AccueilSPORTSFootballFootball/CFA - Le FCVB prolonge le malaise de MDA

Football/CFA - Le FCVB prolonge le malaise de MDA

Un peu plus qu'une affiche ordinaire.

SPORTSFootball Publié le ,

Le derby entre le FCVB et MDA avait des allures de lutte pour le maintien. Mais, pour une fois, le match de la peur n'a pas sombré dans le calcul. Un duel de grande qualité, qui a couronné la meilleure équipe du moment, celle qui a su se débarrasser de toute pression néfaste entourant ce genre de retrouvailles. Un vainqueur donc, le FCVB cornaqué par son duo d'entraîneur N'Dzana-D'Urbano, auteur de son premier gros coup de la saison. Et un grand perdant, MDA et son désormais ex-coach Stéphane Santini. Tout s'est joué sur l'échiquier tactique. Et N'Dzana, qui savait que MDA alignerait une attaque à deux têtes, avait potassé son 3-5-2 avec une certaine malice qui laisse deviner que, finalement, tout n'est pas qu'affaire de terrain mais aussi de vestiaire...Celui de MDA ne suivait plus son coach depuis des mois. Celui du FCVB est à l'unisson et ça se voit. Le scénario s'est joué en trois actes. Le premier sur un coup franc du rusé de Simon qui aura bénéficié à Perrin (8e, 1-0). Le second sur un corner repris de la tête par Bah (1-1, 12e). Et le dernier, ce penalty du même Bah, venant sanctionner un tacle d'Alioui sur Bettiol (2-1, 30e). Puis la maîtrise caladoise a fait le reste.

N'Dzana et les "ondes positives"

Un grand gagnant donc, l'entraîneur N'Dzana et son système défensif bien huilé autour du trident Ertek-Antoinat-Linord et cette propension à prendre le large devant, symbolisée par Bettiol, tout en arabesques fatales. A l'instant de commenter cette solidité nouvelle, le coach beaujolais n'a pas fait dans l'emballement, mais plutôt dans la synthèse constructive : "On voulait se donner de la sécurité dans un système (3-5-2) que nous avions travaillé toute la semaine. Mais tout cela, c'est de la littérature, tout derby a besoin d'intensité. Les duels étaient âpres mais nous sommes restés maîtres de nos émotions". Puis sur le tournant de la rencontre, l'exclusion d'Alioui (34e) pour une ruade sur Cochet, N'Dzana a souligné ceci ?: "La crainte c'était de tomber dans l'excès d'agressivité, de ne pas finir le match à onze. On voulait gagner ce derby pour nous donner de l'air pas pour enfoncer Chasselay. Je fais toujours appel aux ondes positives plutôt que négatives. Est-ce que nos adversaires ont pris ce match de la même façon?? Je n'en suis pas sûr. Chacun voit midi à sa porte. Je ne juge personne. Je souhaite leur maintien, sincèrement". De la tension, il y en aura eu. Mais en finissant à dix, MDA s'est pris les pieds dans le tapis, quasiment tout seul, alors que son début de match avait été une réussite. Castillo, le milieu chasselois, ancien Caladois, ne disait pas autre chose, après coup : "Le rouge, le penalty nous ont faits très mal malgré notre bonne deuxième mi-temps. Toutes ces erreurs, dans un tel derby, ça ne pardonne pas". Voilà donc huit journées que MDA avance sans succès. Et au-delà des changements à venir, c'est évidemment la migraine qui prédomine. Castillo d'ajouter?: "C'est franchement dur. En début de saison, nous n'avions pas ces objectifs. Ça se ressent dans notre façon de jouer, on est moins lucides". Dernier d'un championnat très resserré, MDA ne le restera pas très longtemps. C'est une prévision à moindre risque en regard de l'effectif du club.
Mais en attendant, l'urgence règne. Dès ce samedi à Béziers (2e). L'opération sauvetage commencera. "Là-bas, il faut remettre la machine en route et réduire l'écart avec les équipes au-dessus de nous, résume Castillo, à juste titre. On vient de perdre un derby, et on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes."
Quant aux Caladois, ils vont devoir lire le mot vigilance dans le mur de leur vestiaire. Parce que Martigues, qui s'avance sur le synthétique de Montmartin samedi, a le profil d'équipe injouable. Une assise défensive assez basse, une manière de jouer vite vers l'avant. Un peu comme le FCVB samedi dernier à MDA. Mais N'Dzana, qui pourra compter sur le retour des suspendus, dont son capitaine Jasse, a le souci des coaches qui gagnent : pouvoir faire des choix. Et ce dernier de constater?: "Il y a de la concurrence, mais elle est toujours bonne. Nous n'avons jamais mis personne dans une cave. Et quand on regarde devant nous, on sait très bien que le chemin est encore très long". On se saurait mieux résumer la situation.

Ralph Neplaz
Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?