AccueilSPORTSFCVBFootball FCVB/Barrages : ils sont encore en mission

Football FCVB/Barrages : ils sont encore en mission

En s'appuyant encore sur un collectif plein de ressources, les Caladois ont pris une très belle option sur Niort. Le retour sera chaud.
Football FCVB/Barrages : ils sont encore en mission
FRANCK CHAPOLARD - Les Caladois se sont offerts une belle farandole, lors de ce premier duel des barrages. Il reste un match pour atteindre la Ligue 2. Incroyable.

SPORTSFCVB Publié le ,

C'était une joie mesurée mais une joie qui savait se transmettre à tous les chanceux qui étaient là, ce soir dans ce stade Armand-Chouffet vidé de son public. Ce mercredi soir, lorsque le coup de sifflet final a retenti, on a vu Garita, le dernier buteur du jour qui, sur le but du 3-1 aurait pu courir un marathon porté par la libération que son but venait couronner, venir en tribunes en direction de son président, Philippe Terrier en mode "le combat n'est pas fini". On aura aperçu de loin, Della Maggiore, raconter son histoire caladoise au micro de Canal, débutée en février et qui se terminera peut-être en Ligue 2 samedi soir à Niort. On n'en est pas là encore mais cette équipe du FCVB, en dévorant Niort dans toute la largeur du terme, a vraiment donné le sentiment que rien ne pouvait l'arrêter. Comme si ces gars-là, étaient en mission. Il y a pourtant eu, de quoi suer, de quoi trembler, surtout en première période.

Le chef-d'œuvre de Maxime Blanc

On retiendra la frayeur vécue par toute une équipe, lorsque Maxime Blanc, la lumière offensive de ce groupe, a été touché à la cheville sur un tacle appuyé du défenseur niortais Kilama (20e), non sanctionné d'un rouge. On aura un instant cru que son match s'était arrêté, en le voyant longtemps à terre. Cela aurait pu être un premier tournant, qui n'est pas arrivé. "Jai eu vraiment peur pour lui. On sait l'importance de nos trois du milieu, et de Max dans ce secteur", dira son coach Hervé Della Maggiore, longtemps après que le match se soit terminé dans le soulagement d'un succès (3-1) qui donne une petite marge avant le voyage samedi, dans les Deux-Sèvres. Que dire encore, d'un tel soir sans anicroches ? C'est à nouveau l'œuvre collective qui a primé sur tout le reste, égayée par le talent de tous ceux qui ont fait le job toute la saison, ces hommes qui font basculer des destins.

Ces buts comme un "remake" des derniers mois en National, avec cependant un peu plus de monde pour s'en délecter, derrière les écrans. On songe à l'égalisation de Maxime Blanc (54e), un tableau impressionniste où le numéro 10 caladois a su enrouler magistralement ce ballon servi par Taufflieb en version "passe-aveugle", quand Segbé et Dabasse avaient été en cuisine pour préparer ce mets-là. Il y aura eu ce coup-franc de Sergio pour la tête gagnante de…. Renaut…Enfin, non…Le défenseur-capitaine, blessé, était en tribune, alors c'est son remplaçant Dauchy (84e) qui s'y est collé, du moins a décollé au bon moment comme cela a été vu tellement de fois.

L'hommage de Della Maggiore à Alain Pochat

Et puis, si personne ne dit qu'il vise la lune dans cette équipe, il y en a quand même un qui continue d'aimanter beaucoup de ballons, ce Rémi Sergio qui aime tant courir, à bon escient. Après une nouvelle production haute en intensité, il est venu raconter ce qui nourrit ce groupe : "On n'a pas l'esprit de revanche. On est généreux, si on perd ça, on perd notre jeu. Il faudra jouer l'attaque à Niort, sans perdre notre équilibre. On était derniers à la trêve, là on a une chance inouïe de changer nos vies et nos carrières, quitte à perdre, samedi, on aura envie de jouer le football qui a été le nôtre toute la saison." Un festin répété.

Il reste donc une œuvre à terminer. Et le coach Della Maggiore n'a pas eu besoin de le rappeler à ses gars, à la fin de cette première manche, au milieu de la pelouse de Chouffet il s'est adressé à son groupe avec les mots de ceux qui sont à la moitié du chemin de leurs rêves : "Je leur ai demandé si ils savaient ce que j'allais leur dire. Ils ont tous répondu unanimement : "Il reste un match !". C'est la réponse que j'attendais. Je suis très lucide pour parler de ça, j'ai perdu des barrages à la dernière seconde avec Ajaccio. On sait qu'il reste 90 minutes." Du chemin parcouru cette saison, il aurait été inique d'oublier celui qui a bâti cette équipe, les années d'avant. Della Maggiore s'en est chargé : "Je voudrais rendre un hommage à Alain (Pochat), c'est lui qui a construit ce groupe. C'est une grosse partie du travail." Samedi, une autre partie de ce travail est à finir pour fermer cette folle saison. Les Caladois sont encore en mission...

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?