Fermer la publicité

Face à la crise, les viticulteurs tentent de s'organiser

le - - Viticulture

Face à la crise, les viticulteurs tentent de s'organiser

Un peu partout dans le vignoble, les professionnels essaient de maintenir leur activité.

Malgré la crise sanitaire et le confinement, les viticulteurs du Beaujolais ne chôment pas en ce moment. Normal, avril est traditionnellement un mois crucial où l'activité ne manque pas : remise en état du palissage, pliage et attachage des baguettes, travail du sol, plantation de nouvelles parcelles…

Alors, pour façonner au mieux ce millésime 2020, les professionnels s'organisent. "La partie administrative est gérée en télétravail, explique Edouard Prainet, propriétaire du château du Moulin-à-vent. Mon père et moi sommes confinés au domaine et les dix vignerons sont répartis individuellement dans leurs parcelles."

Pour Thibaud Baudin, du Domaine de Boischampt, "les mois de mars et avril sont primordiaux pour préparer le millésime. Ce n'était donc pas envisageable d'arrêter le travail dans les vignes (…). En revanche, pour le reste des activités, c'est plus compliqué (…). J'ai choisi de repousser à cet été les mises en bouteille."

DES LIVRAISONS À DOMICILE

Côté commercial, là aussi, le bouleversement est important. "On peut penser que jusqu'à la fin avril au moins, ça va être compliqué", avoue Dominique Piron, président d'Inter Beaujolais. Alors pour faire face, certains tentent d'innover. "En plus de notre service drive, qui fonctionne en précommande, nous accueillons sur le secteur de Létra, tous les samedis après-midi à l'extérieur du caveau, un producteur (viande, fromage…), indique Philippe Thillardon de la cave Oedoria. Nous avons également un primeur qui vient sur notre site de Gleizé. C'est une période où il faut se serrer les coudes."

Au Domaine JP Rivière, les clients "commandent par mail, téléphone ou via les réseaux sociaux. Ils indiquent l'heure de retrait et viennent au domaine. Nous avons pensé à tout pour qu'il n'y ait pas de contact. Et pour ceux qui ne se déplacent pas, nous organisons une tournée." C'est Marine Rivière qui s'occupe des livraisons. Et rien n'est oublié : port du masque, gel hydroalcoolique… "C'est aussi rassurant pour moi que pour mes clients."




Tony FONTENEAU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous au Patriote Beaujolais

Le Patriote Beaujolais

  • ›   Pour plus de contenu papier & web
  • ›   l’accès aux annonces légales
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer