Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

En visite en Beaujolais, Sarkozy se pose en sauveur de l'agriculture

le - - Politique

En visite en Beaujolais, Sarkozy se pose en sauveur de l'agriculture
Franck CHAPOLARD

En visite au Domaine de la Milleranche, chez Fernand et Jérôme Corsin à Jullié, l'ex-Président et candidat à la primaire de la Droite et du Centre Nicolas Sarkozy a rencontré le monde viticole et agricole mercredi après-midi.

Entouré de proches soutiens tels que Laurent Wauquiez ou Eric Ciotti, ainsi que d'une brochette d'élus locaux, Nicolas Sarkozy s'est prêté au jeu des questions réponses.

Gérard Bazin, président de la Chambre d'agriculture du Rhône, a évoqué le malaise de l'agriculture aujourd'hui, notamment au niveau européen. "Un exemple, sur l'aire d'autoroute dans la région on n'a pas le droit de faire de la pub pour le beaujolais, alors que les Espagnols font de la pub sur leurs sites internet. On se met des bâtons dans les roues", a souligné Laurent Wauquiez.

"De même façon, on a connu des crises phytosanitaires notamment avec les fruits cette année, mais aussi la suppression de certains produits alors qu'on sait pertinemment que d'autres pays s'affranchissent assez facilement de ça. Il faut qu'on soit tous soumis aux mêmes règles", argumente un viticulteur.

"SI ON NE BAISSE PAS LES CHARGES, VOUS MOURREZ !"

"Je suis là pour vous dire ce qu'on va faire pour sauver l'agriculture et la viticulture. Il y a d'abord un problème de compétitivité qui n'a rien à voir avec l'Europe, qui nous concerne nous. Si on ne baisse pas massivement nos charges, vous mourrez !, a assené Nicolas Sarkozy. Europe ou pas Europe, mondialisation pas mondialisation, Donald Trump ou pas Donald Trump ! La question de la baisse des charges n'est pas une question européenne mais française."

Et Nicolas Sarkozy de développer trois décisions qui seraient prises s'il était élu. Dès juillet 2017, un plan de diminution des charges de 34 milliards d'euros serait voté : "Ce qui veut dire que dans vos exploitations vous ne paierez plus de charges en dessous de 1,6 Smic. Vous n'aurez pas gagné, mais vous serez à égalité de concurrence avec tous les producteurs européens".

La deuxième mesure, à partir de 2018, serait de changer la disposition de provisions pour aléas, permettant aux exploitations de lisser bénéfices et pertes sur cinq ans.

Et enfin, dès juillet 2017 également, une loi d'abrogation générale serait votée par le Parlement, donnant instruction à tous les ministères "de mettre à la toise de la moyenne européenne toutes les normes (agricoles, environnementales, sécuritaires, sanitaires…). Pour ça on a besoin de l'autorisation de personne, c'est un choix politique majeur, immédiat et sans conditions !".

"PAS QUESTION DE SIGNER LE TRAITÉ !"

Nicolas Sarkozy a également souhaité que les producteurs soient maîtres des circuits de distribution, afin qu'ils soient au contact de leurs clients, les consommateurs.

Sur le plan international, Nicolas Sarkozy dit ne pas comprendre pourquoi la France a abandonné le sujet central qu'est la régulation du prix des matières premières agricoles. "Il n'est pas question d'accepter ce qui se passe aujourd'hui et ce sera l'un des chantiers de négociation avec nos amis américains. Ce sont nos amis, mais on a intérêt à être forts. Je n'ai pas l'intention de sacrifier l'agriculture française et européenne aux intérêts de l'agriculture américaine. Pas question de signer le traité en l'état actuel des choses !".

Quant à la politique agricole commune, l'ex-Président souhaite qu'elle évolue, avec deux priorités : la compétitivité de l'agriculture européenne et le souhait que les zones à handicap soient aidées.

Evoquant la ruralité comme une priorité, le candidat a promis également un vaste plan de développement des zones rurales.

Après une séance de dédicace, Nicolas Sarkozy est reparti en direction de Meyzieu pour un meeting.

Jacqueline FABRE




Jacqueline FABRE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer