Fermer la publicité

Football FCVB (National)/Alain Pochat : "Il faut être patient "

le - - FCVB

Football FCVB (National)/Alain Pochat : "Il faut être patient "
FRANCK CHAPOLARD - La part tactique dans l'incorporation des nouveaux dans le schéma de jeu du FCVB a bien avancé pour Alain Pochat durant la phase des matches amicaux.

L'entraîneur du FCVB, confronté aux blessures des joueurs importants et attendus, espère que son équipe aura le temps de récupérer ses deux attaquants (Garita et Guilavogui) lors de la dernière phase de préparation avant de basculer vers le début du National, le 21 août.

"L'année prochaine, je vais lui demander de venir par ici, à Saint-Georges-de-Reneins, ce serait pas mal, non ?". Samedi dernier, Alain Pochat a manié l'humour pour évoquer l'invitation de son collègue de Rodez, Laurent Peyrelade à se déplacer ce mercredi à Saint Chély d'Apcher en Lozère pour l'annuelle opposition amicale qui réunit les deux équipes voisines d'étage en National (2018-2019). La formation caladoise entamera son cinquième match de préparation (à 18h00) avec l'ambition de parfaire encore et encore sa cohésion collective à seize jours de la première journée du championnat contre le SC Lyon. D'ici là, le temps va compter, comme le rappelle ici Alain Pochat.

Alain Pochat, où en est votre groupe à quelques semaines de la reprise du National ?

"On a bien travaillés. Face à Troyes (défaite 0-2 samedi dernier à Chouffet), on voulait les empêcher de sortir, travailler athlétiquement et le pressing. Contre Valenciennes (défaite 0-4), on s'était fait punir sur certaines phases de jeu qui nécessitent plus de concentration quand on joue haut et dans la gestion de la profondeur. On est un peu tendres dans l'impact athlétique. On a quand même empêché Troyes de sortir proprement. Ce qui reste rageant, face à de telles équipes, c'est que nos erreurs coûtent chères à chaque fois. Cela nous sert d'enseignements. On a quelques absents et devant on manque encore de poids sans nos deux titulaires blessés (Guilavogui et Garita). Ce n'est pas si facile de tenir le ballon haut quand ils ne sont pas là. On bosse. Il reste encore quatre matches amicaux. On va monter sur les temps de jeu et retrouver de l'intensité comme on doit l'avoir en championnat. J'espère surtout que l'on va récupérer nos deux attaquants pour que l'on puisse enfin travailler avec eux. Sans eux, on perd un peu de temps sur les combinaisons et les associations, les relations entre joueurs. J'espère qu'ils vont revenir rapidement."

Physiquement êtes-vous dans les temps ?

"Oui. On est dans une phase où on manque de peps mais c'est logique au bout de cinq semaines de préparation. On arrive au pic du volume et de l'intensité des séances, on va harmoniser les temps de jeu sur les matches à venir."

Les blessés, c'est le point noir de la préparation. Vous les redoutiez ?

"On s'y attendait un peu. Par rapport aux autres saisons, on a plus de bobos qui freinent les joueurs dans leur préparation. On reste prévoyant pour ne pas prendre des risques avec les joueurs. Dès qu'il y'a une petite alerte, on permet au joueur de couper. On préfère qu'il prenne le temps de se remettre pour qu'il puisse jouer à 100%. Un garçon comme Garita avait été blessé juste avant le Covid (choc au genou). Cela représente un laps de temps encore plus long. Il faut être patient. Guilavogui (déchirure), on espère le récupérer dans le groupe à la fin de cette semaine."

"L'utilité d'avoir tout l'effectif dès l'entame "

Au cours de vos quatre derniers matches, aurez-vous des tests (Covid 19) à pratiquer comme pour beaucoup de clubs ?

"On en aura. Mais si on annule des matches, ce sera pénalisant. Rien ne les remplace pour avancer. J'espère que l'on ira au bout de notre phase de préparation sans soucis. On voit que même les clubs voisins ont été embêtés (GOAL FC). On croise les doigts."

En septembre, lorsque la saison sera lancée, vous aurez lors de la 3ème et 4ème journée deux matches à disputer en une semaine (Annecy et QRM). N'est-ce pas un peu tôt ?

"A Bayonne, il y a quelques années en arrière, on jouait plusieurs fois dans la semaine alors que des joueurs travaillaient. Là, il y en aura que deux à jouer. Ce qui est bien c'est que nous n'aurons pas de grands déplacements à faire. Ce sera le même lot pour tout le monde. Certains vont même jouer le lundi (diffusion Canal+), c'est encore plus étrange. Cela confirme l'utilité d'avoir tout l'effectif dès l'entame."

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse.




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer