AccueilSPORTSFCVBFCVB/National : Della Maggiore veut enchaîner pour "s'éloigner de la zone de relégation"

FCVB/National : Della Maggiore veut enchaîner pour "s'éloigner de la zone de relégation"

Après une victoire convaincante, lundi contre Nancy à domicile (2-0), venue conclure une série de trois succès avec la coupe de France, le coach du FCVB compte sur cette dynamique pour enchainer à Bastia et se rassurer au classement.
La victoire face à Nancy a fait du bien, mais le coach espère toujours cette série en championnat qui tarde à arriver.
© Franck CHAPOLARD - La victoire face à Nancy a fait du bien, mais le coach espère toujours cette série en championnat qui tarde à arriver.

SPORTSFCVB Publié le ,

Comment se porte le groupe à la veille de ce match contre Bastia ?

On a le retour de suspension de Badji. En blessés, ce sont toujours les mêmes : Ngom, Guezoui, Martin et Bonenfant. On a Abanda qui était déjà malade à la mi-temps contre Nancy. Il rattaque aujourd’hui mais je ne pense pas l'emmener demain.

Concernant Ngom, pourquoi cela prend-il autant de temps ?

C'est sa blessure qui veut ça, les ligaments sont touchés, ça suit son cours. On joue aussi avec la douleur du joueur, il ne peut pas travailler comme prévu car il a mal. Il ne faut pas s'attendre à le voir avant la trêve.

Vous vous étiez lancé comme objectif un trois sur trois lors des derniers matches. Comment comptez-vous repartir sur une nouvelle série à Bastia vendredi ?

C'était l'objectif qu'on s'était fixé avec les joueurs de faire trois victoires, en passant deux tours de coupe. Il fallait faire respecter la hiérarchie. Puis on a enchainé sur une victoire en championnat. Là on repart sur une série de matchs entrecoupée par la coupe de France la semaine prochaine. Il reste six matchs avant la trêve, cinq de championnat et un de coupe. On veut prendre le maximum de points pour arriver à la trêve dans une situation beaucoup moins délicate. On est juste à la limite de la relégation. Et puis en coupe, on veut faire l'exploit contre Grenoble.

L'intensité du match face à Nancy a démontré qu'au niveau athlétique, votre équipe avait retrouvé du jus pour tenir sur la durée d'un match. Comment l'expliquez-vous ?

Tout simplement parce qu'on a beaucoup de retours de blessures. On a eu des joueurs qui n'étaient pas en forme à certains moments. Il y avait une grosse différence de niveau physique entre eux. Je pense à Renaut et Mbuyi, qui ont alterné entre blessures et temps de jeu. On a Clidis Da Silva qui a purgé quatre matchs de suspension. Il fallait donc que le rythme revienne. Aujourd’hui c'est vrai que plus on enchaîne les matchs, plus on se sent bien individuellement et collectivement. Ça se ressent sur les matchs. Maintenant j’espère que vendredi on aura bien récupéré, car on a laissé pas mal d’énergie lundi. Même si ce sera très difficile demain, il faut rester sur cette dynamique.

Avoir fait monter Nirlo contre Nancy, tactiquement au milieu, a changé le visage de votre équipe avec une plus grande notion de bloc et moins d'espaces entre les lignes. Cette formule redistribue-t-elle les cartes au milieu avec notamment l'option Taufflieb en plus, revenu de blessure ?

On peut dire qu'on a beaucoup de titulaires à ces postes-là. Mais la rotation se fera naturellement. Timothée Taufflieb revient de blessure, il n'avait pas beaucoup de jus. Jimmy Nirlo a déjà joué à ce poste. Ce ne sera peut-être pas le cas toute la saison non plus. Mais il a amené une certain équilibre milieu. Il a permis aux autres de se lâcher offensivement et de moins subir des déséquilibres sur les contre-attaques adverses. La rotation se fera, il y a des choix à faire chaque week-end mais les joueurs sont intelligents et le savent. Il reste énormément de matchs et on est encore en lice en coupe de France.

Comment avez-vous trouvé Kevin Renaut dans ce match, par rapport à se reprise fin septembre contre Bourg, dans le potentiel physique, le placement ?

Il revient réellement à son niveau. C'est pour ça que je ne l’ai pas pris à Concarneau. Je voulais qu'il fasse un match plein en réserve. Je pense qu’il n'aurait pas pu le faire le week-end dernier. Je ne regrette pas ce choix. Aujourd’hui on le voit, il est revenu au niveau qui était le sien avant sa grosse blessure.

Est-ce que vous commencez à titiller un peu vos joueurs sur cette première série de victoires que vous attendez depuis près de onze journées ?

Ils en sont conscients. Je n'ai pas besoin de les titiller. Sans série, on ne peut pas espérer grand-chose. Si on perd demain à Bastia, cette équipe nous rejoindra au classement et on sera de nouveau dans une situation délicate. Les joueurs savent lire des chiffres, un classement et connaissent l'importance de chaque match. Après, les séries, on ne voit pas beaucoup d'équipes en faire à part Concarneau. Mais il faut y arriver pour se détacher de cette zone dangereuse.

Bastia, votre futur adversaire, vit un début de saison plus compliqué que le FCVB mais parvient toujours à tenir la distance face aux gros du National (1-1 à Versailles, victoire 2-1 contre Châteauroux). Vos craintes, là-bas, seront de quelles natures ?

Mes craintes, c'est qu’on ne réédite pas ce qu’on a fait lundi. Sans parler de l'adversaire qui sera chez lui et toujours redoutable à jouer. Maintenant je me concentre beaucoup sur nous. Je demande aux joueurs de rééditer les efforts et la performance individuelle de lundi si on veut espérer quelque chose à Bastia.

Sur quels aspects allez-vous devoir insister pour l'emporter ?

C'est une équipe qui est chez elle, elle aura forcément la volonté de gagner les duels, d'être dans l’énergie et l'intensité. Là-dessus, il faudra répondre. Pour ça, j’ai des joueurs d’expérience. Dans le jeu, on sait qu’on peut faire mal à cette équipe. Maintenant, il faut déjà avoir le ballon. Ça implique de gagner des duels.

La possibilité d'enchaîner avec un 8e tour de coupe de France à Grenoble, comment le vivez-vous ?

Pour le moment, on n'en parle pas. Le staff travaille dessus car on travaille une semaine en avance sur chaque rencontre. Je vais aller les voir jouer à Grenoble, samedi. Mais on n’en parle pas. Ce qui est important, c'est le quotidien. Le seul objectif qu’on a, c'est de se maintenir en National l’an prochain. Pour ça, on a Bastia Borgo demain.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?