Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football/CFA : le FCVB à l'heure du vertige

le - - Football

Football/CFA : le FCVB à l'heure du vertige
(D.R.)

Ça ressemble à une mauvaise blague.

Le FC Villefranche est dernier de sa poule de CFA. Bon, OK, ce n'est qu'au bout de cinq journées. Bon, OK, la saison est longue. Bon, OK, il y aura des jours meilleurs. Mais en attendant, à l'horizon il n'y a pas beaucoup de raisons de se réjouir du présent. Une seule victoire, quatre défaites. Partout ailleurs, il y aurait grise mine. A Sochaux, qui présentait une composition d'équipe qui ferait le bonheur de beaucoup de clubs de L2, le FC Villefranche a cédé 1-0. Encore. Tandis que le voisin, Chasselay, 10e, semble avoir impulsé un tout autre dynamisme, le FCVB est collé au fond du classement. Mais comparer, on l'a souvent souligné, c'est souvent s'exposer à la déception. Tout va vite. Dans un sens comme dans l'autre. Commencer d'abord par gommer la fébrilité de l'ensemble caladois sur coup de pied arrêté, ça peut aider. Mais voilà que le calendrier, généreux comme il l'est généralement pour les équipes qui souffrent, offre en guise de remède la réserve de l'Olympique Lyonnais, ce samedi à Chouffet. Une affiche pour retrouver le sourire ? Pourquoi pas. De toutes les manières, Villefranche n'a pas vraiment le choix du menu. Mais c'est vrai aussi que comme plat de résistance, l'OL, ça ouvre l'appétit. Comme à l'accoutumée, Chouffet sera plus garni. Et comme d'habitude, les Caladois n'auront pas besoin de se taper la tête contre les murs pour trouver ce supplément de motivation qui permet de faire plus.
Mieux, ce sera pour plus tard. Ne pas perdre pied à domicile, voilà le programme. Tant pis pour le beau jeu. Et puis bien jouer quand on est dernier ça ne rime à rien.

Octobre pour respirer

Dans ces périodes malaisées pour partager spleen et ressassements, lundi soir à la sortie du décrassage, c'est encore le capitaine Thomas Antoinat qui a livré une analyse perspicace, comme souvent : "Evidemment que nous sommes déçus. Dans le jeu, nous ne sommes pas récompensés de tous nos efforts. On défend bien pendant une heure et Sochaux finit même à dix. On méritait au moins le nul. Nous ne sommes pas ridicules, loin de là". Sur la venue de l'OL ensuite : "L'OL ça reste l'OL. On se doit de gagner. Etre bons ou mauvais, ce n'est pas la question". Cependant, pour retrouver un collectif plus garni, il faudra attendre octobre avec les retours (très) attendus de Jasse au milieu, de Ndajalkonog dans les buts. Attendre et espérer d'ici là. C'est aussi une manière de vivre le présent. Même quand il est maussade.   

Ralph Neplaz
Correspondant local de presse




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer