AccueilACTUALITESEconomieEmri Calvelli, l'art du tatouage éphémère

Emri Calvelli, l'art du tatouage éphémère

Amoureux du monde de la nuit et du tatouage, ce Caladois d'origine marque temporairement les peaux de ses clients via un procédé de décalcomanie. Une approche originale de cet art, qui le rend accessible à tous les publics.
Emri Calvelli, l'art du tatouage éphémère
©Anthony Cortes photographe - La pose se fait sur peau sèche, après avoir préalablement désinfecté sa surface au gel hydroalcoolique.

ACTUALITESEconomie Publié le ,

Du bal de la nuit d'été 2022 de la classe 2013 à Villefranche au salon de tatouage chazéen Piqûre de rappel, Emri Calvelli et ses tatouages éphémères font sensation dans de nombreux événements du Beaujolais.

Depuis mai 2022, ce natif de Villefranche s'est lancé pleinement dans cette activité en autoentrepreneuriat. "Auparavant, j'avais déjà pratiqué le tatouage éphémère lors d'événement tel que des foires ou des salons, via le stand de mon ami tatoueur KezoInk, explique Emri Calvelli. Il m'a donné goût à cet univers et j'ai décidé de lancer ma propre société et ça a marché très rapidement".

S'il n'a pas de formation de tatoueur, le Caladois souligne avoir "beaucoup de connaissances" sur ce milieu, ce qui lui permet de poser ses tatouages éphémères dans des conditions similaires à des pièces permanentes. "Le contexte est similaire : j'utilise des compresses, du gel hydroalcoolique, je porte des gants noirs… J'ai vraiment tout le matériel pour que les gens se sentent comme dans un vrai salon de tatouage".

Sauf qu'ici, aucune aiguille gorgée d'encre ne rentre dans la peau des clients : la pose se fait par décalcomanie : une fois posé à l'endroit désiré, le film du tatouage est retiré et ce dernier imbibé d'eau : une version élaborée du tatouage malabar de l'enfance, destinées pour sa part à toutes les tranches d'âge. "Quand j'ai commencé, beaucoup de gens me disaient que le tatouage éphémère était réservé aux enfants : j'ai voulu leur montrer qu'ils avaient tort", souligne Emri Calvelli, qui partage les coulisses de ses poses sur Instagram, Facebook et Tik Tok.

©Emri Calvelli La pose des tatouages éphémères se fait par décalcomanie.

Démocratiser le tatouage au plus grand nombre

Des enfants en bas âge aux adultes, en passant par les seniors – en juin, il a notamment posé un papillon sur le bras d'une retraitée autrichienne - la clientèle du tatoueur éphémère est très variée.

Pour répondre à leurs demandes, il s'est constitué un book rassemblant des pièces de toutes les tailles et de tous les styles : petits tatouages minimalistes, grosses pièces florales, animaux, tatouage réaliste, mandala… À des prix attractifs : comptez 5 € pour un mini tatouage de 5 cm, 30 € pour une pièce réaliste de 25 cm.

Outre les poses qu'il effectue lui-même dans des salons, boîte de nuit ou lors de soirées, Emri Calvelli propose aussi des envois postaux de sa sélection de tatouages éphémères. Les commandes affluent, y compris au-delà des frontières. "Je fais des envois jusqu'en Suisse", précise le tatoueur éphémère, qui fournit avec chaque pièce une fiche expliquant comment poser et entretenir correctement son tatouage.

©Emri Calvelli Bien entretenus et en dehors de l'été, les tatouages peuvent perdurer jusqu'à deux semaines pour les plus grosses pièces.

Des tatouages pouvant durer jusqu'à deux semaines

La pose se fait sur peau sèche, après avoir préalablement désinfecté sa surface au gel hydroalcoolique. Une fois le plastique de protection retiré, libre à l'acheteur de le poser dans le sens qu'il veut.

Il faut ensuite imbiber une compresse d'eau et la passer sur la pièce à plusieurs reprises pour que le transfert s'effectue au mieux. Une fois le papier enlevé, il est conseillé d'appuyer doucement sur la pièce pour la plaquer au mieux et éviter les bavures. "Si la zone de pose est poilue, mieux vaut raser pour que le transfert se passe correctement", conseille Emri Calvelli, qui recommande également de ne pas trop mouiller et frotter les tatouages éphémères.

Si la restriction légale pour garder ce type de pièces est de cinq jours, bien entretenues et en dehors de l'été, elles peuvent perdurer jusqu'à deux semaines pour les plus grosses pièces. "J'ai des gens qui me contactent parce qu'ils veulent essayer des zones en vue d'un tatouage permanent, d'autres car ils ne peuvent pas se faire tatouer parce que leur religion l'interdit, parce qu'ils ont peur des aiguilles ou des problèmes de peau ou de sang explique Emri Calvelli. Par message privé, ils me racontent leur histoire et le fait de pouvoir leur donner la chance d'être comme tout le monde fait partie de ce qui me motive à poursuivre mon activité".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 20 juillet 2022

Journal du20 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?