencer…

"Je le vois plutôt d'une manière positive. Je me dis que ce sera passé, dès la première journée. Pas seulement sur le plan personnel. Depuis quelques années, il y a une passerelle entre les deux clubs. C'est comme ça. Je serai très heureux de retourner à Verchère mais il ne faut pas se tromper sur valeur de cette rencontre. Ce ne sera pas un match Jimmy Nirlo ou Guillaume Khous (NDRL : l'ex-milieu bressan est arrivé au FCVB cet été) contre Maxime Blanc ou Alain Pochat ! J'ai beaucoup de respect pour les deux clubs mais je sais quel maillot je défends aujourd'hui. Je me donnerai à 100% pour les tigres caladois."

Retravailler avec Hervé Della Maggiore au quotidien, qu'est-ce que ça donne ?

"J'ai surtout le plaisir de retrouver le terrain parce que j'ai fini la saison passée sur une blessure. Ici, le groupe m'a très bien accueilli. Pour le staff, je savais où je mettais les pieds. J'ai rejoint Seb (NDRL : Sébastien Rabault, nouveau préparateur physique du FCVB, passé par Bourg) avec qui j'ai une relation qui dépasse le football. On a de belles structures pour travailler, pour ouvrir une nouvelle page avec ce club. J'ai du respect pour tous les entraîneurs avec qui j'ai travaillés. Demain, j'espère devenir entraîneur. Je me nourris de chacun. J'ai deux coaches avec qui j'ai eu une relation particulière, c'est Karim (Mokeddem) et Hervé (Della Maggiore). "

Il a beaucoup changé votre coach Hervé Della Maggiore depuis Bourg ?

"Je le trouve très apaisé, très calme. Cela fait beaucoup de bien au groupe. Il est resté fidèle à lui-même. C'est un coach qui a beaucoup de cœur, qui transmet de la confiance à son groupe, qui essaie de le responsabiliser. C'est plaisant de retravailler avec lui. Il y a des coaches qui marquent plus que d'autres, Hervé en fait partie. Avec lui, je crois sincèrement que le meilleur est à venir."

"C'est plaisant de retravailler avec Hervé (Della Maggiore)"

A 32 ans, vous êtes plutôt dans la seconde partie de votre carrière. Vous visez quoi en signant à Villefranche ?

"Collectivement, si on peut aider le club à progresser ce sera une belle victoire. C'est un projet gagnant-gagnant. J'ai encore des ambitions. J'aimerais goûter à une fin de saison pimentée comme Villefranche a pu la connaître l'an passé avec les barrages. J'ai vécu ça par procuration."

Cette défaite du FCVB (0-2) à Niort en barrages, vous l'avez vécu de quelle façon ?

"J'étais un spectateur attentif, indirectement concerné parce que j'avais déjà pris ma décision de venir ici. Malheureusement, ce match s'est mal terminé. Il faut tirer les leçons de ce qui s'est passé ce jour-là pour, pourquoi pas, dans les prochaines années, revivre ces instants-là."

La saison qui arrive sera encore très disputée, avec beaucoup de clubs ambitieux comme Bourg, Laval, Châteauroux... Et Villefranche dans tout ça ?

"Il faut rester très humble dans ce championnat qui est si particulier. Les 18 clubs pensent qu'elles peuvent monter. C'est rare dans le football. Le National reste un championnat tellement homogène que tout le monde a sa chance. L'entame sera primordiale pour prendre un bon rythme. C'est une chose que le club n'avait pas réussie l'an passé. La priorité pour tous les clubs de National, ça reste le maintien. Puis en fonction de la date de ce premier objectif, on peut avoir un appétit qui grandit."

"J'arrive dans une équipe qui fonctionne bien, c'est à moi de rentrer dans ce moule."

A Bourg vous avez connu une montée en Ligue 2. Cela se joue sur quoi pour y parvenir ?

"La clé, souvent, c'est la cohésion d'un groupe. Ce sont des niveaux tellement homogènes. Chaque équipe est bien organisée tactiquement et a du talent individuellement. C'est ce qui fait la différence, quand tout le monde tire dans le même sens."

Vous étiez capitaine à Bourg. Qu'est-ce que vous pouvez apporter dans un vestiaire caladois qui ne manquent pas de leaders avec Kevin Renaut ou Rémi Sergio ?

"J'arrive avec beaucoup d'humilité à Villefranche. C'est à moi de m'adapter au groupe et non l'inverse. Il y a des leaders en place qui font très bien leur boulot. Il y a un capitaine (Renaut) qui m'a très bien accueilli. Je vais surtout me concentrer sur le terrain, apporter mes qualités et si à un moment je dois prendre la parole, cela viendra naturellement. Ce sont des choses secondaires. Il faut d'abord être performant sur le terrain. Un CV ça reste un CV, on est jugé que sur nos performances."

L'an passé, le trio des milieux Sergio-Taufflieb-Blanc était la clé de voûte du du FCVB. Il ne reste que les deux premiers cités. Vous avez quel regard sur ce secteur du jeu ?

"Villefranche a été reconnu pour la qualité de son milieu de terrain, l'an dernier. Ce sont de très bons joueurs de ballons. J'ai grand plaisir à jouer avec eux plutôt que contre eux, surtout ces petits gabarits qui sont difficiles à choper quand on est face ! (rire). A part Maxime (Blanc) qui a fait le chemin inverse, ils sont dans mon équipe, et je vais essayer d'apporter mes qualités en les protégeant peut-être un peu plus. On dit souvent que quelqu'un qui met de l'agressivité entraîne bien les autres. Si chacun fait bien son boulot, la mayonnaise devrait bien prendre. J'arrive dans une équipe qui fonctionne bien, c'est à moi de rentrer dans ce moule."

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer