AccueilACTUALITESMalgré l'incertitude et l'inquiétude, les commerces du Beaujolais veulent aller de l'avant

Malgré l'incertitude et l'inquiétude, les commerces du Beaujolais veulent aller de l'avant

Lundi 11 mai, certains commerces pourraient rouvrir leurs portes en vue du déconfinement.
Malgré l'incertitude et l'inquiétude, les commerces du Beaujolais veulent aller de l'avant
Franck CHAPOLARD - Il faudra certainement attendre encore avant que les clients reviennent fréquenter les magasins de la rue Nat'.

ACTUALITES Publié le ,

Samedi 14 mars, aux alentours de 20 h. Un moment que beaucoup de Français ne risquent pas d'oublier. La France venait alors tout juste d'enclencher une deuxième phase dans sa lutte contre le Covid-19 en ordonnant la fermeture de la plupart des lieux d'accueil du public. Conséquence, deux jours plus tard, la grande majorité des commerçants du Beaujolais ont du laisser leur rideau fermé. "Un crève-cœur" pour Isabelle Quintaux, gérante d'Oscar boutique à Villefranche. "On s'est dit que c'était un cauchemar", avoue Isabelle Richelandet, coiffeuse à Belleville.

Alors forcément, lorsqu'Emmanuel Macron a évoqué, lundi 13 avril, une amorce de déconfinement à l'horizon du 11 mai, beaucoup y ont vu un signe d'espoir. "C'est même un soulagement, avoue la gérante de la boutique Au jardin des fleurs, à Beaujeu. Mais ça fait aussi un peu peur. Est-ce que j'aurai assez d'activité pour garder mes deux employés ? Est-ce que les mesures sanitaires que l'on va prendre seront suffisantes ?"

Des incertitudes partagées par Emmanuelle Richelandet. "Depuis quelques jours, on essaie de chercher du matériel pour travailler dans des bonnes conditions et en respectant les gestes barrières. Mais je ne sais pas si on aura tout d'ici le 11 mai. C'est assez anxiogène."

"AUCUNE RENTRÉE D'ARGENT"

Jérôme Tondeur, spécialiste optique et photo à Villefranche, a bien conscience que la reprise risque d'être "délicate. Mais on fait tout pour être prêt. Pour ça, on échange régulièrement avec mes collaborateurs. En parallèle, on est à la recherche de moyens de protection. J'ai déjà fait pas mal de précommandes avec des plexiglas, des masques, des gels hydroalcooliques".

Des investissements "nécessaires" même si le commerçant caladois s'attend à une reprise compliquée. "Ça va prendre du temps avant que les clients reviennent en nombre." Pour Isabelle Quintaux, les conséquences seront quoiqu'il arrive dramatiques. "Depuis le 16 mars, je n'ai aucune rentrée d'argent. Et ça n'est pas les reports de charges qui vont nous aider. Sincèrement, je me demande comment on va se relever de tout ça."

Tony Fonteneau

Plus d'informations dans notre prochaine édition papier, jeudi 30 avril.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?