AccueilACTUALITESViticulture"Encore aujourd'hui, je ne suis pas tranquille"

"Encore aujourd'hui, je ne suis pas tranquille"

À deux jours de l'International du gamay, deux anciens vainqueurs du titre du Meilleur gamay du monde témoignent de l'impact médiatique et commercial qu'il offre. Rencontre avec David Béroujon et Carine Jambon.
"Encore aujourd'hui, je ne suis pas tranquille"
David Béroujon à l'occasion de la remise du trophée dans son cuvage à Salles-Arbuissonnas.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Quand on évoque l'International du gamay, on pense immédiatement au titre de Meilleur gamay du monde qui sera remis par un jury spécial ce samedi 15 janvier à la Cité Internationale de Lyon. Un an après avoir obtenu LA récompense suprême, pour son beaujolais villages 2020 (ensemble de cave), le vigneron de Salles-Arbuissonnas, David Béroujon, en garde un souvenir impérissable. "J'ai vécu une année 2021 exceptionnelle. Le jour du concours, je ne m'attendais pas à recevoir ce titre pour tout dire, comme je ne pouvais pas prévoir l'engouement que cela enclencherait les mois suivants. Encore aujourd'hui, je ne suis pas tranquille".

Des particuliers en passant par les grossistes, les commandes ont afflué et David Béroujon a fait en sorte de pouvoir répondre à toutes les sollicitations commerciales. "Ça va du petit carton de six bouteilles à une voire plusieurs palettes, illustre-t-il. J'ai aussi vendu du vin à de nouveaux importateurs : suédois, autrichien, suisse, etc. En France, je n'ai jamais vendu autant de vins que sur Paris. Et les sommeliers des grands restaurateurs et chefs étoilés m'ont rencontré : Georges Blanc, Guy Lassausaie, Cyril Lignac, etc."

Dans sa réussite commerciale, David Béroujon n'exclut pas l'impact médiatique. "J'ai évidemment été sollicité par les médias du Beaujolais, dont le Patriote, mais également les grands médias français (Le Parisien, BFM, etc.). Et cet événement est tombée dans une période où les gens avaient besoin d'informations positives. Si nos vins du Beaujolais étaient déjà à l'honneur, cette médiatisation a surtout boosté l'appellation beaujolais villages qui était un peu en stand-by".

"Une belle notoriété"

En 2018, c'est un autre beaujolais villages qui avait été consacré, la cuvée Opale 2015 de Carine et Laurent Jambon, au domaine de Thulon à Lantignié. "Pour nous aussi c'était une surprise.J'étais dans un magasin quand on m'en a informé, raconte Carine Jambon. Nous n'avions que 3 000 bouteilles de cette cuvée. Nous avions ainsi privilégié nos clients habituels au détriment des acheteurs professionnels et importateurs qui nous sollicitaient pour commander d'importants volumes de bouteille de cette cuvée Opale. Mais pour le domaine, c'était quand même un flash et une belle notoriété".

Pourtant, les deux vignerons de Lantignié n'ont pas tant surfé sur le potentiel de cette vague commerciale et médiatique. "Je pense qu'il y a quatre ans, le titre de Meilleure gamay du monde n'avait pas encore le même retentissement populaire qu'actuellement. Peut-être à tort, nous n'avons pas spécialement développer la communication. Mais on continue d'accueillir des clients qui apprécient la cuvée Opale et les autres".

Retrouvez dans notre édition papier de ce jeudi la présentation de l'édition 2022 de l'International du gamay et le témoignage de Franck Chavy, vainqueur du titre de Meilleur gamay du monde en 2019.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 janvier 2022

Journal du27 janvier 2022

Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?