AccueilACTUALITESCultureFestival des Nouvelles voix : Yseult, comme un automne enchanté

Festival des Nouvelles voix : Yseult, comme un automne enchanté

Très attendue, la prestation solaire de la Révélation Féminine des dernières victoires de la Musique, a illuminé la scène du théâtre de Villefranche, hier soir.
Festival des Nouvelles voix : Yseult, comme un automne enchanté
Ralph NEPLAZ - Yseult et son piano-voix, étaient sur la scène caladoise, vendredi soir.

ACTUALITESCulture Publié le , RALPH NEPLAZ

Fermez les yeux, ce qui vous attend, ici, est un voyage qui restera. Longtemps vous vous demanderez ce qu'aura laissé cette voix dans les cœurs, quand l'automne sera parti. Lorsque Yseult a quitté la scène du théâtre de Villefranche hier soir, il y a eu, dans le public, la sensation d'un temps suspendu, par l'émotion d'un show, piano-voix, d'une douceur infinie. Dire que la révélation féminine des dernières victoires de la Musique était attendue, en Calade, est un euphémisme. Elle a donné l'impression d'y être comme à la maison, par la proximité créée, dès son entrée sur scène. Si le public avait eu vent de la puissance vocale de ses textes, entre douleurs brutes, amours perdus ou égarés en route voyant ce qui en reste, le tout, poétiquement, a touché en plein cœur, au bout du périple de ces êtres qui se cherchent, se retrouvent. Si le répertoire offert, "Rien à prouver", façon cathédrale, a mis les larmes au bord des yeux, ou l'inverse, c'est l'émotion incontrôlée qui se joue là, on est resté comme figé par "Indélébile", en chipant quelques bribes d'une étreinte perdue, ce prénom dit "indélébile" dans ses pensées et dans celles des autres, vécues ou à venir.

Des pansements sur les maux

On a fermé les yeux. Longtemps. Yseult a mis des jolies pansements sur bien des maux. Des mots envolés. La jeunesse qui était en face, a crié son attente, son plaisir de l'avoir vue. Elle a murmuré des "merci" continuellement aux oreilles de chacun et promis, à la fin, qu'elle reviendrait, ici. Ainsi s'est éteinte cette belle nuit. Comme un automne enchanté. Dans quelques temps, il ne faudra pas oublier, non plus, les prestations des autres promesses laissées, en première partie par Tessae, un rap qui sentait bon Marseille, des ritournelles qui vous collent aux tympans. On aura, un peu avant, moins saisi le langage du "Fils Cara". Il faut de tout pour faire un (bon) festival… Ce soir à partir de 21 h, c'est Eliott Jane et MYD (live band) qui sont attendus alors que Delayre occupera la première partie, à 19 h 45, au café du théâtre. Il faudra, là encore, bien ouvrir les yeux.  

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?