Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football FCVB/Coupe de France : sortie de route à Limonest

le - - FCVB

Football FCVB/Coupe de France : sortie de route à Limonest
FRANCK CHAPOLARD - Le combat a été rude pour le milieu Maxime Blanc et le FCVB ce soir à Limonest. Malgré sa domination, Villefranche n'ira pas plus loin en coupe de France.

Battus dans les prolongations (2-1), les Caladois ont vu leur aventure en coupe de France s'arrêter au 8ème tour au bout d'une prestation longtemps fermée.

Samedi 7 décembre, 8e tour de la coupe de France. A Limonest, au Parc des Sports FC Limonest-Saint-Didier (N3) bat le FC Villefranche-Beaujolais (National) 2-1 ap (0-0). Arbitre : M. Louis Lungeri. But : Rouviere (97e et 111e) à Limonest; Renaut (110e) à Villefranche. Composition du FCVB : Sauvage – Martin, Renaut, Jasse (c) (Taufflieb, 54e) – Benedick (Dutournier, 104e), Sergio, Caloin, Blanc (Ertel, 100e), Fischer – Robinet, Dadoune (Guilavogui, 63e). Entraîneur : Alain Pochat.

Leur joie était un contraste saisissant à la déception caladoise. Le FC Limonest-Saint-Didier en avait rêvé, le sort lui a livré une qualification pour les 32es-de-finale de la coupe de France, avec cet exploit, sortir le FCVB quatrième du National, qui restera dans les esprits des coéquipiers de l'avant-centre Serge Simon. Si exploit il y a eu, il s'est tricoté dans les prolongations, là où en trente minutes de jeu supplémentaires les choses se sont emballées, en défaveur de Villefranche crucifié par un homme : le numéro 10 de Limonest, Evan Rouviere.

C'est lui qui a tenu le destin de son équipe dans ses pieds, lui qui a fait basculé le match quand le doute et beaucoup de fatigue commençaient à gagner son camp. D'abord sur une action de grande classe, lorsqu'il enchaîna crochet-frappe sous la barre de Sauvage au beau milieu de la première mi-temps des prolongations, à l'instant où le FCVB imprimait sa domination technique sur la rencontre (1-0, 97e). Celle-là même qui permettrait à Sergio de délivrer un coup-franc chirurgicale pour la tête décroisée de Renaut, défenseur monté dans la surface de Levionnois, le portier battu sur cette unique coup (1-1, 110e).

Le bourreau des Caladoise se nomme Evan Rouviere

On en revient à ce diable de Rouviere. Sur l'engagement, alors que les Caladois étaient peut-être encore dans la joie de ce retour – mérité – au score, il usera de malice pour bonifier un bon centre côté droit, au cœur d'une défense beaujolaise désorganisée (1-2, 111e). Le but de la délivrance pour Limonest. Le but de la sortie de route pour Villefranche qui avait pourtant eu, plus tôt, la possibilité de ne pas lire ce dénouement cruel.

Il y avait eu en amont cette entame vive, démontrée par cette frappe de Benedick dès la première minute, hors cadre. Le signe d'une volonté prégnante de prendre les devants. Mais le pressing haut de Limonest gênait considérablement la relance caladoise, la preuve que le coach adverse, Nicoals Pinard avait bien potassé son affaire, en évoluant haut, quitte à laisser des espaces derrière. Son trio offensif Bouzit-Rouviere-Simon ne rechignait jamais aux basses œuvres et prouvait par instant que la possibilité d'un exploit était réelle. Témoins, ces frayeurs dans la surface de Sauvage, souvent sur coup-franc avec Rouviere (9e) qui pour sa seconde tentative trouvait la base du poteau gauche du gardien caladois (17e). La tête décroisée de Simon sur corner (29e) était un autre exemple de cette idée de jouer tous les coups à fond.

Puis, il a fallu résister, ensuite. Longtemps. Très longtemps, même. Parce que la maîtrise caladoise s'exprimait vraiment, malgré un terrain difficile, comme sur ce centre fort de Benedick qui fera croire au but de Caloin, finalement refusé (30e) par l'arbitre. Ou encore cette demi-volée trop enlevée de Blanc sur une remise de Robinet (52e). A l'heure de jeu, Limonest souffrirait davantage. La combinaison sur corner de Sergio pour le décrochage de Robinet dans le tempo de Benedick manquant le cadre (58e), l'indiquait.

La rentrée de Taufflieb amenait de la vitesse au milieu, les ballons dans la surface de Levionnois étaient de plus en plus brulants. Guilavogui, en bonne posture et probablement surpris, échouait de peu (69e). On ne le savait pas encore, mais le temps fort du FCVB était passé avec les regrets, aussi, de deux buts refusés par l'arbitre, un dans chaque mi-temps. La fatalité des prolongations l'affirmerait. Le retour au National, vendredi prochain à Chouffet avec la venue de Bastia-Borgo (12ème ) aura l'allure d'un rebond. En Calade, cette saison, la coupe de France est terminée.

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

.




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer