AccueilSPORTSFootballFootball/CFA - Villefranche reste en CFA : merci Thomas Antoinat !

Football/CFA - Villefranche reste en CFA : merci Thomas Antoinat !

C'est le plus fidèle des Caladois qui a donné un sacré bol d'air à tout un club, samedi dernier à Montceau, là où le mot défaite était proscrit.

SPORTSFootball Publié le ,

Thomas Antoinat. Il aura été de toutes les rencontres cette saison en CFA. Soit trente journées de championnat. Un peu plus qu'un guide. Au passé, au présent et on lui souhaite, au futur du FCVB avec sans doute toujours autant de poids dans les instants décisifs. "Etre relégué en CFA2, j'aurais vécu cela comme un échec", disait donc le deuxième capitaine du FCVB, de retour de Montceau avec encore dans l'esprit cette seconde partie de championnat compliquée et nourrie de seulement trois succès depuis janvier. C'est évidemment peu pour viser une forme d'apaisement dans cette poule incertaine à plus d'un titre. Avec soixante-huit points le FC Villefranche s'est sauvé en terminant à la 11e place. Ailleurs, dans les autres poules du pays, avec un tel parcours, le maintien aurait été une évidence. Qu'a-t-il manqué au FCVB pour vivre une saison plus paisible ? "De la régularité, de l'expérience et un effectif plus étoffé", résume encore Antoinat. Auteur de l'unique but du match à Montceau, un but qui vaut très cher, le milieu du FCVB a ôté une belle épine du pied à son équipe, car évidemment, retrouver le CFA2, six ans après l'avoir quitté, aurait forcément changé l'horizon proche du FCVB, financièrement et sportivement.

Une redistribution des cartes

Dans un championnat de CFA à deux vitesses, les clubs amateurs sans gros budget ont marché sur un fil une saison durant. Et si Epinal ou Moulins ont été devant, c'est en grande partie grâce à leur effectif fourni et bien achalandé en contrats fédéraux. Ça change beaucoup de choses. Le monde amateur à l'échelle du CFA l'est de moins en moins. C'est un constat comme un autre. Les Rhodaniens n'y coupent pas mais s'en sortent. Avant Montceau et pendant, Villefranche a peu tremblé. "Nous n'étions pas spécialement stressés par l'enjeu, le coach et le président nous faisaient confiance", assure Antoinat, ajoutant ceci : "Personne n'a exagéré l'enjeu du match ni focalisé sur notre situation. Ça nous a aidés, franchement. Notre force, c'était la fierté de porter ce maillot du FCVB." De la joie donc pour tous. Saint-Priest s'est sauvé à Sarre-Union (1-0) dans son duel à distance avec le FCVB. Reste le futur. Et il faut s'attendre à une redistribution des cartes. Villefranche va changer de staff. Paillot n'en sera plus l'entraîneur (il deviendra entraîneur général du club). Un duo de jeunes entraîneurs, Stéphane Durbano, adjoint, et Landry Ndzana, entraîneur du groupe CFA, devrait s'installer sur le banc. Reste à conserver les meilleurs dans un groupe assez jeune. A lui ajouter quelques éléments expérimentés. Cette semaine, au siège du FCVB, la saison prochaine était déjà lancée. Il n'y a jamais de vacances. Même en CFA.

Ralph Neplaz
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?