AccueilSPORTSFootballFootball/Coupe de France - N'Gotty : "Rester solidaires"

Football/Coupe de France - N'Gotty : "Rester solidaires"

Il est souvent le dernier joueur bellevillois à sortir des vestiaires.

SPORTSFootball Publié le ,

Etait-ce pareil lorsqu’il évoluait dans les plus grands stades d’Europe ? Peut-être que oui, peut-être que non. Toujours est-il que Bruno N’Gotty semble avoir pris ses marques dans son nouveau club, y compris dans le Beaujolais. La veille de la rencontre face à Roche Saint-Genest, l’ancien joueur de Lyon, Paris et Marseille donnait notamment le coup d’envoi du match de Beaujolais Basket à Quincié. Disponible et décontracté, Bruno N’Gotty l’a été tout autant dimanche en acceptant une sollicitation d’interview.

Le Patriote : "Ce match nul contre Roche Saint-Genest sonne comme une défaite…"

Bruno N’Gotty : "Oui, c’est une grosse déception. On prend encore deux penaltys alors que l’on mène au score. Dans le jeu, on a donné plus que ces derniers matchs, mais sans la récompense du résultat au bout. C’est rageant mais voilà, c’est comme ça."

En arrivant ici, est-ce que vous vous attendiez à vivre ce début de saison, alors que l’équipe restait sur une dynamique de victoires ? Vous êtes dans le creux de la vague.

"On n’arrive pas à gagner des matchs en championnat, c’est notre gros problème. On alterne le bon et le moins bon. Malheureusement, on prend des buts à ces moments-là. Il va falloir resserrer tout cela et essayer de se relâcher pour remporter ce premier match de championnat nous relançant cette saison".

Selon vous, que manque-t-il à l’équipe pour inverser cette spirale ?

"On se repose peut-être trop sur nos individualités. On est un groupe. Un ou deux joueurs ne peuvent pas changer une équipe. Il faut se remotiver tous ensemble et les résultats viendront ensuite."

Vous avez disputé tous les matchs de championnat. Comment vous sentez-vous physiquement ?

"Très bien. C’est un peu dur avec mon âge (42 ans). Ce n’est pas évident de jouer tous les matchs. Mais j’essaye de donner le meilleur de moi-même et retrouver la forme tout doucement. Mon adaptation s’est bien passée. Il y a toujours plus d’affinités avec certains par rapport à d’autres. Mais il faut toujours rester solidaire pour avancer."

Votre vécu peut vous permettre d’apporter de l’expérience dans ces moments difficiles.

"En effet, avec Pierre (Chavrondier), de part notre expérience du haut-niveau, nous essayons de transmettre aux joueurs notre vécu pour trouver des solutions. Après tout le monde doit être à l’écoute."

Dimanche, un nouveau match de prestige attend Belleville en Coupe de France face à Valence (CFA). Est-ce le match qui peut servir de déclic pour cette saison ?

"C’est la Coupe de France. Sur une rencontre, tout peut arriver. Ce pourrait être un match référence pour nous. On a besoin de savoir où nous en sommes dans le jeu. Bien sûr, on ne partira pas favoris. Sur le papier, Valence est plus fort. A nous donc de décupler nos forces pour faire bonne figure. Quitte à perdre, la façon dont on abordera le match primera. On a besoin de rebondir par rapport à ce championnat. C’est l’occasion de se lâcher. Les joueurs sont revanchards…"

Propos recueillis par David Duvernay
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?